Cinéma/Séries TV

Chic

De Jérôme Cornuau
Avec Fanny ARDANT (Alicia RICOSI), Marina HANDS (Hélène BIRK), Eric ELMOCINO (Julien LEFORT), Laurent STOCKER de la comédie française (Alan BERGAM)

Infos & réservation

Publié le 13 jan . 2015

Recommandation

1,0A la rigueurA la rigueur

"Chic": un résultat Prêt à porter plutôt que Haute couture.

Thème

Alicia Ricosi, célèbre styliste et créatrice de mode de la maison Haute Couture éponyme, à la veille de présenter sa collection, décide d’interrompre son génie créatif pour cause de rupture sentimentale. Hélène BIRK,  sa directrice de collection, harcelée par son supérieur hiérarchique et patron de la boîte, Alan Bergam, doit à tous prix trouver une muse masculine de substitution pour que son extravagante patronne, Alicia, retrouve sa puissance imaginative. Hélène organise un casting de jeunes éphèbes pour satisfaire les caprices d’Alicia. Mais Alicia en décide autrement, à la suite d’une rencontre fortuite et improbable avec Julien LEFORT, le paysagiste d’Hélène, qui au demeurant a été congédié par ses soins. Julien, avec son naturel bucolique, sortant de sa traditionnelle Bretagne, réussira à infléchir la diva et à casser tous les codes inhérents à ce milieu vil et superficiel.

Points forts

Un casting cousu main.

-        Des lieux sublimes, lesquels a n’en pas douter, inspireraient les collections les plus architecturées et créatives.

-        Des répliques piquantes.

-        Un stylisme subtil pour Fanny Ardant et Marina Hands.

Points faibles

Un rythme à tendance point arrière plutôt que point avant.

-        Un scénario plutôt aiguille à tricoter qu’aiguille à coudre.

-        Une satire bien mal ficelée et cousue de fil blanc.

-        La représentation d’un monde dont l’incarnation est sa propre caricature.

-        Un humour sans joie.

-        Des scènes qui trainent en longueur et parfois vulgaires.

-        Des images ni vraiment chics, ni vraiment chocs.

En deux mots ...

˝Le rat des villes et le rat des champs˝, version haute couture, c’est en ces termes que le réalisateur Jérôme Cornuau présente son film, ˝Chic˝, cherchant à remettre au goût du jour ce célèbre adage: les contraires s’attirent. Une manière bien pompeuse de s’approprier cette fable de La Fontaine. Jérôme Cornuau voudrait nous faire croire qu’une grande diva du chiffon, totalement déjantée, égocentrique, et capricieuse, dont l’entourage est soumis à sa tyrannie et encourage ses extravagances, serait capable de retrouver son inspiration auprès d'un paysagiste de province dont le naturel est la seule touche de réalisme dans ce monde virtuel.

La reine de la couture apparait surtout comme une styliste sans lendemain, au terme de son pouvoir créatif, à l’hallali, l’incarnation même d’une couleur qui a passé, à force de lumière. Non, les contraires ne s’attirent pas et vouloir nous le faire croire à travers cette parodie dérisoire du monde de la couture, est un leurre. Le grand Robert Altman s’y était exercé en son temps, avec ˝Prêt à porter˝, ce fut un flop total.

Ce film semble être une pâle copie du ˝Diable s’habille en Prada˝, mais bien éloigné d’un scénario magistral, rythmé, subtil et finement drôle, incarné par des acteurs d’un professionnalisme sans faille, plus vrais que nature.

Le milieu de la mode est ainsi fait, si éloigné du monde des humains et de la réalité sociale, qu’aucun scénariste français n’a été en mesure de lui donner du corps et du chic.

Le réalisateur

Jérôme CORNUAU débute sa carrière en tant que réalisateur de clips pour des artistes comme Johnny Halliday ou Eddy Mitchell. En 1997, il réalise son premier long métrage, ˝Bouge˝, puis il réalise ˝Folle d’elle˝. Le succès n'est pas au rendez-vous. 

Dans les années 2000, il devient producteur de téléfilms. Puis, en 2004, il revient à la réalisation, avec un film sombre, ˝Dissonances", avec Jacques Gamblin. Jérôme Cornuau retrouve ce comédien en 2006, dans les ˝Brigades du tigre˝ , adaptation sur grand écran de la célèbre série télévisée.  

Après quelques nouveaux téléfilms, et une pause cinématographique de 6 ans, Jérôme Cornuau est à nouveau  dans les salles obscures, avec ˝La Traversée˝, en 2012. 

Ses films sombres tranchent littéralement avec ce dernier film, ˝Chic˝. 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.