Culture-Tops soutient nos amis les libraires

Cinéma/Séries TV

Je vous souhaite d’être follement aimée

Un film magnifique
De Ounie Lecomte
Avec Céline Sallette, Anne Benoit, Elyes Aguis, Françoise Lebrun, Louis-Do de Lencquesaing, Catherine Mouchet, Pascal Elso.

Infos & réservation

Publié le 09 jan . 2016

Recommandation

3,0ExcellentExcellent

Thème

Elisa (Céline Sallette), kinésithérapeute parisienne, décide de s’installer à Dunkerque avec son fils de six ans, Noé (Elyes Aguis), en laissant son compagnon et père (Louis-Do de Lencquesaing) de Noé à Paris. Née sous X, Elisa veut retrouver sa mère biologique dont elle vient d’apprendre par les services sociaux qu’elle habite Dunkerque. Mais la mère refuse le contact, comme elle en a le droit ; pire, elle affirme qu’elle n’a jamais eu d’enfant. Pendant ce temps, Elisa noue des relations amicales avec Annette (Anne Benoit), une de ses patientes, femme de ménage dans l’école de son fils Noé, qu’Annette a pris en affection. Entre les deux femmes passe quelque chose d’indicible que le film va tenter de dire.

Points forts

- Céline Sallette fait partie de ces comédiennes qui marquent un film de leur image. On se souvient de son visage de madone triste et de son corps gracile dans « Mon âme par toi guérie » de François Dupeyron ou « Geronimo » de Tony Gatlif, ou encore « Les rois du monde » de Laurent Laffargue et « Au-delà » de Clint Eastwood. Dans « Je vous souhaite d’être follement aimée », elle prend à bras le corps son rôle de soignante déchirée par une enfance errante. Nous ne la quittons pas des yeux, comme pour la soutenir dans sa quête éperdue.

- Face à elle, il y a Anne Benoit qui joue Annette, une femme simple qui cache un lourd secret, qui se le cache d’abord à elle-même. Anne Benoit a joué au théâtre Claudel et Marivaux sous la direction d’Antoine Vitez. Sa présence est un gage de sensibilité dans des films comme « Je ne suis pas là pour être aimé » de Stéphane Brizé, « Tournée » de Mathieu Amalric, « Louise Wimer » de Cyril Mennegun et « Les adieux à la reine » de Benoît Jacquot. Dans « Je vous souhaite d’être follement aimée », elle est une femme brisée par sa famille, par son frère (Pascal Elso) et sa mère (Françoise Lebrun) qui ne lui veulent que son bien en lui faisant du mal. Cela aboutit à ce qu’on appelle un secret de famille.

Points faibles

La narration est un peu lente et dolente, envers de la médaille d’un film à l’histoire sinueuse, assez complexe pour être exposée dans toutes ses ramifications, et qui doit prendre du temps pour être dévoilée.

En deux mots ...

- C'est un film magnifique.

- Et un bel hommage à Dunkerque: « Quand j’ai découvert Dunkerque, dit la réalisatrice, avec ses longues plages, les docks et les raffineries, à la fois la mer et l’industrie, je trouvais ça très cinématographique ». Et c’est vrai que l’histoire se love habilement dans ce beau décor de cité détruite pendant la guerre et reconstruite avec un souci urbanistique et architectural dont le film rend justice. Une belle ville du nord, entre ciel et mer.

Une phrase

Qui seront deux:

- « Je pense qu’on est tous, sinon des enfants abandonnés, du moins blessés. On naît pur et parfait et ensuite, on voyage à travers ces années de vie qui nous ont précédés et qui nous sont transmises. Beaucoup d’entre nous peuvent s’identifier au chemin d’Elisa ».
Céline Sallette.

- « Ma toute petite enfant qui n'avez que huit mois, qui souriez toujours, qui êtes faite à la fois comme le corail et la perle, vous étiez donnée comme certaine au moment même où, dans l'amour le plus sûr de lui, un homme et une femme vous voulaient. Je vous souhaite d'être follement aimée. » André Breton, « L’amour fou », lettre à sa fille, texte lu à la fin du film.

Le réalisateur

Née en 1966 à Séoul, Ouinie Lecomte a neuf ans lorsqu’elle quitte la Corée du Sud pour la France où elle est adoptée par un couple qui ne peut pas avoir d’enfants. Elle a raconté son abandon par un père qui ne pouvait s’occuper de sa fille après la mort de son épouse dans un très beau premier film, « Une vie toute neuve », présenté en 2009 au Festival de Cannes. « Je vous souhaite d’être follement aimée » reprend la thématique de l’abandon en mode fiction, en lui donnant une résonnance plus large. 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.