Cinéma/Séries TV

L’Epreuve

De Erik Poppe
Sortie en salles le 6 mai
Avec Juliette Binoche (Rebecca), Nikolaj Coster-Waldau (Marcus).

Infos & réservation

Publié le 11 mai . 2015

Recommandation

3,0BonBon

Thème

« L’Épreuve » débute en Afghanistan. Rebecca (Juliette Binoche) est reporter-photographe. Elle a obtenu l’incroyable autorisation de suivre un groupe de femmes musulmanes qui préparent un attentat suicide. Les risques sont énormes. D’ailleurs elle est blessée dans l’explosion de la bombe. Rentrée chez elle en Irlande, Rebecca doit affronter les reproches de son mari et de sa fille, de 13 ans,, qui ne supportent plus ses dangereuses équipées. Devra-t-elle quitter son passionnant mais périlleux métier pour sa famille ?

Points forts

- Comme Erik Poppe connaît son sujet, son scénario est dense et crédible. Il réussit un beau portrait d’aventurière partagée entre la satisfaction profonde de vivre sa passion et la souffrance qu’elle inflige à ses proches. Il y a des métiers qui réclament le célibat…

- Le cinéaste a réussi de belles scènes de guerre, pour peu que l’on trouve de la beauté à la violence extrême. Nous plongeons avec la reporter dans les guérillas afghanes et dans les conflits africains.

- Les scènes familiales irlandaises forment un contrepoint qui a le goût du paradis après l’enfer. Ça donne envie d’aller passer ses vacances en Irlande…

Points faibles

On a du mal à croire en Juliette Binoche transformée en reporter de guerre. Ça ne colle pas. On n’oublie jamais la star sous le personnage. Il y a erreur de casting. Le réalisateur explique que « Les producteurs voulaient un casting international ». Du coup, on est vraiment au cinéma, on est dans un film de fiction, certes bien fait, mais Juliette Binoche, quel que soit son talent, fait obstacle au réalisme : on l'imagine sur le tapis rouge du Festival de Cannes, pas dans les montagnes afghanes...

En deux mots ...

Erik Poppe explique que beaucoup de femmes sont apparues dans la profession de reporter-photographe parce que nombre de conflits se déroulent dans des régions de culture musulmane, où un journaliste ne pourra raconter que la moitié des événements puisqu’il ne peut approcher les femmes. Malgré Juliette, cela reste donc une bonne idée d’avoir filmé une femme reporter.

Le réalisateur

Avant « L’épreuve », quatrième film du Norvégien Erik Poppe, celui-ci avait réalisé « En eaux troubles », sorti en France en 2009, beau film sensible sur la réinsertion d’un ancien détenu mélomane – l’homme avait trouvé un poste d’organiste dans un temple.
Erik Poppe a été photographe-reporter de guerre dans les années 80, avant de faire des films. Il est d’ailleurs retourné récemment prendre des photos dans des régions à risques. « Mais il y a une grande différence comparée à ma situation antérieure, dit-il. Aujourd’hui, j’ai deux filles et une épouse. Qui suis-je pour leur imposer d’avoir peur chaque fois que je pars ? ». C’est exactement le sujet de « L’épreuve ».

Tweet Culture-Tops

Un film original et dur, mais souffrant d'une erreur de casting.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.