Cinéma/Séries TV

Ma Loute

Prise de tête...
De Bruno Dumont
Avec Fabrice Luchini, Juliette Binoche, Valeria Bruni Tedeschi, Jean-Luc Vincent

Infos & réservation

Publié le 18 mai . 2016

Recommandation

1,0A la rigueurA la rigueur

Thème

Dans le nord de la France, sur la Côte d’Opale, entre Boulogne-sur-Mer et Calais - région où vit Bruno Dumont – se produisent des disparitions inexpliquées. Dans cet espace entre terre et mer que l’on peut trouver, selon l’humeur, magnifique oudésolé, une famille de grands bourgeois bizarres vient passer l’été. C’est l’essor de la vogue balnéaire en ce début du XXe siècle, la grande bourgeoisie vient prendre les eaux et le bon air. Dans cette baie habite à l’année une autre famille tout aussi bizarre, celle de rudes pêcheurs qui ne vivent pas seulement de la pêche... Deux policiers s’attachent mollement et stupidement à résoudre le mystère des disparitions. Ils sont habillés comme les deux Dupont de Hergé et sont aussi fantasques. Nous sommes dans une farce, mais une farce lugubre.

Points forts

Le réalisateur tient dans sa main les comédiens pour les manipuler comme des marionnettes. Luchini est méconnaissable et tordant en vieux bourgeois ridicule et sentencieux. Valeria Bruni Tedeschi, son épouse, joue les évaporées et finit par s’évaporer dans le ciel. Juliette Binoche, sa sœur, enlaidie sous la palette de Dumont, selon les mots de Luchini qu’on lira plus loin, est, quant à elle, complètement frapadingue. Ce voyage au pays de la folie douce est plutôt réjouissant. Face à eux, Dumont fait jouer des gens de la région pour incarner cette famille de pêcheurs qui ne vivent pas que de la pêche. D’où cette réplique d’anthologie quand les enfants découvrent dans la cour de leur ferme des corps pas tout à fait morts enrobés dans un filet : « Super, on aura de la viande ce soir ! ». Mais avoir écrit tout ce qui précède donne soudain le sentiment que les points forts sont un peu faibles...

Points faibles

Le burlesque est un art du détail qui déclenche la rigolade. Révisons notre Tati.Chez Dumont, il fait juste sourire de loin en loin. Par ailleurs, ces policiers qui sont plus stupides que des ânes, pardon pour les ânes, n’éveillent chez le spectateur aucune empathie. D’ailleurs aucun personnage n’est vraiment sympathique dans ce film. Dumont trahit sa région. Le contraire de ce qu’a fait, avec une modestie qui l’honore, Dany Boon qui, il est vrai, ne joue pas dans la même cour et ne brigue pas la palme d’or. S’il l’a, Dumont, la palme d’or, celui qui écrit ses lignes va se couvrir de ridicule : il en prend le risque… Ou alors cela signifiera qu’il existe dans le cinéma un art très contemporain, comme dans la peinture, qui s’adresse à des initiés triés sur le volet, les fameux cinéphiles dont parle plus bas Luchini.

En deux mots ...

- Bruno Dumont a eu l’idée de cette étrange histoire, qui se déroule au cours de l’été 1910, en découvrant des cartes postales de la baie de la Slack où s’est d’ailleurs tenu le tournage. Les cartes anciennes montraient les passeurs de la baie, des gens du pays, qui aidaient les promeneurs à traverser en les portant à bout de bras pour leur faire franchir un filet d’eau ou en les embarquant dans des esquifspour franchir la baie.
 
- Le réalisateur a choisi pour la maison de villégiature de la famille bourgeoise une grande demeure de style néo-égyptien construite à la fin du 19e siècle, ce que l’on appelait aussi une « folie » dans le Nord Pas-de-Calais. « L’histoire dérapant très vite, explique-t-il, je voulais un décor qui incarne cette folie. J’ai écrit le scénario avec cette demeure en tête ».

Une phrase

- Fabrice Luchini : « Je ne conseille pas aux acteurs qui ont besoin d’être encouragés, aimés et admirés d’aller bosser chez Dumont. Je me suis vraiment demandé ce que je foutais là. Si je n’avais pas eu quarante ans de thérapie derrière moi, j’aurais quitté le tournage. J’ai même fini par lui dire : “Ce que tu veux, je ne l’ai pas en magasin, on va laisser tomber”. J’en avais assez de n’être qu’une couleur sur sa palette ».
 
-  Valeria Bruni Tedeschi : « Au début ça a été très dur. Il n’est pas du genre flatteur. Il n’exprime pas son amour pour les comédiens. Il ne parle pas beaucoup d’ailleurs. Nous étions souvent perdus au cours du tournage, le sens de ce que nous jouions nous échappait. »
 
- Fabrice Luchini, qui avoue n’avoir vu aucun film de Dumont parce que, dit-il, « je ne suis pas cinéphile », a finalement décidé de ne pas quitter le tournage en lui disant : « Allons-y, c’est bon, tu vas à Cannes et tu fais des films où les gens se prennent la tête ».

Le réalisateur

Bruno Dumont, né en 1958 à Bailleul, dans le Nord de la France, cinéaste doué aussi bien pour le drame que pour la comédie, dans des films parfois obscurs et réputés difficiles, est présent à Cannes pour la troisième fois, après avoir reçu laCaméra d’or du premier film pour « La vie de Jésus » en 1997 et deux fois le grand prix du jury pour « L’humanité » en 1999 et pour « Flandres » en 2006. 

Tous ses films se déroulent dans sa région natale, le Nord, et expriment un naturalisme rugueux. Après avoir utilisé récemment le burlesque dans une mini-série policière produite et diffusée par Arte, « P’tit Quinquin », il récidive à grande échelle avec « Ma Loute », film dans lequel il utilise des acteurs non professionnels mêlés à une distribution haut de gamme, Luchini, Juliette Binoche et Valeria Bruni Tedeschi. Le résultat est décoiffant et déconcertant. Chacunpourra s’en rendre compte puisque le film sort dans les salles en même temps qu’il est présenté à Cannes, histoire de lui donner une visibilité qu’il n’aurait sans doute pas eu sans cela.

Commentaires

Yves Bouëssel du Bourg
Le 24 mai. 2016
à 10h57

Ma Loute : Un film à fuir ! Une catastrophe !

On ne croit pas un instant à cette histoire mal racontée, inaudible, sans aucune cohérence et dans l'ensemble très mal jouée avec une palme pour les acteurs non professionnels particulièrement gratinés pour l'ingratitude de leur physique. Ce qu'on pourrait surtout reprocher à Bruno Dumont, le metteur en scène, c'est une insupportable prétention à vouloir nous séduire avec des artifices intellectuels qui se révèlent être des poncifs calamiteux parce traités sans gout, sans art et sans finesse : la lutte des classes, la décadence... L'art fût il le septième ne consiste pas à mélanger tous les registres ( horreur, romantisme, policier, comique) et à les balancer à la tête du public. Ce film est une quasi insulte au goût et à l'intelligence. Même Luchini est mauvais !

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.