Cinéma/Séries TV

Marie Stuart, Reine d'Ecosse

Quand les femmes mènent le monde...
De Josie Rourke
Avec Saoirse Ronan, Margot Robbie, Jack Lowden, Joe Alwyn....

Infos & réservation

Lu / Vu par

Dominique Poncet
Publié le 27 fév . 2019

Recommandation

4,0ExcellentExcellent

Avec, pour l'essentiel, un profond respect de l'Histoire, "Marie Stuart, Reine d'Ecosse" fait revivre un moment très particulier où deux femmes de pouvoir se sont affrontées dans une lutte sans merci. Qui a dit que les femmes étaient moins "dures" que les hommes?

Thème

Fille de Jacques V, Roi d'Ecosse, Marie Stuart ( Saoirse Ronan) épouse, à 16 ans, le Roi de France. En 1561, devenue veuve, elle décide de repartir dans son pays natal pour réclamer le trône qui lui revient de droit.  Sacrée Reine, la jeune Marie  (elle n'a que dix-huit ans) va  devoir se battre sur tous les fronts. Non seulement la souveraine , qui est catholique, va devoir affronter la défiance de son peuple devenu protestant, mais elle va devoir aussi faire face  à l'animosité et à la jalousie de celle qui règne alors sur l'Angleterre, Elisabeth Ière (Margot Robbie).  Entre les deux femmes, pourtant cousines, va naitre une rivalité qui va devenir obsessionnelle.  Une rivalité attisée par leurs hommes de cours respectifs. Pendant un temps, Marie Stuart paraitra la mieux placée pour s'emparer du trône d'Angleterre. Mais affaiblie  par des histoires  de mœurs que ses ennemis lui prêtent (à tort), elle finira par  tomber aux mains des anglais et sera emprisonnée. A l'issue de dix huit années de captivité, elle  sera décapitée sur ordre d'Elisabeth, qui l'accusera d'avoir comploté contre elle.

Points forts

-L'originalité du scénario. Depuis que le cinéma existe, il s'est toujours intéressé à l'histoire tragique de Marie Stuart : on compte au moins une demi douzaine de films qui lui ont été consacrés. Ce qui fait le sel, la nouveauté  et l'intérêt de celui-ci, c'est qu'il traite des joutes  (amoureuses et politiques) qui eurent lieu entre la Reine d'Ecosse et sa cousine Elisabeth, Reine d'Angleterre.  Ce traitement enrichit considérablement la portée du script, qui, d'une pierre deux coups, offre deux portraits de femmes de pouvoir -dans une époque dominée par les hommes- ainsi que des plongées parallèles dans les Cours anglaise et écossaise. L'occasion de s'apercevoir que l'une et l'autre étaient en but aux mêmes  maux :machinations, trahisons, conspirations et révoltes.

-Le haut niveau du casting. Pour défendre un scénario d'une telle ambition, il fallait une distribution de haut vol. Dans le rôle de Marie Stuart, la jeune Saoirse Ronan ( 24 ans) est éblouissante de majesté. On a du mal à reconnaître celle qui fut l'adolescente boutonneuse et rebelle de Lady Bird, tant ici son teint est diaphane, son port de tête, souverain, sa détermination, sans faille. 

Face à elle, sans cil, affublée d'un faux nez, poudrée de blanc, le visage défiguré par des pustules, la comédienne, Margot Robbie,  méconnaissable –comme elle aime le paraître- incarne une Elisabeth impressionnante  de charisme et d'autorité.

-L'élégance  et la beauté de la réalisation. De la première à la dernière image, tout flatte l'œil  dans ce film: les costumes  (splendides), la lumière (très étudiée) et les cadres (magnifiques). La reconstitution historique est parfaite jusque dans le moindre détail.

-le classicisme de la réalisation. Ici pas de plans distordus, pas d'utilisation d'objectifs grand angle : l'esthétisme l'emporte. Ce parti pris est idéal pour le  genre du film : fresque historique.

-La musique, signée du génial Max Richter.  Elle insuffle un supplément d'âme et de  souffle au film.

Points faibles

-Les puristes s'en plaindront peut-être : le scénario a pris quelques libertés avec l'Histoire. La scène où les deux reines finissent par se rencontrer en secret n'a jamais existé. Elle a été tournée pour « matérialiser » la lutte que les deux rivales se menaient à distance.

En deux mots ...

Un duel de souveraines qui, par ailleurs, chacune de leur côté,  doivent affronter la domination masculine, les manipulations des courtisans et les traditions religieuses et culturelles. On prend un plaisir fou à regarder ce film historique. D'autant   qu'il est  d'une rare beauté et qu'on sent que chacun de ses acteurs a été dirigé avec autant d'intelligence que de subtilité ...

 Espérons que ce Marie Stuart, reine d'Ecosse ne pâtira pas de la sortie récente de La Favorite de Yorgos Lanthimos. Car contrairement aux apparences de leur thème central ( la rivalité entre deux femmes), ces deux films en costumes n'ont pas grand chose à voir l'un avec l'autre. Ils ne se déroulent pas dans le même siècle, leurs héroïnes ne sont pas du même acabit (dans l'un, il s'agit de deux courtisanes, dans l'autre, de deux souveraines) et surtout, ils n'ont pas été réalisés dans le même esprit. L'un a a été conçu comme une satire cruelle du pouvoir, l'autre n'a d'autre objectif  que de nous faire revivre une page tumultueuse de l'Histoire de l'Angleterre. Et il le fait avec autant de faste que de brio.

Un extrait

 « J'ai vraiment eu envie que deux femmes dominent le récit et qu'elles mènent l'histoire. Il faut chercher longtemps pour trouver des films où les deux protagonistes qui font avancer l'histoire sont des femmes. Il doit y avoir Carol, Mulholland Drive et Thelma et Louise...Ce film s'intéresse à l'obsession que ces deux femmes nourrissent l'une pour l'autre »( Josie Rourke, réalisatrice).

Le réalisateur

Née le 3 septembre 1976 à Salford, Josie Rourke  fait ses études de théâtre à l'Université de Cambridge. Très vite, elle se fait remarquer par ses mises en scène révolutionnaires où, avec les meilleurs acteurs du moment, elle alterne classiques ( Shakespeare, notamment) et pièces  contemporaines  (David Mamet, Eve Ensler, etc..).  En Angleterre, c'est une star en ce domaine. Certains de ses  spectacles, comme Coriolan ou Les Liaisons dangereuses,  ont même été retransmis, en direct,  dans les salles de cinéma. Les Anglais lui doivent de leur avoir fait découvrir les premiers textes de dramaturges tels que James Graham, Nick Payne, Jack Thorne , Penelope Skinner et autre Lucky Kirkwood.

Après avoir été  la directrice du Bush Théâtre pendant quatre ans, Josie Rourke a été nommée à ce même poste, en 2012, au prestigieux théâtre londonien, la Donmar Waerehouse. C'est la première femme à diriger un grand théâtre londonien. Cela ne l'empêche pas de traverser régulièrement l'Atlantique pour aller diriger des productions à Chicago  et à New York.

Josie Rourke n'avait jusqu'à présent jamais fait de cinéma. Mais quand les producteurs de Marie Stuart, Reine d'Ecosse ont cherché  un réalisateur à la hauteur de l'ambition de son scénario, ils n'ont vu qu'elle.

Et aussi

-« Nice girls don't stay for breakfast de Bruce Weber- avec Robert Mitchum.

On ne voyait en lui qu'un « bad boy », un dur à cuire, un tombeur impénitent,  un macho indécrottable, un insolent mélancolique, un misanthrope mutique, bref un « mec » qui affrontait la vie sans aucun de ces filtres qui adoucissent les mœurs... Combien savaient qu'en réalité, cet acteur, qui tourna 130 films (presque tous mythiques) était en fait un homme très cultivé qui adorait la poésie ? Qui avait deviné que cet artiste, en apparence si dilettante, abritait un artiste scrupuleux ? Qui avait compris que cet as de la décontraction affichée, masquait un homme  en perpétuelle recherche de lui même ?

C'est  ce Robert Mitchum là que cherche à débusquer ce documentaire signé du photographe Bruce Weber. Constitué d'interviews de pointures comme Johnny Depp, Clint Eastwood et Marianne Faithfull, de séquences musicales, et d'extraits de films, ce film en forme de patchwork  donne à voir le grand Bob comme on l'avait encore rarement perçu. Mais paradoxalement,  s'il l lève le voile sur certains aspects  de l'acteur-chanteur, il en  préserve heureusement le mystère.  Tout en noir et blanc,  monté sur une bande-son jazzy, assez « foutraque » dans sa construction, il  a un charme fou et distille une mélancolie à faire pleurer.

Que ceux qui voudraient prolonger le plaisir offert par ce film sachent que parallèlement sort aux éditions La Rabbia ( diffusion Actes Sud) un livre de photographies sur la star .Intitulé Mitchum X Weber, ce splendide album de 78 pages permet de (re)découvrir le grand Bob dans ses rôles les plus marquants ou dans le « hors-champ » de certaines anecdotes de sa vie privée. Cet ouvrage est proposé en édition limitée et numérotée.

-« Santiago, Italia » de Nanni Moretti- Documentaire

Après le coup d'Etat militaire du général Pinochet en 1973, l'ambassade d'Italie à Santiago  (Chili) a accueilli des centaines de demandeurs d'asile. Avec une générosité qui n'eut pas d'équivalent. Nombre de ces demandeurs d'asile vinrent s'installer en Italie...Nanni Moretti a recueilli la parole de certains d'entre eux , réécrivant ainsi une page oubliée, ou en tous cas , méconnue, de l'Histoire  italo-chilienne.

Le cinéaste  (entre autres) de Journal Intime (1993), du Caïman (2006) et de Mia Madre  (2015) qui s'essaye au documentaire ?  Forcément, cela attise la curiosité...On sort de son documentaire bouleversé et sonné. Il est clair, intelligent, édifiant, militant. Il célèbre aussi deux vertus en voie de disparition : la solidarité et la fraternité.  Et puis il tombe à pic en ce moment où une partie de l'Amérique du Sud sombre dans l'extrême droite.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.