Cinéma/Séries TV

Money Monster

Money Monster: ça aurait pu être la Palme d'Or
De Jodie Foster
Avec George Clooney, Julia Roberts, Jack O’Connell, Dominic West

Infos & réservation

Publié le 16 mai . 2016

Recommandation

4,0ExcellentExcellent

Thème

A New York, un animateur de télé, spécialisé dans le conseil financier, Lee Gates (George Clooney), a fortement incité ses téléspectateurs à acheter des actions d’Ibis Clear Capital, une société plongée quelques semaines plus tard dans une tourmente financière. Les actions d’Ibis sont au plancher. 

Un jeune homme, Kyle Budwell (Jack O’Connell), qui a perdu dans ce crash boursier 60.000 euros, les économies de la mère de sa compagne, réussit à s’introduire sur le plateau de l’émission avec une bombe, argument décisif. Il vient demander des comptes à l’animateur, terrorisé, et au patron d’Ibis Clear Capital,

Walt Camby (Dominic West). Dès lors, le plateau se transforme en camp retranché tandis qu’à l’extérieur, la police isole l’immeuble. 

Le thriller à suspense peut commencer.

Points forts

- L’intrigue, bien que très technique au début, est passionnante. On apprend que des logiciels spécialisés sont mis au point par de jeunes informaticiens super doués, pour accélérer des transactions financières en quelques secondes ; l’argent file à la vitesse de la lumière, ou presque. 
Il s’agit, pour le preneur d’otage, de savoir si le crash d’Ibis est dû seulement à un malheureux bug informatique ou à autre chose de bien plus grave et frauduleux, à l’échelon planétaire puisque les frontières sont pulvérisées par les techniques. 
La fin du film vous dégoûtera de placer votre argent à la Bourse et vous fera regretter le bas de laine d’antan...
 
- George Clooney, en présentateur cynique, utilise le direct télévisé avec une belle aisance. C’est le scénario qui veut cela, mais pas seulement. L’acteur confie qu’il a grandi avec le direct télévisé, puisque son père présentait une émission de variétés ainsi que les informations, tout cela en direct. Plus tard, George a réalisé un épisode d’« Urgences » en temps réel. « Le direct est pour moi l’apanage de la télévision, dit-il, quelque chose d’impossible au cinéma. C’est risqué et excitant ».
 
- Julia Roberts est Patty Fenn, la productrice de l’émission que présente Clooney est son garde fou car notre présentateur est un peu fou, c'est le métier qui veut ça. Ces deux-là, Julia et George, s’entendent comme larrons en foire. On se souvient de leur duo dans « Ocean’s Twelve » et de la performance de Julia dans « Erin Brockovich, seule contre tous ». Elle aime les causes perdues, qu’elle retourne comme un gant. La réussite du film tient beaucoup à leur abattage d’acteurs aguerris. Le reste, on le doit à l’intelligence aiguisée de la réalisatrice.

Points faibles

Sans doute le présentateur cynique joué par Clooney se transforme un peu trop vite en justicier comme s'il était victime d’une sorte de syndrome de Stockholm. Le scénario est par moment cousu de fil blanc. Le cinéma hollywoodien ne fait pas dans la nuance, et c'est pourquoi on l'aime…

En deux mots ...

Jodie Foster réussit, avec ses trois scénaristes, Jamie Linden, Alan Difiore, Jim Kouf, une magistrale démonstration de la façon dont la spéculation financière envahit la planète, plus sûrement qu’une nuée de sauterelles. C'est un monde inquiétant que décrit la réalisatrice, le monde de demain déjà présent aujourd'hui.

Une phrase

« Ce genre de programme télévisé transpire le cynisme. Vous suivez les conseils de types à l’abri derrière leurs bureaux et lorsque vous perdez tout ce que vous possédez, ils vous répondent que la Bourse n’est pas une science exacte ». George Clooney

Le réalisateur

Jody Foster, 53 ans, a découvert Cannes en jouant à 11 ans dans « Alice n'est plus ici » (1974), puis, surtout, dans « Taxi Driver » de Martin Scorsese, palme d’or 1976.

A Hollywood, elle a obtenu deux fois l’oscar de la meilleure actrice, pour « Les accusés » (1988) où elle interprétait une jeune fille victime d’un viol et pour « Le silence des agneaux » (1991) où elle est un agent du FBI. 

Parmi les nombreux films de sa longue carrière d’actrice qu’elle a commencé dès l’âge de 3 ans en jouant dans des publicités, on se souvient des succès comme « Contact » (1997) et « Panic room » (2002). Elle a tourné avec Polanski, Spike Lee, Jean-Pierre Jeunet, Woody Allen, Chabrol… 

Elle a fait la totalité de ses études secondaires et a obtenu un baccalauréat au lycée français de Los Angeles, ce qui explique qu’elle parle le français sans accent; suivi d’un diplôme de littérature à l’université de Yale. 

Surdouée dans ses études comme dans sa carrière cinématographique, elle était sur la Croisette en 2011 en tant que réalisatrice, pour « Le complexe du Castor ». 

Dommage que son nouveau film, « Money Monster », soit hors compétition, il méritait la palme. Mais on peut déjà le découvrir dans les salles...  

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.