Un profil pour deux

Si, si, ça peut être drôle la vie, à tout âge...
De
Stéphane Robelin
Avec
Pierre Richard, Yaniss Lespert, Fanny Valette, Stéphanie Crayencour
Notre recommandation
4/5

Infos & réservation

Thème

C’est une série de rencontres décalées : Alex (Yaniss Lespert) avise un soir Juliette (Stéphanie Crayencour) qui tient à peine debout et veut malgré tout repartir sur son scooter. Élégamment, il la reconduit chez elle et une idylle démarre.

Alex est un jeune auteur désargenté et bientôt le couple se retrouve chez la maman de la jeune fille. Celle-ci, qui observe Alex traîner dans son appartement, lui propose de donner des cours d’internet à son père Pierre (Pierre Richard) qui habite seul, depuis la mort de sa femme, dans un bel appartement à Belleville. 

Grâce à Alex, Pierre fait de rapides progrès et se branche vite sur les sites de rencontres. Mais le papy se rajeunit et même pire : il place la photo d’Alex plutôt que la sienne. Si bien que les deux lascars, Alex et Pierre, prennent bientôt le train pour Bruxelles, où une jeune et jolie Flora (Fanny Valette) a répondu à l’invitation de Pierre qui a le visage d’Alex sur internet… Et Pierre ne s’arrête pas là : il propose à Alex de rencontrer Flora à sa place, lui se contentera d’observer la scène dans un café.

Si vous avez suivi jusque là, vous aurez compris que cela commence comme « Cyrano de Bergerac ». Car Flora a été plus séduite par les phrases romantiques de Pierre sur internet que par la photo d’Alex. Mais ça ne va pas durer. Faut pas rêver…

Points forts

On est donc dans la parodie de Cyrano, mais pas trop, il s’agit d’une comédie où Pierre Richard déploie discrètement son talent d’acteur. C’est un beau vieillard, le Pierre de « Un profil pour deux ». Il a un regard intense. Il peut plaire encore mais pas rivaliser avec le jeune Alex, tout de même...

Tout droit sorti de l’inénarrable série de France 2, « Fais pas ci, fais pas ça », Yanniss Lespert (Alex) a tout pour plaire. S’il n’est pas bien dans sa vie comme beaucoup de jeunes de son âge, il plaît aux filles et Pierre en fait la cuisante expérience sans toutefois s’en désoler outre mesure, son temps est passé. Quoique…
 
Au cœur du film, en retrait, en sourdine, en sous-texte comme disent les cuistres, la question de la vieillesse. Est-ce que les vieux ont droit au bonheur comme les jeunes ? Pierre finit par le prouver et c’est pour ça qu’on l’aime. Il remplit l’espace de sa présence de vieux clown émouvant et sincère, Pierre Richard, jamais vulgaire, toujours gai et partant. S’il n’existait pas, il faudrait l’inventer.

Quelques réserves

Si l’on rit parfois, si l’on sourit souvent, cela n’empêche pas quelques trous d’airs.

Encore un mot...

Quand ils ne sont pas très sûrs de l’accueil de leur film par les critiques, les producteurs organisent des séances spéciales dans une grande salle de cinéma pour mélanger les journalistes et les spectateurs non professionnels. En général, ces derniers, profitant via des points de rencontres sur internet d' une séance offerte, sont plutôt de bonne composition et rient quand il faut sans se faire prier pendant que les critiques restent un peu coincés, se demandant si c’est du lard ou du cochon. M’étant trouvé dans une séance bigarrée de ce genre, l’ambiance bon enfant m’a finalement gagné…

L'auteur

Diplômé de l’École supérieure de réalisation audiovisuelle (ESRA) à Nice en 1993, Stéphane Robelin est l’auteur de « Et si on vivait tous ensemble », joli film, son premier, déjà consacré à la fin de vie, avec une bande de joyeux séniors, Claude Rich, Guy Bedos, Géraldine Chaplin, Jane Fonda et Pierre Richard bien sûr, qui ont décidé de terminer leur vie tous ensemble dans une belle demeure, leur dernière en quelque sorte, plutôt que tout seul dans une maison de retraite. Stéphane Robelin a donc un faible pour la vieillesse heureuse. 

Cette fois, dans « Un profil pour deux », joli titre, il mélange allègrement les jeunes et les vieux. Allègrement, on vous dit…

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.