Isabelle Huppert et Claude Chabrol, deux complices pour de beaux succès

Le mystère dévoilé : Isabelle Huppert est une “femme de famille” !
De
Claude Chabrol
Une affaire de femmes - Emma Bovary - Violette Nozière - La cérémonie - Rien ne va plus - Merci pour le chocolat
Notre recommandation
4/5

Infos & réservation

Thème

Claude Chabrol, avec lequel elle aura une grande complicité toute sa vie, a détecté chez Huppert sa dimension d’ambiguïté, sa présence destructrice qui plombe les meilleures intentions, sa manière d’envahir l’écran, même dans des scènes secondaires. 

Il lui donne à incarner la vénéneuse Violette Nozière (1978), fille de Jean Carmet et Stéphane Audran, empoisonneuse familiale et perverse arriviste. Primée à Cannes, Violette Nozière sera le point de départ d’une saga ininterrompue de rôles «familiaux» axés sur la révolte personnelle, le refus des conventions (bourgeoises), la destruction de soi et d’autrui, dans la mesure – justement – où les lois de la famille entravent une volonté personnelle ou l’expression d’une névrose qui ne peut s’exprimer que dans le trouble.

Isabelle Huppert ? Une énigme. Elle a ses idolâtres. D’autres sont totalement allergiques. Un tout petit format : un mètre soixante, sans signe très particulier...mais prompt à toutes les transformations, et une énergie !... Une voix, un phrasé : plat, défensif, exclusif. Tous les acteurs dont on se souvient sont une voix : Jeanne Moreau et sa façon de détacher les syllabes, Michel Simon, Jouvet, Brasseur, Noiret, Rochefort (caverneux surdoués), Delphine Seyrig et son manque de souffle, Trintignant, Depardieu...et Isabelle Huppert. 

Fin 2020, le Times  a fait d’elle un éloge sidérant. Elle était aux calamiteux César, menue, stylée, mais pas trop coiffée, pour remettre un Prix à une fébrile débutante. Elle a joué son rôle, une fois de plus, avec sa voix posée, son élégante gentillesse, son sourire éternellement ambigu.

Isabelle Huppert  n’est pas une personne. Elle est un personnage, celui qu’elle incarne de film en film, parfois aussi au théâtre...Sa vraie personne, on ne la connaît pas. Ses interviews sont neutres, tournant uniquement autour du rôle, du long métrage ou de la pièce, du réalisateur ou des partenaires. Parfois elle pose pour de très jolies photos dans d’élégants journaux féminins, toujours aussi muette. Sur elle : rien ou presque rien, du banal, de l’elliptique, dans un français parfait, joliment articulé, sans apprêt. Une personne bien élevée, de bonne famille…

C’est cela : Au sein du cinéma français, Isabelle Huppert est une femme de famille ! 

Ses premiers rôles  

Cela commence avec la petite sœur très sage de Romy Schneider de César et Rosalie de Claude Sautet en 1971. Elle a 18 ans et encore les joues rondes de l’enfance. En 73, pour Les Valseuses elle est la fille dévergondée de vacanciers, et perd avec contentement sa virginité en compagnie de Depardieu et Dewaere, sur fond de musique de Stéphane Grappelli ; on ne peut rêver mieux.

Puis vient La Dentellière de Claude Goretta, chronique de l’amour impossible d’une jeune fille modeste et silencieuse pour un jeune homme frileux, coincé dans une famille pétrie de préjugés : il est le premier « homme faible » de son parcours ; il y en aura beaucoup. Cet opus la consacre.

Définitivement « fille », elle l’est encore deux fois, d’abord dans un film extravagant d’Otto Preminger, Rosebud (1974) tout à fait raté (“carrément imbuvable” écrit Tulard dans son Dictionnaire du cinéma) mais avec une distribution d’enfer : Peter O’Toole, Richard Attenborough, Raf Vallone, dans lequel elle est la fille d’un diplomate, enlevée par des terroristes : beaucoup d’explosions en langue anglaise, et des baisers du flamboyant Peter.

Ses rôles “familiaux”

Fille, belle-fille, sœur, amie, nièce, fiancée, orpheline, compagne, épouse, mère, confidente, belle-mère, divorcée, veuve...manipulatrice, destructrice, assassine, adultère, énergique ou amorphe, honnête ou menteuse, rebelle, soumise, méchante, assagie ou déchainée, les représentations de la femme sous toutes ses facettes, aux prises avec l’institution sociale clef : la famille.

En 79, il y a Les Soeurs Brontë de Téchiné, assez sinistre, puis, en 80 Loulou de Pialat, épouse adultère, fugueuse, rebelle, elle compose avec Depardieu, violent, incontrôlable, un couple - hors famille - dérangeant et tragique.  Benoit Jacquot d’après Henry James, avec le glacial et pervers Les Ailes de la colombe  la fait mourante et riche à Venise ; c’est peut être un peu trop intellectuel. En 81 Michel Deville avec Eaux profondes  d’après Patricia Highsmith, avec Trintignant qui élève des escargots, plus père qu’époux, en fait une femme enfant, perverse et manipulatrice, mêlant légèreté et noirceur. 1981 est une grande année, avec pour finir Coup de Torchon de Tavernier : très jolie, faussement naïve dans une Afrique encore coloniale, juste avant la déclaration de guerre, elle est l’épouse de « ce con de Marcailloux » et la maîtresse de Philippe Noiret, justicier illuminé dans son T-shirt rose délavé ; la scène où tous deux caressent la tête du chien dotée d’une raie au milieu est irrésistible.

 Il est préférable d’oublier La Truite, un mauvais Losey en 82 avec Jean- Pierre Cassel et Jeanne Moreau, vaguement japonisant, plus prétentieux qu’étrange.

Retour à Chabrol  

Huppert ne retrouve Chabrol qu’en 88 pour le beau et terrible  Une affaire de femmes : histoire vraie pendant l’Occupation d’une mère de famille exemplaire, la dernière femme condamnée à mort en France, dont le destin tragique se recoupe avec les aléas historiques d’un pays ravagé.  Puis, en 91, de nouveau provinciale mais rêveuse, insatisfaite épouse d’un médecin du 19ème siècle (un de ses très rares rôles à costumes) pour Emma Bovary, laquelle meurt non d’amour et de tuberculose, mais d’ennui et de frustration. Film en tous points parfait, la plus élégante et fidèle adaptation du roman de Flaubert.

Claude Chabrol reprocha beaucoup à Isabelle Huppert d’être partie faire du patin à roulettes dans le Grand Ouest américain pour Heavens Gate (la Porte du paradis) de Michael Cimino. Après tout, il était un peu son « père » de cinéma. Cimino (entre parenthèses) était fou de notre Isabelle. Il la voulait absolument et l’imposa à la production, faisant d’elle la tenancière d’un bordel  dans le Grand Nord-Ouest américain à la fin de l’ère des cow boys et au début de celle des émigrés. Beau, tragique, violent, trop long (la version intégrale dure plus de 3 heures), ce film faillit ruiner définitivement la MGM et saccagea la carrière du surdoué Cimino qui mit des années à se remettre de l’échec du film, découpé et coupé à sa sortie. La scène de la ronde sur patins à roulettes avec son inoubliable thème musical, fait partie de l’anthologie des plus beaux moments du cinéma mondial. Française, rousse et délurée, Isabelle Huppert y est la maîtresse d’un superbe Kris Kristofferson un peu empaillé, qui va la laisser tomber - après l’épouvantable tuerie - pour faire un mariage de convenance compatible avec le rang de sa patricienne famille. On n’épouse pas une française avec laquelle on a fait la noce, qu’on a déshabillé en plein air et qui  tire à la carabine. D’ailleurs, elle meurt d’une balle perdue, ce qui est conforme au puritanisme des Amerloques. Après ce film devenu « culte » dans lequel Christopher Walken est également remarquable, Isabelle retrouva donc Chabrol pour être, sous sa direction,  une deuxième fois « guillotinable » dans Une affaire de femmes. 

Elle enchaine, en bien plus léger, toute bouclée navigant entre Coluche et Thierry Lhermitte, demoiselle peu vertueuse, égarée à Courchevel, le peu délicat mais hilarant La femme de mon pote (83) de Bertrand Blier. (Tulard déteste). Puis elle retrouve Chabrol pour La Cérémonie où elle forme avec Sandrine Bonnaire le couple diabolique exterminant une paisible famille bourgeoise. Le niveau de haine, d’abord contenue puis exprimée, est étonnant et très dérangeant. Plus tard c‘est le plus paisible Coup de Foudre de Diane Kurys, non dénué d'ambiguïté où elle est Lena, mère distraite, petite bourgeoise des années 50, mariée à un ennuyeux et « brave » Guy Marchand auquel elle doit tout ; elle s’en va, définitivement, avec Miou Miou pour vivre une vie sans homme.

Les films s’accumulent. Mère, elle l’est encore, dans Saint Cyr (99) pour lequel, amante puis épouse cachée de Louis XIV, elle materne des jeunes filles de petite noblesse désargentée dans sa célèbre institution. Ou bien, en 2007, dans le remake d’Un Barrage contre le Pacifique, elle lutte avec obstination contre l’océan, ses enfants et un destin contraire. Assez terne, flottant si l’on peut dire...

Chabrol toujours avec Rien ne va plus en 97 : une comédie dite «légère». Huppert s’y amuse, se déguise, met des perruques, fait l’idiote, face à un bougon, calculateur et magnifique Michel Serrault : toutefois pendant tout le film on ne sait trop s’ils sont Pygmalion et Cosette, oncle et nièce, vieux amants camés, père et fille dévergondés, amis ou ennemis, ou simples complices de longue date...A la fin, après avoir fugué, elle revient vers lui, qui joue les gâteux : Tendresse ? Perversité ? Goût du risque ? Cruauté ? Simple intérêt ? Un peu tout cela. Dans tous les cas, elle joue encore à trahir l’honnêteté, avec son phrasé plat tellement convaincant, à jouir du bon air de la Confédération helvétique, où, on le sait, l’argent n’a pas d’odeur.

 Au-delà de l’an 2000… 

Le siècle nouveau apporte une grande diversité : En 2000, très bien habillée (Hermès peut être?) encore en Suisse, avec Claude Chabrol, mais dans la plaine genevoise, elle est l’épouse empoisonneuse d’un  Jacques Dutronc pianiste virtuose, délibérément absent et silencieux par lâcheté ou indifférence dans Merci pour le chocolat : jeu de familles mal « recomposées » où traînent d’adultérins rejetons animés de rancoeurs tenaces. Huppert calme tout le monde avec son délectable breuvage…

Elle découvre aussi et affronte un nouveau style de cinéma avec La Pianiste, puis Amour (2012) de Michael Haneke, aux destructrices relations Mère-Fille. L’un la confronte à Annie Girardot (ultime rôle), l’autre à Emmanuelle Riva (et Jean-Louis Trintignant) dans des péripéties de non amour et d’amour souvent dérangeantes. Le second film – primé partout – ne lui donne qu’un rôle secondaire, mais sa présence (ou son absence) éclaire le récit de manière saisissante.

Puis on va vers plus de légèreté, toujours avec une pointe de cruauté ou de drame : François Ozon lui permet d’être l’extravagante et vilaine Augustine de Huit Femmes (2001), malade imaginaire, jalouse et batailleuse, passant du laideron à la fausse vamp, avec le sublime moment de larmes du Message personnel de Françoise Hardy. En 2004 Les Sœurs fâchées d’Alexandra Leclère où elle est particulièrement teigne, névrosée et snobinarde : très bien habillée, elle compose avec Catherine Frot un « anti duo » savoureux : le dîner au cours duquel Catherine Frot raconte avec innocence la genèse de son roman à succès devant une Huppert éberluée et jalouse à crever, est le morceau de bravoure d’un film qui finit bien mais trop mollement. Copacabana de Marc Fitoussi la voit dans un récit poétique et cruel, en mère irresponsable et déjantée aux côtés de sa propre fille en 2010.

Dans Mon Pire cauchemar sorti en 2011, toujours très bien habillée, elle est encore une bourgeoise rive gauche, intello et coincée qui s’ennuie ferme dans un univers aseptisé ; sa rencontre avec un Poelvoorde hors cadre va libérer ses penchants pour la bouteille et la jambe en l’air, ainsi qu’un sentimentalisme soigneusement caché. Ce n’est pas un grand film mais il amuse, a pas mal de succès en révélant une nouvelle facette de jeu. Sans doute faut-il approcher la soixantaine pour ne plus se prendre trop au sérieux.

Huppert mise souvent sur la génération de nouveaux cinéastes,  pour un financement modique, alternant avec des réalisateurs plus consacrés. Des rôles plus ou moins importants. Elle s’applique à échapper aux stéréotypes. Toutefois l’assez beau L’Avenir, de Mia Hansen-Love, primé à Berlin, la remet en prof parisien, proche de la retraite, qui n’arrive plus à publier, et se fait larguer par son vieux mari. La fin est très tendre, émouvante, bercée par  A la claire fontaine ...heureusement : tout ayant foutu le camp, on peut encore avoir un avenir en grand-mère !

En 2015, elle retrouve tout de même Depardieu pour l’étrange et mal ficelé Valley of love, dans la torride Vallée de la mort à la recherche du message galactique de leur fils suicidé. C’est surjoué, pas vraiment convainquant, disons « expérimental ». L’obésité de Gérard est inquiétante. Un semi flop.

Points forts

Il y a le terrible Elle de Paul Verhoeven en 2016, qui obtient 2 César, dont le sien, et un Golden Globe US (mais pas l’Oscar, rapté par Emma Stone). Elle est contente tout de même, en robe à paillettes, d’être honorée pour ce rôle épuisant de femme implacable et bizarre qui règle ses comptes toute seule avec une sorte de délectation barbare.

Et puis...Encore des films, toujours (3 ou 4 par an)...Le dernier, en salle, juste avant les fermetures dues à la pandémie, est La Daronne de Jean-Paul Salomé, tiré du formidable roman d'Hannelore Cayre dans lequel elle s’amuse, triche, se déguise, a deux filles sympa, une mère mourante, dialogue avec un chien qui joue très bien. Salomé a tendance à goupiller des séquences trop allusives, mais c’est bien tout de même ; Hippolyte Girardot excelle dans son éternel emploi de type floué par les femmes. Patience Portefeux est une héroïne solide et sympathique. Succès bref en salle. Le DVD se vend bien.

Quelques réserves

Il faudrait tout de même faire attention, ne pas abuser du style Isabelle dans les rôles d’Huppert, car à la longue cela risque de lasser.

Encore un mot...

Certes, je n’ai pu examiner ici tous ses films. Il y en a plus de 130. N’ont  donc été retenus que les plus significatifs du point de vue de l’approche que je propose, ayant travaillé ce thème pour l’un des Colloques Droit et Cinéma de la Rochelle, celui de 2013, qui était relatif à « la famille ». Et ayant aussi porté quelques regards sociologiques sur le cinéma français à l’antenne de la webradio Canal Académie.

Au bout de tant d’épisodes, on peut se demander : qu’est-ce qui fait encore courir la petite Huppert ? Le désir de gloire ? Celui d’être « reconnue » ? Elle a accumulé une vingtaine de récompenses, et s’en fout un peu. Les Japonais l’adorent, les Américains l’admirent. La famille, elle connaît, issue d’une fratrie de cinq, avec le même Jules depuis 40 ans, 3 enfants… Peut-être le désir de transmettre des émotions ? Un trop plein d’énergie ? L’envie du partage ? Ou tout simplement le désir de « tourner », d’habiter d’éphémères personnages, de devenir un personnage soi même.

Une phrase

Chabrol à François Guérif : « J'ai toujours tendance à travailler avec les mêmes personnes. Et je comprends mal comment on peut ne pas travailler avec les mêmes quand on s'entend bien avec eux et quand c'est possible (…) je préfère garder ma petite équipe parce que, à chaque fois, c'est un vrai bonheur de se retrouver. C'est valable pour les techniciens. C'est valable pour les acteurs. C'est valable pour tout le monde ».

L'auteur

Claude Chabrol (1930-2010) est sans doute l’un des cinéastes les plus populaires et les plus renommés de France. Sa filmographie (de 1958 à 2009) est fort abondante, sans parler des courts métrages de ses débuts ni de ses fictions pour la télévision.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.