1917, l'année qui a changé le monde

1917, c'est bien plus que la révolution bolchevique
De
Jean-Christophe Buisson
Editions Perrin - 320 pages
Notre recommandation
4/5

Infos & réservation

Thème

L'année 1917, jour après jour, examinée sous tous ses angles : événementiel, militaire, culturel, politique, social, artistique, moral, diplomatique, et même sportif.

Pourquoi 1917 ? Evidemment à cause du centenaire. Mais aussi, affirme l'auteur, "parce qu'un siècle plus tard, notre monde est le produit de cette année-là".

Cette affirmation lui sert de fil conducteur pour la sélection des événements parmi des millions survenus en ces 365 jours : il se concentre sur ceux, petits et grands, qui ont encore, de nos jours, une résonance.

Points forts

·        On imagine le nombre inouï de journaux de l'époque que Buisson a dû consulter pour établir cet éphéméride et aboutir à un choix judicieux, équilibrant les différents domaines retenus. Il a parfaitement résumé les événements, réécrit les textes pour les contextualiser et en présenter l'essentiel. D'innombrables indications ajoutées entre parenthèses permettent de comprendre l'importance de l'événement ou de préciser la position politique du personnage évoqué. 

·        Grâce à une introduction brève et percutante, répétant trente fois "Cette année-là", on perçoit combien elle fût, en effet, décisive. Tout a basculé, sur les fronts de guerre bien sûr, et partout dans le monde, aux Etats Unis, au Moyen Orient, dans les Balkans, en Flandre, Russie, Inde, Ukraine, Grèce...La culture n'est pas en reste, elle est même en effervescence, en peinture (Duchamp, Picasso, Vallotton, dadaïsme) comme en musique (Satie, le jazz, Ravel), en littérature (Apollinaire, Proust) comme au cinéma (John Ford, Chaplin, Guitry)... 

·        "Les grands conflits du XXe siècle trouvent tous sans exception leur source en 1917" :  L'auteur démontre brillamment que ces 365 jours ont été sans précédent ni équivalent. Il nous convainc. 

·        L'Europe change de visage. Les Romanov sont renversés, et bientôt sur les routes de l'exil, on rencontrera les Habsbourg, les Hohenzollern, les sultans ottomans. Les grandes idéologies totalitaires sont en gestation.

·        Tout est fait pour faciliter la lecture : une maquette claire et attrayante, de  magnifiques et nombreuses photos bien légendées, qui ont une force évocatrice évidente, ainsi que des cartes du monde et de l'Europe en cette année-là et une vingtaine de "Focus" c'est- à- dire de portraits de figures majeures de l'époque.

Quelques réserves

·        La formule jour après jour  donne une vue parcellaire et ne permet pas de suivre l'évolution des faits. Un exemple parmi tant : le 12 juin 17, le roi de Grèce, Constantin 1er, abdique. Quelles furent les conséquences immédiates et à long terme ? On ne peut là trouver aucune suite à l'histoire...

·        On a souvent l'impression de survoler, papillonner, picorer des événements dont on ne sait mesurer le retentissement. Certains seraient donc seulement anecdotiques ou amusants ? Par exemple : L'abbé Saunière aurait découvert un trésor à Rennes-Le-Château. Et après ?

·        Petit reproche au graphiste : le choix de la taille des caractères, trop petits ! Les passionnés d'histoire auquel on peut volontiers offrir ce bel album devront chausser leurs lunettes !

Encore un mot...

Resituer toute la richesse historique d'une année-clé, n'est pas chose aisée. Le pari est réussi.

Une phrase

"Cette année marque la fin tragique, pathétique, sanglante, d'un monde né à Vienne, en 1815, au lendemain de l'aventure napoléonienne, et figé depuis dans ses grandes lignes... Sur les décombres de ce "monde d'hier"... nait un monde nouveau. Un monde de progrès, mécanisé, technique, rationnel, déicide, hyperviolent".

L'auteur

Jean-Christophe Buisson, né en 1968, est journaliste et a été nommé, en 2015, directeur adjoint de la rédaction au Figaro Magazine où il avait effectué de nombreux grands reportages, notamment en Europe de l'Est, ex-Yougoslavie. Il a d'ailleurs rédigé une biographie du général serbe Mihailovic fusillé sous Tito en 1946 : Mihailovic, Héros trahi par les Alliés. 

On lui doit également plusieurs ouvrages consacrés aux Balkans et au monde slave. 

Avec Alexis Brezet (directeur des rédactions du Figaro) il a dirigé l'ouvrage à succès, "Les grands duels qui ont fait la France", et avec l'historien Jean Sevillia, "Les derniers jours des reines".  

Il intervient sur plusieurs radios, notamment RTL dans "On refait le monde", émission animée par Fogiel. Sur la chaîne Histoire, il présente l'émission "Historiquement show", où il reçoit les auteurs qui font l'actualité historique.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.