Beurettes un fantasme français

Comment vit-on quand l’étiquette “beurette” vous colle à la peau ?
De
Sarah Diffalah et Salima Tenfiche
Editions du Seuil - 313 pages - 21,50 €
Notre recommandation
3/5

Infos & réservation

Thème

Les auteures, jeunes femmes françaises issues de l’immigration comme les gens ont l’habitude de les définir, des « Beurettes » comme on dit, ont voulu comprendre ce que les autres mettaient derrière ce terme,  quel fantasme véhiculait un mot tantôt insulte tantôt mytho qui fleurit des cours de récréation aux sites pornos : comment les voient-on et comment elles-mêmes se voient-elles en France en 2021 ? A travers les regards croisés d’une vingtaine de jeunes femmes elles aussi d’origine maghrébine, les auteures interrogent  les projections et les préjugés attachés au mythe de la « Beurette », le corps, la sexualité et l’apparence, l’héritage de la culture maghrébine berbère et arabe, le poids de la famille et des traditions, la religion choisie ou subie, le voile, l’alcool, …..

Points forts

Les auteures ont choisi d’interviewer plusieurs jeunes femmes, toutes bien dans leur temps, pour mettre en lumière les difficultés, les préjugés, les non-dits, les maladresses et les mal-entendus  auxquels elles sont confrontées et comprendre pourquoi elles sont toujours « vues » comme des arabes.

 Le livre est écrit simplement à hauteur de femme sans langue de bois, sans concession pour leurs propres contradictions ou celles de leurs proches. En lisant « Beurettes » à la lumière de son sous-titre « Un fantasme français » on découvre des vérités qui pour certaines sont dérangeantes quant à notre manière de voir et d’accepter l’autre mais aussi dans la manière dont elles-mêmes se voient et s’acceptent.

Quelques réserves

Les jeunes femmes interrogées dans l’enquête sont  plutôt de jeunes diplômées bien  intégrées professionnellement et sur le plan personnel et familial.  Dommage que les auteures n'aient pu recueillir plus de témoignages de jeunes femmes qui galèrent tant professionnellement que personnellement.

Encore un mot...

On se souvient de « la marche des beurs » dans les années 80 sous l’ère Mitterrand,  des qualificatifs « Beurs et Beurettes » gentillets et bons enfants à l’époque d’une France qui se voulait plurielle. Aujourd’hui ce terme semble être tombé en désuétude, relégué au rang d’insulte sexiste et raciste, et on lui  préfère celui de « Rebeu(e)s » plus cru mais plus parlant. Et pourtant ces jeunes femmes, les Beurettes, trop souvent « assignées à identité »,  riches d’une double culture qu’on a parfois voulu leur faire oublier ou qu’elles-mêmes ont essayé de nier ou d’ignorer mais qui finalement leur « colle à la peau », se sentent tout simplement Françaises.

Une phrase

«Vous êtes à une soirée chez des amis ou dans un bar. La personne avec qui vous discutez a l’air plutôt sympathique, mais soudain elle vous lance un malheureux : «  mais toi, tu viens d’où ? ». La question qui tue … Moi, Salima, longtemps j’ai simplement répondu « mes parents sont Algériens », avant de m’écarter discrètement de cet interlocuteur que je jugeais grossier… Aujourd’hui, le plus souvent, je feins de ne pas comprendre l’implicite lié aux origines étrangères et je réponds simplement « Je suis née à Paris. Je suis une vraie Parisienne » …. La plupart des femmes jugent, comme moi, malvenue cette manière de nous aborder. Lynda compare cette demande à celle d’un consommateur soucieux de connaître l’AOC d’un produit avant de l’acheter « C’est incroyable qu’en 2020 on en soit encore à devoir décliner notre origine, comme si on était du poulet de supermarché »….. Basma, elle non plus ne cache pas son agacement «Je crois que ça me dérange encore plus quand ce sont des blancs qui me demandent de quelle origine je suis, nous on va jamais demander à un Picard : et toi tu viens d’où ? Dans la mesure où la question ne peut pas aller dans les deux sens, je préfère qu’on me demande ce que je fais dans la vie »

L'auteur

Sarah Diffalah est journaliste à l’OBS, Salima Tenfiche est chercheuse en cinéma et chargée de cours à l’Université de Paris-Diderot.

Le livre est préfacé par Alice Zeniter romancière scénariste et dramaturge : elle a obtenu le Prix Goncourt des lycéens pour son livre l’art de perdre (Flammarion).
Sur Culture Tops, retrouvez une chronique de Jean-Noël Dibie consacrée à l’ouvrage d’Alice Zeniter Comme un empire dans un empire et d’autres chroniques sur cette romancière..

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.