Dictionnaire amoureux de la France

Un vagabondage jubilatoire dans un hexagone quelque peu fantasmé !
De
Denis Tillinac
Plon
Janvier 2008
392 pages
Notre recommandation
5/5

Infos & réservation

Lu / Vu par

Thème

Un dictionnaire amoureux, c'est un parti pris ! Celui de Denis Tillinac est de nous proposer une ballade en 102 étapes, de d'Artagnan à Zinc, mêlant les lieux, les époques, les événements qui composent, à ses yeux, "le bonheur d'être français".

Il est donc construit en "séquences", de 1 à 3 ou 4 pages, écrites à la première personne, qui proposent sa vision d'un lieu, d'un événement, d'une vie, leur apport à l'identité française, et accessoirement, leur contribution à sa personnalité d'écrivain.

Points forts

Denis Tillinac a la plume légère et un phrasé jubilatoire.  Les parti-pris de son alphabet composent une mythologie originale, tout à fait personnelle et surprenante de diversité.

Compte tenu de la composition de l'œuvre - un mot, un lieu, un événement, un personnage, l'originalité de ce dictionnaire est de vous emmener là où vous ne vous y attendez (peut être) pas. Ce livre ne se lit pas, il se picore.

De D'Artagnan aux Prodiges (dont Verlaine), de Solferino à Auriac, sans oublier de couler paisiblement sur la Dordogne, de la fraternité (incarnée par Coluche) au Val de Loire, ses rives enchantées, l'Abbaye de Saint-Benoît où "Jeanne d'Arc s'est grisée l'âme", à Epineuil où "Alain Fournier a donné le Grand Meaulnes à la jeunesse de son pays", l'univers cher à Tillinac, sans pompe ni pédanterie, fourmille de références et d'anecdotes ! Et de petits dessins, nés de la plume d'Alain Bouldouyre.

Et en résumé, comme les grands vulgarisateurs, Tillinac vous rend intelligent (ou plus "cultivé") alors que vous n'avez rien demandé ! Pourquoi s'en priver ?

Quelques réserves

Si l'on peut contester les partis pris de l'auteur, qui propose son panthéon personnel (y compris le mondial de foot !), je ne vois pas de faiblesse à ce dictionnaire ouvertement "partisan".

Encore un mot...

L'essentiel est dans l'exergue : ce dictionnaire est jubilatoire. Le lire est un plaisir, un gage d'enthousiasme et d'optimisme tant il est bien écrit, un tantinet irrévérencieux, érudit et très personnel. Il révèle bien entendu la personnalité riche de son auteur et sa très grande culture, qui associe humanisme et - dans ce dictionnaire - une connaissance très fine des terroirs. Ce Dico amoureux de la France est aussi un hommage aux femmes et aux hommes, qui à ses yeux, ont fait la France, qu'elle soit littéraire, politique, artistique ou architecturale. Il peut se lire aussi comme la confession intime de la richesse de l'univers de l'écrivain, et de ce que la culture de son pays lui a apporté.

Si vous n'en  lisiez qu'une parcelle, lisez le prélude qui est une magnifique déclaration d'amour à la France, et lisez les premières pages sur d'Artagnan - vous comprendrez pourquoi "Sans lui, [Denis Tillinac] n'aurait pas été le même." Et si vous vous laissez tenter, gardez le toujours à portée de main, il se peut qu'il vous requinque si vous avez une baisse passagère de régime !!

Une phrase

"Depuis la nuit des temps, le clocher de mon village sonne les heures, monotonement, langoureusement. En l'écoutant psalmodier , dans un silence immémorial,  c'est l'histoire de France qui défile - une cohorte de gueux, de preux et de pieux, dont la geste m'oblige, autant qu'elle m'émeut" Prélude, P 15

L'auteur

Denis Tillinac est un écrivain, journaliste et éditeur français, originaire d'Auriac, et fier de l'être ! Homme de convictions - sa carrière littéraire est sillonnée d'engagements politiques, religieux et sportifs (rugby et foot !). Il a écrit de très nombreux romans, essais et biographies (dont Chateaubriand, Jacques Chirac et François Hollande, et quelques hommages littéraires au Général de Gaulle !). Il a reçu de nombreux prix, dont les moins "courants" sont celui du roman populiste, de la littérature sportive ou de "l'enracinement Simone Weil" (hommage à un essai demandé par le Général de Gaulle en 1943 à la philosophe, sur le redressement de la France). Il décède en septembre 2020.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.