Histoire du silence

Grandeur du silence:"tout dit dans l'infini quelque chose à quelqu'un"
De
Alain Corbin
Editions Albin Michel - 204 pages
Notre recommandation
4/5

Infos & réservation

Thème

Le silence est-il un vide ou est-il un réceptacle bruyant de l'intimité de nos vies, de nos pensées, de notre spiritualité ? Est-il trop personnel pour en faire le sujet d'un livre? Alain Corbin répond à ces questions en proposant un voyage dans le monde du silence, " de la Renaissance à nos jours".

 Ce voyage commence dans la chambre,  dans la maison, dans la ville. Il se poursuit dans la nature, puis sur le thème des quêtes de silence, des lieux de spiritualité, dans la religion, la littérature, la peinture, les relations sociales, dans l'amour et la haine. 

Vous croiserez dans ce voyage (liste non exhaustive !) Proust,  Hugo, Vigny, Huysmans, Fra Angeloco et Vinci, Claudel, Maeterlinck, Delacroix, Charles de Foucault, Bossuet, Ignace de Loyola, Zola, Pivert de Senancour (un écrivain romantique), Gracq,  Jean de la Croix, Saint Exupery, Picard (Max, le philosophe Suisse)... Quel voyage !

Points forts

1- Un ouvrage remarquablement documenté: près de 360 références bibliographiques pour une immersion totale dans le sujet. Il peut passionner autant le lecteur "vétéran" que des étudiants et de jeunes adultes.

2- Une véritable invitation à la réflexion sur un sujet qui peut sembler ne pas en être un. Et pourtant, ce voyage révèle toutes les facettes de ces paroles du silence. Les exemples cités, les extraits de textes, le folio central qui présente des tableaux - celui de couverture, symbole du romantisme Allemand - sont très didactiques.

3- Ce livre a vraiment deux niveaux de lecture:

   - Le silence dans nos vies et nos sociétés est un sujet en soi. L'explorer est incontestablement intéressant car la banalité de son expression  masque ses visages, sa perception dans le temps, son rôle dans nos vies. 

   - Le second niveau provient de ce que la lecture de ce livre nous révèle. Les citations, par exemple, sont de vraies invitations à la méditation, à l'introspection, au réveil de nos sensibilités. Un bonheur à ne pas rater.

4- Ce livre offre des regards très différents sur le silence, comme le silence dans la spiritualité et la relation amoureuse (profonds), l'art de se taire (savoureux), le silence relégué à la haine et à l'oubli (fort), les expressions du silence dans la création artistique ( érudits).

Quelques réserves

1- L'abondance de citations peut décourager. Le recul que l'on attend de l'analyse se perd parfois dans leur foisonnement.  Cela m'a un peu déçu au début, plus du tout après!

2- A moins d'être universitaire ou doté d'un QI supérieur à 180, il est difficile de connaitre d'emblée tous les auteurs cités.  Ne vous découragez pas, la présence à vos cotés d'un smartphone ou d'une tablette avec connexion 4G peut apporter les réponses aux questions que vous vous posez. On peut regretter cependant qu'Alain Corbin ait estimé que tous ses lecteurs aient une culture équivalente à la sienne...

3- Le livre suit une progression : du silence dans l'espace privé, vers ses expressions littéraires, artistiques, religieuses, sociales, amoureuses... Mon regret est qu'il se termine sur le silence "tragique". Il fallait bien l'aborder. Après l'élévation des chapitres précédents, sa situation en fin d'ouvrage nous fait retomber, à l'image de la formule de Pascal, dans l'effroi des espaces infinis. Mais comme les autres, il est passionnant.

Encore un mot...

A priori, le silence serait synonyme de vacuité et d'ennui. S'il en était besoin, ce livre réhabilite le silence et l'inscrit dans notre histoire, non comme un épiphénomène, mais comme consubstantiel à nos vies, à notre culture. A l'heure où les temps de silence semblent impossibles à tant de jeunes, je souhaite que cette histoire du silence fasse beaucoup de bruit dans la conscience de leurs parents ou éducateurs. J'y suis entré avec curiosité et appétit, j'ai peiné sur les 80 premières pages, j'ai dévoré les 100 restantes. En fermant la dernière page, je me suis dit : "impressionnant" ! Il y a tant d'exemples à donner que je ne peux que vous inviter à les découvrir.

Une phrase

Ou plutôt, parmi beaucoup d'autres, cet extrait (page 108) des "Contemplations" de Victor Hugo, explorant les dimensions spirituelles et matérielles du silence, et sorte de synthèse de ce que le livre de Corbin peut offrir de mieux :

"(...) l'immensité s'écoute (...)

Crois-tu que l'eau du fleuve et les arbres des bois

S'ils n'avaient rien à dire élèveraient la voix ? (...)

Crois-tu que le tombeau, d'herbe et de nuit vêtu,

Ne soit qu'un silence ? (...)

Non, tout est une voix et tout est un parfum

Tout dit dans l'infini quelque chose à  quelqu'un (...)

Nous entendons le bruit du rayon que Dieu lance

La voix de ce que l'homme appelle le silence."

L'auteur

Alain Corbin est historien; il fut professeur à la Sorbonne jusqu'en 2005. Spécialiste de la France du 19ème siècle, il est l'auteur de nombreux ouvrages et compositeur "d'histoire de...": du temps (qui passe et qu'il fait), des loisirs, du paysage, du christianisme, de l'arbre, de la virilité... Il est avant tout un explorateur des sensibilités et des façons dont elles ont façonné nos cultures. Un de ses ouvrages les plus connus, "le Miasme et la Jonquille", paru en 1986, est l'histoire du rapport de l'homme et des odeurs. C'est un homme aux partis pris originaux, dont les apports ont été salués par le monde universitaire !

 

Commentaires

Yves Bouessel …
mar 17/05/2016 - 09:29

A lire en parallèle, peut être, avec le livre d'Elisabeth Barillé : "L'oreille d'or", qui vient de sortir et dont Culture Tops va parler. Autour de la malentendance qui peut se révéler féconde...

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.