Ivres paradis, bonheurs héroïques

Au coeur du développement des idéologies "réparatrices"
De
Boris Cyrulnik
Editions Odile Jacob - 230 pages
Notre recommandation
5/5

Infos & réservation

Lu / Vu par

Thème

Ce livre est une réflexion sur le besoin des individus et des peuples de s'inventer, d'incarner ou de magnifier des "héros". Notre enfance en est peuplée. Ces figures familières nous aident à nous construire, à trouver refuge, à s'inventer un modèle. Dans la vie d'adulte, elles prennent d'autres visages, une dimension collective qui porte et transporte, de l'amour à la haine. 

Ce livre explore progressivement les déterminants de la figure héroïque, dans son approche individuelle et collective. Il aborde les épopées, les mythes totalitaires, leurs construction, leurs ressorts, leurs effets. De Superman à l'idéologie nazie, de Rémi de Sans famille à Tarzan, Mandrake ou Zorro, de Robespierre aux Kmers rouges ou au Petit père des peuples, Cyrulnik nous invite dans la fabrique des héros et des totalitarismes, des bonheurs héroïques d'une mère Térésa ou d'une Jeanne d'Arc, comme dans les paradis promis aux candidats au Jihad.

Points forts

1- Comment  dire? Tout est fort dans ce livre. La clarté de l'exposé, la diversité des exemples (beaucoup, extraits de l'histoire contemporaine), l'abondance des sources, la qualité didactique, un style d'écriture, sans jargon excessif, avec une pointe de connivence.

2- L'explication du rôle du contexte historique et politique dans la construction des figures héroïques. Par exemple, l'héroïsation de la résistance des juifs du Ghetto opposée à l'oubli de la résistance des catholiques de Varsovie. Des révélations aussi, comme le phénomène des "épidémies de croyance", de l'appel à la première croisade du Pape Urbain 2 (1058) aux rumeurs sur Internet.

3- Des exemples didactiques de personnalités "extra-ordinaires", comme Germaine Tillion (résistante), devenues héroïques par leur comportement ou leurs choix. A l'envers de la médaille, des héros "négatifs", non pas admirés mais craints, véhicules de sentiments d'exclusion ou d'humiliation comme Mohammed Merah, "modèle" de jeunes déstabilisés par la destruction des cadres sociaux, religieux et intellectuels.

4- Le décodage des ressorts des sociétés totalitaires, et de l'apparition de la "banalité du mal", des camps de concentration aux injonctions de la Radio des Mille Collines qui invitait au Rwanda, chaque jour,  au massacre des Tutsi. Si vous avez lu "Les Bienveillantes" de Jonathan Littell, vous y comprendrez mieux les racines de l'horreur ordinaire.

Quelques réserves

1- Son titre et son résumé illustrent imparfaitement la richesse de l'ouvrage, en focalisant sur le besoin de héros. C'est un aspect du livre, mais, de loin, pas le seul - attention donc de ne pas s'arrêter à ce descriptif réducteur.

2- On pourra objecter que les références à l'Allemagne nazie sont très nombreuses. Pour autant, elles nous aident à décoder ce qui demeure, pour beaucoup d'entre nous, l'incompréhensible d'un passé encore très proche.

3- Tout le monde devrait lire ce livre pour être conscient des manipulations dont il pourrait être, au moins le spectateur passif, au pire l'auditeur enthousiaste. Mais combien serons nous à le lire ?

Encore un mot...

Alors que l'on aurait pu s'attendre à une exploration du Panthéon antique, voici un livre qui donne, sans jugement moralisateur, les clefs de la naissance des idéologies "réparatrices", de leurs conséquences les plus positives jusqu'aux pires, comme les mouvements génocidaires. Dans les pas de Gustave le Bon et sa célèbre "Psychologie des foules", éclairé de l'histoire contemporaine, voilà un livre à lire deux fois, pour s'imprégner de son raisonnement, de ses exemples, d'une mécanique universelle qu'il faut connaitre, savoir apprécier et transmettre... autant que redouter.

Une phrase

"L'héroïsation est fondée sur notre besoin d'espérance et sur le souvenir d'une figure d'attachement qui nous sécurisait quand nous étions enfant. Imaginez que vous soyez désorienté par une catastrophe sociale et qu'en plein malheur un homme providentiel vous révèle d'où vient le mal, et vous donne en même temps les recettes pour y échapper : vous reprenez espoir...et votre héros vous offre la conduite à tenir dont vous avez besoin". P 184

L'auteur

Boris Cyrulnik est probablement le plus connu des neuropsychiatres français. Ses travaux portent sur la science des comportements (l'éthologie), plus particulièrement du nourrisson à l'adulte, sur les composantes de l'épanouissement et des situations traumatiques, leurs conséquences et les façons de les surmonter. 

Infatigable pédagogue et vulgarisateur, il a donné un sens à la notion de résilience, et publié, entre autres, 25 ouvrages sous sa seule plume, en français. On citera, parmi les plus connus, "Un merveilleux malheur" (1999), "Les vilains petits canards" (2001), "Parler d'amour au bord du gouffre" (2004). 

"Ivres Paradis" est sa dernière "livraison", dans un flux, ces dernières années, de près d'un ouvrage par an. 

Ce très honnête homme a, entre autres engagements, participé à la commission Attali sur les freins à la croissance.

Commentaires

Marestin Andre
ven 13/11/2020 - 08:41

Merci monsieur Cyrulnik .
Vos differents ouvrages sont clairs et quand je les lis j'ai l'impression d'etre intelligent
Vous savez toucher, emouvoir , faire reflechir , on dirait que vous me connaissez et c'est cela votre universalite
Votre vingtaine d'ouvrages sont chaque fois des moments de grande empathie

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.