La Guerre des générations aura-t-elle lieu ?

L'intergénérationnel, clé de notre avenir
De
Serge Guérin et Pierre-Henri Tavoillot
Editions Calmann Levy - 238 pages
Notre recommandation
4/5

Infos & réservation

Thème

Nous sommes en 2026 : les plus de 40 ans se voient interdire l'entrée des boites de nuit, des pensionnaires d'un EPADH, accablés de chaleur en cet été caniculaire, saccagent leur établissement et bloquent l'autoroute. Le Parti des Générations Futures organise des manifestations monstre pour faire payer la dette, le climat, la pollution aux vieux ; une Marianne "hyperbotoxée" proclame "à mort l'âge"… Bref, la guerre entre les générations est déclarée. 

Fiction - frisson devant un avenir redouté ? Sur ce prologue drôlatique, les auteurs s'attachent à déconstruire un conflit de génération largement porté par les médias et les marketeurs, inventeurs des générations X, Y ou Z. Sur un grand nombre de thèmes - la confiance entre les générations, la permanence ou la distanciation des liens, sur l'entre aide, l'engagement des seniors auprès des jeunes et des jeunes auprès des séniors, sur les valeurs, la famille, l'habitat, les technologies, enquêtes à l'appui, Serge Guérin et Pierre-Henri Tavoillot montrent et démontrent la consolidation autant que la transformation des liens intergénérationnels. 

Points forts

1- Documenté ! Pour remettre en cause "la lutte des âges" telle qu'elle est souvent décrite dans ses aspects économiques, sociaux, technologiques, il fallait de solides bases documentaires. Cet essai balaie les plus récentes études pour nourrir de chiffres une réalité souvent à l'opposé de l'image médiatique. Une enquête a  été commanditée pour cet essai, afin d'enrichir les analyses des auteurs.

2- Surprenant ! Car on en sort en se disant : mais, cela va plutôt bien ! Jeunes et séniors partagent les mêmes valeurs, le sentiment de complémentarité mutuelle, l'envie d'un engagement pour et avec les autres. Les frontières entre les générations s'estompent, à l'envers des papiers ou de reportages qui annoncent qu'elles s'exacerbent.

3- Prospectif ! Un chapitre est consacré à des propositions pour mieux gérer la mutation de l'équilibre des générations. Formation tout au long de la vie, reconnaissance du bénévolat dans les parcours professionnels, urbanisme adapté, systèmes de retraites, d'assurance maladie et de mutuelles, service civique, réserve citoyenne, initiatives concertées des acteurs publics, privés et associatif… les proposition sont nombreuses pour construire "une société de l'intergénérationnel".

4- Éclairant. Le "multi", le trans" et  l'inter", préfixes appliqués indifféremment au culturel, au social, au genre, aux générations, sont aux cœur des débats sociétaux actuels. Selon les domaines sur lesquels on les apposent ou les imposent, il peuvent enfermer dans le communautaire, unifier dans l'indifférence ou ouvrir positivement à des différences assumées et comprises. Pour nos auteurs, l'intergénérationnel est la clé de notre avenir. Lisez la conclusion, page 227, courte et dense. Elle pose parfaitement les enjeux d'une transmission non indifférente aux différences ! 

Quelques réserves

1- Il y en a peu, si ce n'est votre intérêt pour le sujet. Tavoillot et Guérin  décortiquent assez méthodiquement les comportements et les attitudes des français sur le fait "générationnel", dans leurs dimensions sociologique, économique, philosophique, sociale et sociétale.  Au risque d'ennuyer des lecteurs en quêtes de "vérités" plus affirmées que construites. 

2- Comme ce livre est très documenté, il présente beaucoup de chiffres. Mais ces chiffres sont des faits qui étayent les thèses, et démontent les à priori autant que les stéréotypes d'un jeunisme parfois exacerbé !

Encore un mot...

Cet Essai a des accents libertaires, anti décliniste et anti complotiste. Il s'inscrit dans cette ligne d'ouvrages sans langue de bois, ou estampillés "politiquement corrects" qui fleurissent doucement. Si les auteurs citent de nombreuses études et produisent leurs chiffres, ils n'en témoignent pas moins de faits qui aident à reconsidérer l'écart entre l'image et la réalité des relations entre générations en France.  Cela en déroutera certains, en rassurera d'autres. Il montre notamment que les fractures idéologiques ne sont plus générationnelles - les auteurs ayant par exemple le courage d'affirmer que les manifestations contre  "le mariage pour tous", "prétendu sursauts d'une France moisie" avaient été portées par de très nombreux jeunes, partout en France.  

Cet essai, porté par la personnalité et l'autorité de ses deux auteurs, est rafraichissant par son regard décalé sur ces contre-vérités très répandues. Loin des incantations, ce livre explique bien pourquoi la guerre des générations n'aura pas lieu. On le referme avec un sourire optimiste et un appétit d'avenir !

Une phrase

- "Bouleversement de la famille, transformation de la société et révolution du travail : c'est cette triple évolution dans les trois dimensions de la génération qui donne le sentiment d'un chaos…. Nous croyons à la guerre des âges parce que nous ne comprenons pas le sens de leur métamorphose. Nous imputons à une perte de solidarité ou à une indifférence ce qui relève en vérité d'une transformation profonde et inédite des âges de la vie et de leurs relations". p 69

- "Chaque génération se croit vouée à refaire le monde. La mienne sait pourtant qu'elle ne le refera pas. Mais sa tâche est peut-être plus grande. Elle consiste à empêcher que le monde se défasse". P 106, opinion prémonitoire d'Albert Camus, exprimée en 1957 lors de la réception de son prix Nobel

- "Pour confronter l'idéologie au réel, un sondage publié fin septembre 2016 [pour les Petits Frères des Pauvres] montre que 88 % des 18-24 ans se disent prêts à consacrer du temps à une personne âgée". p 112

 - "L'inquiétude sur le lien intergénérationnel s'explique moins par le fait que ce lien se serait distendu que par ce qu'on en attend désormais beaucoup plus qu'avant : non seulement de l'aide, mais surtout du sens, peut être le seul possible dans un univers laïc. Ce n'est donc pas tant le lien qui se serait affaibli  que l'exigence qui se serait renforcée".  p150 

L'auteur

- Pierre-Henri Tavoillot est philosophe. Il préside le collège de Philosophie de la Sorbonne. Il s’intéresse aux âges de la vie, à la transmission, à l’éducation, aux idées et philosophies politiques.
Outre "l'Abeille et le Philosophe", dont la chronique est sur le site Culture -Tops, et une dizaine d'autres ouvrages très accessibles, il est le co-auteur (avec son confrère Eric Deschavanne) du volumineux et respecté ouvrage "Philosophie des âges de la vie". 

- Serge Guérin est Docteur (et enseignant chercheur) en sciences de l'information et de la communication, sociologue, spécialiste des questions de vieillissement et de séniorité dans la société.  
Chroniqueur dans de nombreux médias, il a écrit 25 ouvrages et est un des rares sociologues en France à réfléchir à l'éthique de la sollicitude, dont une expression est le mouvement des aidants bénévoles (auprès des personnes âgées, malades, incarcérées). C'est aussi un grand amateur et auteur … sur le chocolat ! 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.