Le retour du Général de Gaulle 1946-1958

De
Georges Ayache
Editions Perrin
Notre recommandation
3/5

Infos & réservation

Thème

C’est peut-être une des raisons pour lesquelles il publie aujourd’hui Le Retour au Pouvoir du Général de Gaulle, 1946-1958. Le livre retrace la traversée du désert du Général, depuis son départ du Gouvernement en 1946 jusqu’à son retour au pouvoir en 1958. Il s’attarde évidemment sur les événements de mai 1958 à Alger qui ont créé le contexte favorable au retour de de Gaulle, en démontrant l’incapacité de la IVème République à trouver une solution à la question algérienne.

Points forts

- Ayache connaît bien son sujet. Il a puisé l’information aux meilleures sources, auxquelles il se réfère constamment. - Il écrit dans un style vivant et agréable ; son livre se lit comme un roman. - Il offre un portrait peu habituel du Général de Gaulle, soulignant les contradictions du grand homme, ses erreurs d’appréciation, son cynisme, mais aussi son incroyable talent politique qui lui permet de sortir d’une retraite dans laquelle –presque- tout le monde l’avait enterré, en utilisant à cette fin les services de personnages qui ne le ramènent au pouvoir que pour conserver l’Algérie française (Delbecque, Soustelle, Debré…).

Quelques réserves

La thèse d’Ayache est peut-être contestable ; il avance que, bien avant 1958, de Gaulle avait sur l’Algérie des vues très claires, considérant que les différences de culture et de religion, comme d’ailleurs la nature des relations entre les Européens et les Arabes et Berbères, rendaient impossible le maintien de l’Algérie dans la France. Il s’appuie pour soutenir son propos sur des confidences ou des mots que le Général aurait distillé à certains de ses interlocuteurs. Mais comme dans le même temps, il lui reconnaît une capacité sans égale à demeurer dans l’ambigüité, sa démonstration tient plus de l’axiome que du théorème. Depuis Les treize complots du 13 mai, une abondante littérature a traité de ce sujet, à commencer par les Mémoires d’Espoir du principal acteur. De ce point de vue le livre ne révèle rien que l’on ne sache.

Encore un mot...

Un bon livre solide et bien documenté, très agréable à lire, sur une période un peu passée de mode aujourd’hui, mais dont le souvenir devrait éviter à nos dirigeants actuels de retomber dans les mêmes ornières que leurs –pourtant brillants- prédécesseurs.

Une phrase

" Tant de signes avant-coureurs d’une politique noyés dans un discours équivoque, en des mots habiles destinés à plaire ou à donner le change, en des digressions fallacieuses. Delbecque avait cru à ceux-ci et négligé ceux –là. Sans doute avait-il eu tort. Mais ce genre d’erreurs, on ne le découvre qu’une fois l’infortune consommée jusqu’à la lie, dans le désarroi de la bonne fois prise en défaut et de la trahison."

L'auteur

Moins connu que Modiano ou Pierre Nora, Georges Ayache est avocat, après avoir été professeur et diplomate. Il a publié plusieurs ouvrages ayant trait à l’Histoire contemporaine et notamment, en 2012, un épatant parallèle entre Kennedy et Nixon : Les meilleurs ennemis. Né en Algérie à une époque où « l’Algérie, c’est la France », il est probablement marqué par cet épisode très douloureux de la décolonisation.

Tweet

Un livre intéressant, iconoclaste mais contestable.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.