L'échange des Princesses

Nous republions cette chronique datant de 2013 pour saluer l'élection de Chantal Thomas à l'Académie Française
De
Chantal Thomas
Recommandation

Pour vous plonger dans la cruelle et raffinée vie de cour du XVIIIe siècle.

Notre recommandation
4/5

Infos & réservation

Thème

En 1721, Philippe d’Orléans exerce la Régence, en attendant que Louis XV atteigne sa majorité pour régner. A une époque où les rejetons des princes sont considérés comme des marchandises que l’on négocie et échange  au nom des intérêts des royaumes, un mariage croisé est proposé entre les deux maisons de France et d’Espagne.
Celui qui unirait Louise-Elisabeth de Montpensier, la propre fille du régent, âgée de douze ans,  à l’héritier du trône espagnol qui en a onze.
Celui qui unirait  Anna  Maria Victoria, la très jeune fille du roi d’Espagne âgée de quatre ans à Louis XV, vieux de sept ans de plus qu’elle.
Marché conclu, l’échange des princesses a lieu à la frontière franco-espagnole un jour d’hiver de l’année 1722
 

Points forts

Une histoire vraie, menée tambour battant, méconnue et exhumée par l’historienne Chantal Thomas qui entretient depuis longtemps un compagnonnage avec les archives du XVIIIe siècle. 
Comme elle reste près de ses sources, en imaginant toutefois la vie tourmentée de ces princesses exilées, son témoignage n’en a que plus de force. 
Il démystifie la destinée merveilleuse de ces enfants bien nés, cruellement privés de bienveillance et d’affection et jetés en pâture dans les cercles fermés des courtisans obsédés par le paraître et l’ambition.
 

Quelques réserves

Je n’en vois pas. Peut-être un peu court !
 

Encore un mot...

Une histoire vraie et triste de princesses qui finit mal, bien loin de celles que l’on raconte dans les livres pour enfants

L'auteur

Chantal Thomas, née en à Lyon en 1945, est un une universitaire  avant d’être un écrivain. Spécialiste du XVIIIe siècle, en particulier de Sade et de Casanova, elle a enseigné dans plusieurs universités (USA, France) et est directrice de recherche au CNRS.
 Son premier roman a été récompensé par le Prix Femina, en 2002. Il s’agit des  Adieux à la reine, dont Benoit Jacquot a tiré un film, en 2012
 

Commentaires

Jacqueline le bris
mar 10/06/2014 - 23:14

Excellent livre sur ces malheureuses enfantś monnaie d échange pour politiques stratèges en vue d'assurer leur contrôle et domination. A quelle époque l humanité à t elle fait preuve de bonté,

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.