Meurtre à Outreau

“Quand une recherche est vaine, elle est vaine’’. Un livre incontestablement bien documenté
De
Frédéric Valandré
Nombre 7 éditions
parution janvier 2023
92 page
12 €
Notre recommandation
4/5

Infos & réservation

Lu / Vu par

Thème

L’affaire d’Outreau est revenue au cœur de l’actualité avec la diffusion par France 2 d’une série documentaire en quatre épisodes qui a rassemblé plus de trois millions de téléspectateurs. Frédéric Valandré s’intéresse à « l’affaire dans l’affaire », c’est-à-dire à la procédure relative au prétendu meurtre d’une fillette, née des « révélations » faites par l’un des mis en examen, Daniel Legrand fils, le 9 janvier 2002. Selon Daniel Legrand, ce meurtre aurait été commis par le père des enfants Delay, Thierry Delay. Cette procédure a fait l’objet d’une disjonction du dossier principal (les accusations de viols émises à l’encontre de 17 personnes dont 13 furent innocentées) en avril 2002. Elle a été clôturée par une ordonnance de non-lieu prononcée le 3 septembre 2007.

Points forts

Un livre incontestablement bien documenté, analysant avec précision le déroulement de l’enquête sur ce meurtre auquel certains esprits continuent de croire contre vents et marées.

Frédéric Valandré liste les quelques éléments ayant permis dans un premier temps de prendre en considération la thèse de la réalité de ce meurtre avant d’en lister les invraisemblances et les incohérences.

Il s’autorise une hypothèse séduisante sur le point de savoir où Daniel Legrand fils avait bien pu puiser les éléments de ce crime imaginaire : la lecture en prison d’un numéro du Nouveau Détective qui, en décembre 2001 avait relaté le meurtre d’une fillette âgée de cinq ans par un pédophile aux Etats-Unis.

Sa conclusion est sans appel : « cette procédure ne pouvait absolument pas aboutir à un procès. Et il n’est nul besoin d’imaginer une volonté d’étouffer ‘’l’affaire Dutroux à la française’’ pour écrire cela. La justice aurait sombré dans le ridicule en permettant un tel procès. "

Quelques réserves

Ce livre passionnera sans aucun doute les personnes qui s’intéressent à l’affaire d’Outreau, en connaissent le déroulement et les personnages. Les autres ne pourront en saisir la pertinence.

Encore un mot...

Le lecteur trouvera en annexe l’avis de l’Inspection Générale des Services Judiciaires (IGSJ) sur la conduite de ce dossier connexe, de même que le texte intégral de l’ordonnance de non-lieu rendue en septembre 2007.

Une phrase

" Le résultat négatif des nombreuses investigations menées dès le 10 janvier 2002 (fouilles dans les jardins ouvrier d’Outreau, vérifications au niveau européen - Child focus, Interpol -) nous amène à adhérer à ce propos d’une magistrate membre de la chambre de l’instruction de Douai : ‘’quand une recherche est vaine, elle est vaine’’. "

L'auteur

Titulaire d’un doctorat en Histoire contemporaine, Frédéric Valandré se définit lui-même comme un autodidacte du droit pénal, passionné par les affaires judiciaires contemporaines auxquelles il a déjà consacré six ouvrages (dont, en 2017, Coulisses judiciaires, Coëtquen Editions, préfacé par le juge Lambert).

Commentaires

Anonyme
mer 29/03/2023 - 09:59

Les enfants qui ont décrit ce meurtre en le revivant dans un comportement d’angoisse majeure n’avaient pas lu Détective avant de le décrire au juge et à deux experts qui ont validé leur parole…tout est invraisemblable dans cette analyse qui ne tient pas compte du vécu de chaque protagoniste…

Frédéric Valandré
sam 08/04/2023 - 17:36

Bonjour, chacun est libre de ses opinions, et je maintiens la mienne : il était tout bonnement impossible d'emmener cette affaire devant une cour d'assises. Quant au courageux commentateur anonyme, je l'invite à lire mon ouvrage avant de parler d'analyse invraisemblable. Cordialement. Frédéric Valandré.

Frédéric Valandré
lun 10/04/2023 - 08:56

En complément, je donnerai cette précision : un des deux experts évoqués dans le commentaire du 29 mars, M. Jean-Luc Viaux, s'est clairement démarqué par la suite sur l'histoire du meurtre de la fillette, notamment lors de sa déposition en visioconférence au procès Legrand fils (28 mai 2015 en fin d'après-midi, cour d'assises des mineurs d'Ille-et-Vilaine, Rennes).

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Ils viennent de sortir