Nos intelligences multiples

Les autistes ont, plus que jamais, des choses essentielles à nous apprendre
De
Josef Schovanec
Editions de l'Observatoire - 183 pages
Notre recommandation
4/5

Infos & réservation

Thème

Animé par un autisme revendiqué, Josef Schovanec est un philosophe voyageur. Sa passion de l'histoire, des mondes intérieurs et cachés, le conduisent à explorer dans ce livre les notions d'intelligences, de différence et de normalité. L'homogénéisation du monde qu'il observe depuis le 18eme siècle, dont l'Université semble un symbole, les tentatives de retour à un monde originel qui nie toute identité (à l'image de l'islam radical), témoignent de la place de plus en plus difficile laissée aux "intelligences multiples" pour s'exprimer. Pourtant, et le livre tend à le démontrer, ces intelligences singulières, autistiques dans le thèse de Schovanec, ont façonné notre monde et notre présent. Les études linguistiques, l'élaboration des mondes secrets, le colonialisme, les religions dans certaines de leur pratiques, et aujourd'hui l'informatique, doivent beaucoup aux passions radicales des autistes dits de "haut niveau", aventuriers de l'esprit. 

Ce livre explore ces thèmes jusqu'à la difficile place laissée aujourd'hui aux autistes du fait de leur absence d'appétence pour le respect des normes sociales dont ils ne perçoivent pas la nécessité.

Points forts

1- Une érudition spectaculaire et exprimée dans une écriture riche et inhabituelle.

2- Un humour qui filtre entre les lignes, qui oscille entre plaidoyer et autodérision.

3- Une vulgarisation bienvenue sur les mondes intérieurs de l'autisme et les raisons de ses passions pour la toponymie, l'étymologie, l'histoire…

4- Des chapitres passionnants sur le rôles de personnalités (probablement autistes ou ayant eu des comportements que l'on qualifierait aujourd'hui comme tels) dans l'exploration des mondes inconnus, l'aventure coloniale ou l'orientalisme (voir à ce titre la chronique éclairante d'Arthur Caumes sur l'expo Peinture des lointains au Musée du quai Branly à Paris http://www.culture-tops.fr/critique-evenement/expos/peintures-des-lointains#.Wvh4YJdpF7c),l'étude des langues, les pratiques religieuses (la Gnose, l'érémitique…), la littérature (Tolkien bien sur, mais plus surprenant, Jules Verne, Proust…), l'évolution des concepts de savoir et d'organisations universitaires à travers le temps et les continents…

5- Des idées aussi "inattendues" qu'argumentées. Pour n'en donner qu'un exemple : la sympathie des autistes pour les personnes âgées, dont la rencontre est "comme rentrer dans une bibliothèque", dans des mondes fermés et révolus, à l'abri de l'agitation du présent. Et de citer : " En Afrique, quand un vieillard meurt, c'est une bibliothèque qui brûle".

Quelques réserves

1- Une écriture très élaborée, qui nécessite, du fait de nombreuses digressions et commentaires périphériques au développement proprement dit, une attention soutenue.

2- Conséquence de cette observation, le fil des raisonnements m'a parfois semblé ténu, l'enchainement des chapitres pas toujours évident. Pour ne pas en souffrir, ce livre est à lire à tête reposée.

3- Original, décalé dans ses points de vue et solidement argumenté, cet ouvrage me semble réservé à un public "averti". Certains points de vue peuvent surprendre les plus "conventionnels".

4 - Il manque à cet ouvrage un petit "avertissement" sur ce qu'est l'autisme. En effet, Josef Schovanec est un autiste de (très) "haut niveau". Si l'autisme est un trouble neuro développemental (c'est la définition officielle) qui dure toute la vie, il peut être autant la "signature" d'intelligences exceptionnelles qu'un syndrome associé à d'autres troubles, gravement handicapants. Il toucherait, dans ses différentes formes (et pas toujours diagnostiquées), une personne sur 100 (source handicap.gouv.fr).

Encore un mot...

Ce livre est un plaidoyer en faveur de la "biodiversité humaine" selon les termes de Josef Schovanec, un plaidoyer en faveur de la reconnaissance des différentes formes d'intelligences, une invitation à découvrir les mondes intérieurs de l'autisme et ses "passions inutiles", un livre qui veut témoigner de l'influence des ces intelligences "autres" sur l'histoire et la marche du monde, et "montrer combien il peut être difficile de vivre en dehors des tendances du monde" (P 168). 

Cet exercice est vivifiant autant que dérangeant. Ce livre, pour qui en accepte l'augure, est, comme bien d'autres dans les champs de l'aventure, du roman, de la poésie, un passeur de mondes. On n'en sort pas indemne !

Une phrase

Ou plutôt deux:

- "Après tout, si les combinaisons sonores les plus heureuses et les plus puissantes, telles que celles de l'aramaïsme "abracadabra", ont certes permis à cette tournure de ne pas connaitre l'oubli de l'histoire […], bien rare sont les non-autistes à l'esprit desquels elle évoque plus qu'un simple jeu sonore, pour lesquels elle demeure clef d'ouverture d'un monde, son sens premier demeurant : qu'il advienne (abra) comme (ka) il est dit (dabra)." P80

- "Toutes les formes d'intelligence ou toutes les formes d'humanité ne sont pas porteuses des mêmes prédispositions au succès social ou même à leur seule pérennité. Il en va ainsi des mondes autistiques. N'ayant pas été conçus avec un but lucratif ou narcissique dans un cadre social pour qui ces deux horizons paraissent indépassables, ne se diffusant guère d'une personne à l'autre, ils sont bien plus fragiles. Localisés aux marges, sinon aux interstices du monde, à l'image du varan de Komodo précité, leur seule présence discrète relève de l'anormal - à l'image de leurs auteurs." P 181

L'auteur

Josef Schovanec est un "jeune" docteur en philosophe et sociologie, écrivain, voyageur et vulgarisateur infatigable. Autiste, il a pris fait et cause pour la défense de ses pairs, de leurs droits à l'écoute, à la différence, à l'insertion. Il porte cette cause à la Radio (notamment Europe 1), dans des conférences "TED", au Collège de France… et milite en faveur de l'insertion des personne autistes dans le monde du travail. Il écrit sur son expérience (Je suis à l'Est -2012), sur ses voyages (Eloge du voyage à l'usage des autistes et de ceux qui ne le sont pas assez - 2014), d'autre livres encore sur les différents aspects du pays de l'autisme, "l'Autistan", prétexte à mieux faire connaitre la vie des autistes.

Josef Schovanec déclare assimiler l'autisme à « une manière différente d'être », et non à « une pathologie qui se guérit avec des comprimés » (selon Wikipédia). Son dernier livre en témoigne, incontestablement.

Il est enfin l'auteur de nombreux articles, comédien (au théâtre, dans la série Vestiaires), co-auteur et/ou réalisateur de films sur l'autisme.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.