Qu'est ce que le conservatisme?

Le sujet, très à la mode, méritait mieux.
De
Jean-Philippe Vincent
Editions Les Belles Lettres
Notre recommandation
2/5

Infos & réservation

Thème

En ces temps d’interrogation identitaire, de perte de repères, de développement du  populisme en Occident, de remise en cause du politiquement correct, il était probablement nécessaire de préciser la notion de conservatisme politique. C’est l’objet donc de cet ouvrage, au sous-titre impressionnant: Histoire intellectuelle d’une idée politique. La couverture s’orne du portrait de Michael Oakeshott, l’un des philosophes des idées politiques, dans la tradition anglo-saxonne, les plus remarquables du XXème siècle.

Points forts

Le conservatisme est mal connu, souvent ramené à l’idéologie des réactionnaires ou au néo-conservatisme qui inspira la politique de Bush junior, avec les résultats que l’on sait.

Jean-Philippe Vincent a le mérite de tracer un portrait du conservatisme, en plein, par les valeurs qui l’illustrent (autorité fondée sur la tradition et conjuguée avec la liberté) et en creux, par ce qu’il n’est pas (libéralisme, réaction…).

Notre auteur fait preuve d’une belle érudition en convoquant le ban et l’arrière-ban des intellectuels qui ont concouru à définir le conservatisme, notamment les philosophes Anglo-Saxons (Oakeshott, McIntyre), ainsi que les écrivains qui en ont décrit le style, comme Balzac ou Evelyn Waugh.

Le chapitre sur l’économie du conservatisme, ses rapports avec le capitalisme, le rôle de l’éthique et de la confiance dans le fonctionnement du système, est particulièrement bien vu.

Enfin les supputations sur l’avenir de cette “idéologie“ conservatrice ouvrent des pistes de réflexion sur la démocratie et sur le régime qui pourrait permettre de réintégrer dans le jeu politique ceux que la mondialisation en a exclus.

Quelques réserves

Le lecteur succombe un peu sous l’avalanche de références et de citations d’auteurs qu’il ne pratique pas nécessairement au quotidien.

La galerie de portrait des écrivains conservateurs et de leur thèse est rébarbative : soit notre auteur en dit trop, soit pas assez.

En bref, à l’exception des deux derniers chapitres, ce livre apparaît plus comme un cours magistral que comme un ouvrage pour un public élargi. On aurait aimé sur ce thème, à la fois passionnant et très actuel, un essai plus ardent et moins descriptif.

Encore un mot...

Un objectif très louable, un ouvrage, certes utile, mais un peu ennuyeux et qui n’est pas une lecture de plage...

L'auteur

Jean-Philippe Vincent est un haut fonctionnaire, administrateur civil, ancien élève de l’ENA et de Sciences Po. Economiste, il est maître de conférences à Sciences Po, après avoir été membre de la défunte direction de la Prévision au ministère des finances et avoir travaillé au Fonds Monétaire International et chez McKinsey.

Il est l’auteur de divers ouvrages : La Nouvelle Macroéconomie Classique (1993), La Nouvelle Macroéconomie Keynésienne (1998), Morale : affaires publiques, affaires privées (2011).

Il est également membre du comité de rédaction de la revue Commentaires à laquelle il contribue.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.