UNE SOLUTION POUR L’ AFRIQUE du néoprotectionnisme aux biens communs

Des pistes pour relever le défi africain : la Francophonie peut y contribuer
De
Kako Nubukpo
Editions Odile Jacob
Oct.2022
Notre recommandation
3/5

Infos & réservation

Lu / Vu par

Thème

Le nouveau livre du Pr Kako Nubukpo permet de mieux comprendre l'avenir de l'Afrique. Ce togolais qui a étudié en France et travaille aujourd'hui comme Commissaire à l'agriculture et aux ressources en eau de l'Union économique et monétaire de l'Ouest africain, n'utilise heureusement pas la langue de bois. Modéré, il l'est, contrairement à certains, mais sans faire de concessions ni aux uns ni aux autres. Il cherche simplement la voie de l'émancipation pour son continent. 

Son approche est viable. Pour lui, il est crucial de développer l'agriculture, ce qui permettra de nourrir les populations de son continent en pleine expansion. Senghor, en son temps, était déjà conscient du poids considérable des campagnes dans la genèse africaine.

Ce centriste que les libéraux trouvent trop protectionniste et que la gauche trouve trop libéral, n'hésite pas à s'en prendre au libre échange, notamment dans le domaine monétaire. Grâce à de telles mesures, la Francophonie qui cherche à favoriser les échanges fraternels devrait, au fil du temps, permettre de rééquilibrer le commerce entre la France, l'Europe, le monde et l'Afrique. Pour réussir ce pari tout à fait possible et souhaitable, l'auteur croit qu'il est nécessaire de transformer les matières premières en Afrique même.

Points forts

Comme ses prédécesseurs les plus lucides, Kako Nubukpo a compris qu'il fallait que l'Afrique vole de ses propres ailes. Aussi dans cet essai, propose-t-il de bâtir une souveraineté alimentaire, énergétique et monétaire. Pour lui, nul doute que le salut vient des campagnes. Puisque l'Afrique se contente encore de peu, elle a la possibilité de devenir un modèle de développement. 

Un livre qui offre de bonnes solutions pour le développement et l'équilibre de ce vaste continent.

Quelques réserves

Il  ne faudrait pas sous-estimer les impacts liés à la démographie et à l'islamisme. L'auteur reconnaît d'ailleurs que lorsqu'il se rend à Ouagadougou où se trouve le siège de l'Union africaine : "On m'interdit de sortir de la ville car le reste du Burkina Faso est entre les mains des groupes armés djihadistes".

Encore un mot...

Il est clair que les planètes sont en train de bouger très vite dans le domaine de la géopolitique et ce, à l'échelle mondiale. Le fait de ne pas avoir toujours assez accompagné la francophonie, notamment africaine, nous pénalise puisque certains enjeux semblent parfois nous échapper. La France, appréciée de beaucoup d'Africains, a toute sa place en Afrique (comme l'ensemble de la francophonie)... à condition d'être encore plus à l'écoute des Africains.

Une phrase

Contrairement à bon nombre d'observateurs, l'auteur ne croit guère en une migration massive vers les pays riches : "Les frontières européennes sont déjà très étanches et elles le seront encore plus ", confie-t-il.

L'auteur

Kako Nubukpo est commissaire chargé du département de l’Agriculture, des Ressources en eau et de l’Environnement de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA). Économiste, opposant déclaré au franc CFA, il est directeur de l’observatoire de l’Afrique subsaharienne de la Fondation Jean-Jaurès. Il a été ministre chargé de la Prospective et de l’Évaluation des politiques publiques au Togo (2013-2015). On peut lire du même auteur :  L’urgence africaine, changer le modèle de croissance (Odile Jacob, sept.2019).

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Ils viennent de sortir