La femme qui ne vieillissait pas

LIVRE AUDIO: Aimer la vieillesse
De
Grégoire Delacourt
Texte lu par Françoise Cadol - durée 3h43
Notre recommandation
4/5

Infos & réservation

Thème

Généralement  la vieillesse ne constitue pas un sujet aimable et positif.  N’est-elle pas le chagrin, le désespoir des femmes ? Pourtant dans son septième ouvrage, « La femme qui ne vieillissait pas », Grégoire Delacourt  réussit à nous entraîner dans un conte, ou plutôt  une fable, émouvante et  originale, portée par son talent, et  nous proposant  une vision enjouée  de cet état trop souvent mal aimé.

Des années cinquante à nos jours, nous entrons dans la vie de Martine alias Betty.

Bien que son père ait perdu une jambe durant la guerre d’Algérie, que sa mère, alors qu’elle était âgée de 13 ans, meurt écrasée par une Ford Taunus ocre, elle  connaît dans le Nord de la France,  une existence heureuse, rencontre le grand amour, est une  belle femme  et une mère à qui tout semble sourire.

Mais pour elle, lorsqu’à à partir de trente ans, elle ne vieillit plus, tout va changer.                                     

Pas de rides, pas de poches sous les yeux, une silhouette immuable et parfaite…                                           

A quarante ans, elle a toujours trente ans;

A cinquante ans, elle a toujours trente ans !

Mais ce qui est  le rêve inatteignable de tant de femmes, se transforme en réalité en un insidieux cauchemar. Ce privilège quasi miraculeux, bouleverse  son existence.  Son mari  la quitte, elle perd son emploi alors qu’elle est directrice de création à la Redoute. Afin d’assister au mariage de son fils… elle se voit obligée de se faire passer pour une lointaine cousine !

Ne pas vieillir, c’est en fait  quitter la vie, sa vie. Garder un visage inchangé à travers les décennies, c’est sa propre épopée qui disparait.

Cet ouvrage est  finalement un éloge de la vieillesse, il faut refuser le paradigme commun qui veut que la beauté soit toujours liée à la jeunesse. Comme l’écrit Grégoire Delacourt, il n’y a rien de plus beau que deux petits vieux qui se regardent amoureusement, assis sur un banc dans un parc.

C’est ce que comprendra l’héroïne qui n’aura qu’un but: réussir à devenir la plus gentille des grands-mères.

Points forts

- C’est un monde enchanté que nous offre, dans chacun de ses livres, Grégoire Delacourt, servi par un style ciselé et poétique, sans jamais être superficiel. Cette sorte de magie donne toute sa dimension à ce roman dans lequel on éprouve une empathie émouvante pour les femmes. Et elles adorent généralement cette histoire!

- La lectrice contribue à  nous faire ressentir la subtilité, l’émotion que communique  cette œuvre.

- Enfin, l’entretien avec l’auteur qui complète  cette version audio, constitue un véritable « bonus ».

Quelques réserves

Tous ceux qui ne sont pas sensibles à l’enchantement, à la nostalgie des années soixante soixante-dix ne sauraient rentrer dans cette attachante histoire qui leur paraitra alors mièvre.  C’était d’ailleurs le point de vue d’un certain nombre de critiques littéraires à la sortie du livre.

Encore un mot...

Une histoire originale qui, de plus, nous donne envie d’aimer la vieillesse. Avec un joli style d’écriture.

L'auteur

- Grégoire Delacourt est né à Valenciennes en 1960. Il a œuvré avec talent dans la publicité durant  un certain nombre d’années avant de publier en 2011 son premier roman l’Ecrivain de la Famille qui a été très bien accueilli par le public et a été couronné par 5  Prix littéraires. Suivront 6  autres romans dont La liste de mes envies (2012), adapté pour le Théâtre et le Cinéma et qui s’est vendu à plus d’un million d’exemplaires dans 35 pays  et  On ne voyait que le bonheur (2014). La Femme  qui ne vieillissait pas est son dernier ouvrage paru.

- La lectrice: Françoise Cadol est comédienne de théâtre (Jeanne et Marguerite, la Colère de Don Juan, l’hôtel des Roches Noires…)  et de cinéma,  mais également  dramaturge. Elle prête aussi sa voix à Angelica Jolie, Sandra Bullock, Patricia Arquette, à des publicités, des jeux vidéo, des documentaires…

Commentaires

JOJO
ven 04/06/2021 - 18:59

Facile à lire.Début du roman intéressant.Suite ne me convainc pas.
Plutôt surréaliste.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.