Ce coeur changeant

Où sont désormais les hommes, grave question...
De
Agnès Desarthe
Editions de l'Olivier - 336 pages
Notre recommandation
3/5

Infos & réservation

Lu / Vu par Culture-Tops

Thème

Agnès Desarthe raconte l’histoire de Rose de Maisonneuve, née en 1889 à Soro au Danemark, d’un père français et d’une mère danoise. A travers l’épopée de Rose, partie seule du Danemark pour Paris à 19 ans, c’est l'histoire d' une saga familiale féminine.

C’est un livre sur les femmes, trois générations de femmes fortes et magistrales : 

- Trude, l’aïeule, qui se retire du monde après la mort de quatre de ses sept enfants due à une épidémie de choléra. Elle comble le vide en engloutissant quantité de sucreries au point de devenir obèse mais ne renonce pas à régenter sa famille. 

- Sa fille, la splendide Kristina, qui fait tourner la tête de tous les hommes qu’elle croise. Elle aussi a subi un traumatisme, dévoilé à la fin du roman, qui éclaire sa folie égocentrique et nymphomaniaque ainsi que l’attitude de Zelada, la nounou de Rose, la quatrième femme forte de ce roman. 

- Louise, l’amante saphique, qui symbolise la liberté. 

- Et enfin et surtout, Rose, cette petite brindille qui va débarquer seule à Paris sans famille, sans toit, sans argent et sans travail.

Points forts

- Dans "Ce cœur changeant", Agnès Desarthe décrit le courage de Rose, délaissée par une mère obsédée par sa propre beauté, en extase devant sa splendeur, et aimée par un père ridiculisé et devenu mutique.

- C'est un roman transgénérationnel qui traverse les époques, les pays, et raconte les difficultés des femmes confrontées à la faiblesse ou à l’absence des hommes. Les hommes sont en effet absents ou alors, pour la plupart, faibles, raillés, otages de leur orgueil et de leurs pulsions sexuelles.

- Je me suis fait la réflexion que ce livre ressemblait à un film d’Almodovar, en plus romantique. Un peu mièvre parfois : du Almodovar revu et corrigé par le Hugo des Misérables.

- C’est un roman chargé en émotion, découpé en plusieurs chapitres selon les lieux et les périodes, en un va-et-vient entre le présent et le passé. Ce passé qui éclaire le présent, le rend intelligible après avoir été lentement digéré.

- Le livre est facile à lire et les personnages sont attachants.

Quelques réserves

Un peu trop romantique dans le mauvais sens du terme, à savoir la mièvrerie. Rose est une Cosette du début du XXe siècle qui va traverser de très (trop) nombreuses péripéties tout en apprenant dans le même temps la liberté et le féminisme.

Encore un mot...

Je suis frappée par ces romancières de talent, à l’instar de Nancy Huston, Siri Hustvedt, Delphine de Vigan, Virginie Despentes, par exemple, qui montrent toutes des femmes puissantes. Car malgré sa fragilité, l’héroine est un "ROSEau ," qui plie mais ne se rompt pas.

Où sont les hommes? J’aime à croire que l’exigence bien légitime de liberté et d’indépendance, chèrement conquises par les femmes, est parfaitement compatible avec des hommes intelligents et bienveillants. Mesdames les écrivaines, ne les chassez pas, ne les maltraitez pas  mais encouragez-les plutôt!

Une phrase

« Serait-elle en mesure, un jour, de prononcer une phrase définitive ou simplement de décrire le monde ? Face à la vie, elle avait la même impression que lorsqu’elle regardait le paysage défiler par la fenêtre du train : si elle était dans le sens de la marche, le panorama semblait se jeter sur elle, et ses yeux affolés ne savaient à quel détail s’attacher ni quelle ligne suivre. Elle se sentait écrasée par l’image qui ne tenait pas en place, ne cessait de se transformer. Assise en sens inverse, elle retrouvait son calme et contemplait l’horizon jusqu’à sombrer dans le sommeil. Alors… alors, songeait-elle, peut-être pourrait-on dire que c’est la même chose lorsqu’on regarde soit en direction de l’avenir, soit vers le passé. Peut-être est-ce pour cela que j’ai tant besoin de mes souvenirs. Ils constituent le seul spectacle auquel je puisse assister sans être saisie de panique, car les souvenirs, images mouvantes, sont pourtant immobiles. »

L'auteur

Agnès Desarthe est née en 1966 à Paris. Normalienne et agrégée d'anglais, elle a commencé par écrire des livres pour la jeunesse. Outre ces romans pour les enfants et adolescents, elle est l’auteur notamment de neuf romans et d'un essai sur Virginia Woolf en collaboration avec Geneviève Brisac. Elle est aussi la traductrice de plusieurs auteurs anglo-saxons dont Virginia Woolf.

Elle a remporté plusieurs prix dont le Prix du Livre Inter en 1996 pour son roman Un secret sans importance et le Prix Renaudot des Lycéens pour Dans la nuit brune (L'Olivier 2010).

Elle vit à Paris avec son mari et ses quatre enfants.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Ils viennent de sortir

Romans
555
De
Hélène Gestern