Cézembre

La mer et ses dangers, la famille et ses secrets : une recherche des origines dans l’amour de la côte bretonne. Un roman passionnant
De
Hélène Gestern
Grasset
Parution en avril 2024
553 pages,
24€
Notre recommandation
4/5

Infos & réservation

Thème

Yann de Kerambrun, professeur d’histoire à la Sorbonne, divorcé, son fils parti en Allemagne, va trouver quelques années après le décès de son père les archives de son arrière-grand-père Octave qui avait créé avec deux associés la société maritime qui permettait de relier Saint Malo aux îles anglo-normandes. Il était aussi passionné de moteurs et a créé la société Kerambrun et fils. C’est là le litige entre Yann et son père qui aurait voulu qu’après la mort de son frère il reprenne la direction de l’entreprise. Alors qu’il devrait préparer un livre sur la piraterie au temps des Romains, il va se prendre de passion pour l’histoire de ses aïeux. Il travaillera d’abord en historien, interrogeant les survivants puis en policier après la disparition des deux associés d’Octave dont le député Saint Croix. Pendant ses recherches, Yann habite la maison construite par Octave sur le Sillon à Saint Malo face à Cézembre. C’est là qu’il va rencontrer Rebecca.

Points forts

  • C’est un roman foisonnant qu’il est difficile de lâcher.

  • Comme souvent chez l'auteure, il s’agit d’une enquête, ici au sein des  familles Kérambrun et Sainte-Croix à la recherche des racines.

  • Les difficiles relations père-fils.

  • Le développement des relations transmanche.

  • La bourgeoisie et ses non-dits.

  • Les débuts de l’ère industrielle.

  • Et surtout, l’amour de la mer et de l’île de Cézembre qui prend une place importante dans la famille et dont l’auteure nous révèle peu à peu l’histoire. D’ailleurs, c’est le relief de cette île qui servira de logo à l’entreprise d’Octave et de ses associés.

Quelques réserves

Je n’en vois pas, à part qu’il est quelquefois difficile de se retrouver dans tous les prénoms mais ça ne gêne pas la compréhension du texte et puis on a les arbres généalogiques des deux familles en fin d’ouvrage.

Encore un mot...

Voilà un roman passionnant, enveloppé d’embruns où cette Lorraine nous fait  vivre au plus près les bonheurs et les dangers de la mer.

Une phrase

  • « Dans l’enquête que j’avais amorcée, Cézembre revenait plus souvent qu’à son tour : emblème de la compagnie, lieu des pique-niques de fiançailles d’Octave et des prières de la pauvre Katell, escale qu’on offrait aux touristes de la Société malouine de transports nautiques comme une cerise sur le gâteau. Mais aussi repaire de contrebandiers et ultimement vigie martyrisée de la Manche. » page 342

  • « Nous nous perdons en conjectures. L’espace d’un instant, je songe que nous ne connaîtrons jamais le fin mot de ces histoires entrecroisées aux ressorts obscurs. Trop de marées ont noyé Cézembre depuis cent ans. La vérité, s’il en existe une, s’est effilochée dans le giron de la mer comme les algues qui se délitent au fil des courants » page 463

L'auteur

Hélène Gestern est une écrivaine française, née en 1971 à Nancy . Elle est enseignante chercheuse à l’Université. Elle a obtenu le Prix Femina des lycéens et le prix Femina essais. On peut citer également, son premier roman Eux sur la photo (Arléa, 2011), puis Portrait d’après blessure (Arléa, 2014). Elle a obtenu le prix RTL Lire pour 555 (Arléa, 2022);

Chronique de 555

Commentaires

Anne Marie Chambon
mer 29/05/2024 - 13:08

J'ai également beaucoup apprécié les belles et poétiques descriptions de la mer et des marées si impressionnantes sur la Côte d'Émeraude.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Ils viennent de sortir