Croire au merveilleux

Bon mais pas merveilleux
De
Christophe Ono-Dit-Biot
Éditions Gallimard - 240 pages
Notre recommandation
3/5

Infos & réservation

Lu / Vu par

Thème

César est veuf. Il a perdu la femme qu’il aimait et, en dépit de la présence de l’enfant qu’ils ont eu, a décidé de mourir lui aussi. Au moment où il s’apprête à commettre le geste fatal, une jeune femme -qui prétend être sa voisine- sonne à sa porte et fait vaciller son projet. Fascinée par la bibliothèque de César, remplie de livres de littérature grecque classique, elle engage avec lui une relation profonde et va le conduire lentement vers la renaissance.

Points forts

-        Un joli titre qui nous entraîne dans un conte fantastique bercé par les récits de la mythologie grecque et ses héros surnaturels.

-        La force de ce roman est de réussir à faire coexister une histoire romanesque avec des mythes grecs en nous rappelant leur importance. On sent que l’auteur souhaite rendre un vibrant hommage à cette culture et à l’enseignement, en perdition, des langues anciennes.

-        Un climat onirique prégnant tout autour de la Méditerranée. Nous plongeons réellement dans l’univers des sirènes et des Dieux. La présence de la mer est envoûtante.

-        La personnalité de Nana, la jeune femme grecque, à la fois envahissante et mystérieuse, donne beaucoup de relief à la narration. Un attachant portrait de femme. 

-        Des passages touchants sur l’amour filial et la difficulté du père pour communiquer avec son fils au moment du deuil.

Quelques réserves

-        Les références au terrorisme islamiste, insérées dans l’histoire  pour nous amener sur le terrain du polythéisme antique comme remède à la fanatisation religieuse, sont insérées comme un cheveu sur la soupe.

-        La fin, que je ne dévoilerai pas, ne m’est pas apparue crédible et a cassé la rêverie qui a accompagné ma lecture.

Encore un mot...

"Croire au merveilleux" est un conte où il question de deuil, d’amour et de transmission. Un homme  va être sauvé en retrouvant l’enfant qu’il était, grâce au pouvoir des mythes et grâce au fil qu’une femme étrange  va tendre sur son chemin. Le message est qu’on ne peut vivre et affronter l’avenir qu’en s’appuyant sur ce qui peut nous être transmis par les textes anciens que nous devons également perpétuer.

Une ode aux cultures anciennes et aux ré-enchantements qu’elles peuvent procurer.

Une phrase

Face à la bibliothèque de César : «  C’est riche de leçons. Le passé éclaire bien souvent le présent. On y voit des parallèles intéressants, je vous assure. On est moins surpris. On anticipe, même. Les hommes changent peu. Mêmes envies de pouvoir, de guerre, d’amour ». page 99

L'auteur

Christophe Ono-Dit-Biot est écrivain et journaliste. Directeur-adjoint de l’hebdomadaire « Le Point » où il est responsable des pages « Culture », il intervient aussi sur France Culture et dans différentes émissions de télévision. Il a publié six romans, dont « Birmane » qui a reçu le prix interallié et « Plonger » récompensé par le grand prix du  roman de l’Académie française et le prix Renaudot des lycéens. « Croire au merveilleux » est la suite de « Plonger ».

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.