Humains

Etre humain, c'est quoi ?
De
Matt Haig
Éditions Hélium
Notre recommandation
3/5

Infos & réservation

Lu / Vu par Culture-Tops

Thème

Un professeur de mathématiques à l'Université de Cambridge, Andrew Martin, a résolu l'hypothèse de Riemann, un véritable casse-tête mathématique impliquant des nombres premiers. Des extraterrestres très avancés, les Vonnadoriens, convaincus que cette hypothèse détient la clé du voyage dans l’espace, sont très inquiets que les humains, qu’ils considèrent comme brutaux et basiques, aient entre les mains un tel pouvoir.

Le narrateur et héros de l’histoire vient de la planète Vonnador, où la vie est basée sur la logique et la rationalité. Sa mission sur Terre est d'exterminer Andrew Martin et toute autre personne à qui il aurait divulgué sa découverte.

Le professeur Martin tué, l’extraterrestre vient habiter son corps. Il est capable d’absorber de grandes quantités de connaissances théoriques sur les humains, mais leurs mœurs bizarres et leurs coutumes et réactions illogiques, sans parler du dégoût profond qu’il ressent envers leur apparence physique, sont plus difficiles à digérer.

Pourtant, le charme de la vie sur Terre, la beauté subtile de sa fragilité et la puissance de l’amour vont finalement transformer le narrateur qui, lui aussi, va devenir humain.

Points forts

1- Une histoire-allégorie qui met en scène les absurdités de l’espèce humaine, non seulement de ses us et coutumes mais aussi du contraste souvent choquant entre son avancement technologique et son manque de sagesse.

2- L’humour, né de ces absurdités vues par un « outsider », mais aussi né des bourdes que cet étranger commet à cause de sa profonde incompréhension des mœurs et de la psyché humaines.

3- Le style simple et vivant qui met en scène une philosophie positive et facile à saisir.

4- Une intrigue bien menée, qui donne envie de savoir ce qui va se passer; et de bonnes observations sur les comportements humains.

5- Un livre qui parle bien, même parfois de façon émouvante, de sujets difficiles tels que le suicide, le sexe sans amour, et l’amour qui est le sens de la vie.

Quelques réserves

1- Les grands thèmes du livre, et la façon dont ils sont traités, ne sont pas très originaux. On retrouve, par exemple, le thème central de l’intrus plongé dans une culture qui lui est totalement étrangère dans de nombreuses autres histoires: 

           - des histoires mettant en scène des extraterrestres, dont l’émouvant film K-Pax avec Kevin Spacey; le merveilleux classique Le Jour où la Terre s’arrêta; ou la série américaine humoristiqueTroisième planète après le soleil (3 rd Rock from the Sun).

               - mais aussi des histoires de « poissons hors de l’eau », comme les superbes Carnets du Major Thompson de Pierre Daninos ou même Le guide du voyageur galactique (The Hitchhiker's Guide to the Galaxy) de Douglas Adams.

2- On doit parfois accepter de suspendre un peu notre incrédulité car, bien que convaincant dans son ensemble, le récit des réactions du narrateur extraterrestre manque parfois de cohérence.

Encore un mot...

Un livre facile à lire et agréable, au contenu souvent émouvant et bien vu. Publié pour adultes en Grande-Bretagne, il est publié par une édition jeunesse en France. Je le recommanderais pour des jeunes à partir de quinze ans. C’est une bonne préparation à la philo ; une lecture positive, souvent drôle, et qui touchera des lecteurs adolescents mais aussi adultes.

Ce roman a obtenu le Prix Européen Jeunesse aux Utopiales de Nantes 2015.

Une phrase

Ou plutôt quelques extraits:

- « Ce que je dis, c’est qu’il faut du temps pour comprendre les humains parce qu’eux-mêmes ne se comprennent pas. Ils portent des vêtements depuis si longtemps ! Des vêtements au sens figuré. C’est de cela que je parle. Cela a été le prix de la civilisation humaine : pour la créer, ils ont dû fermer la porte à leur nature véritable. Alors ils sont perdus, du moins c’est ainsi que je le comprends. Et c’est pour cela qu’ils ont inventé les arts… Ils les ont inventés pour jeter des ponts vers eux-mêmes, pour retourner vers ce qu’ils sont. Mais ils ont beau s’en rapprocher, ils sont exilés à jamais. »

- « L’histoire des humains, de même que la religion, est pleine d’éléments déprimants : colonisation, maladies, racisme, sexisme, homophobie, mépris de classe, destruction de l’environnement, esclavage, totalitarisme, dictatures militaires, inventions dont ils ne savent que faire (la bombe atomique, Internet, le point virgule), mise au ban de gens intelligents, vénération des idiots, ennui, désespoir, effondrements cycliques, et catastrophes dans le paysage psychique. »

- « Elle me dit qu'être humain c'était être un petit enfant, à Noël, qui reçoit un château absolument merveilleux. Il y a une photographie parfaite de ce château sur une boîte, et on désire plus que tout au monde jouer avec le château et les chevaliers et les princesses, car ce monde semble idéalement humain ; mais le seul problème est que le château est en pièces détachées. Des petites pièces compliquées, et, bien qu'il y ait une notice de montage, on n'y comprend rien. Et vos parents et votre tante Sylvie non plus. Alors on reste à pleurer sur le château idéal qui est dans la boîte, et que personne ne saura jamais construire. »

L'auteur

Matt Haig est né en 1975 à Sheffield, en Angleterre. Il a écrit deux romans qui ont été traduits en français,Les Radley (Albin Michel, 2010) et La Forêt Interdite(Bayard Jeunesse, 2011). Connu en Grande-Bretagne pour sa campagne de lutte contre la dépression et de prévention contre le suicide (il a lui-même souffert de dépression), ce roman a pour thème les choses positives de la vie et les raisons pour lesquelles elle est si précieuse.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Ils viennent de sortir