La loi du désordre

Un destin de femme ciselé, terrible et émouvant
De
Philippe Hayat
Calmann-Lévy
septembre 2022,
365 pages
20,90 €
Notre recommandation
4/5

Infos & réservation

Lu / Vu par

Thème

Charles et Jeanne ont grandi sous l'autorité d'un père autodidacte, devenu industriel et notable. Lui, son père le rêve comme son successeur, elle, comme femme soumise à son futur rôle de mère et d'épouse. Mais en ce début du XXème siècle, Charles se rêve plutôt poète, et Jeanne revendique de faire des études supérieures, et intègre Normale Sup à Paris. Héroïne de ce roman, idéaliste et anticonformiste, elle découvre le socialisme et l'internationale ouvrière. Elle rencontre et côtoie Jaurès, devient pigiste au journal  l'Humanité, et partage ses combats pour la paix. Et le drame se produit. Jaurès est assassiné, la Première Guerre mondiale déploie ses ailes de terreur et de mort. Charles enrôlé, Jeanne décide de devenir infirmière pour tenter de protéger son frère, malgré la violence des combats. La loi du désordre raconte la naissance et le fracas de ses idéaux, les premiers jours de guerre de celles que l'on appelait sur le front "les anges blancs".

Points forts

Ce roman pourrait être l'histoire d'un formidable espoir et d'une terrible désillusion. Jeanne en est le réceptacle, héroïne courageuse et déterminée, engagée à la recherche de ce frère fragile. 

Il évoque la naissance du pacifisme de l'Internationale Socialiste, dont les adhérents, "ouvriers de tous pays" seraient, obstacles au capitalisme grandissant, les garants d'une paix durable entre les peuples. Philippe Hayat décrit avec beaucoup d'empathie ce mouvement intellectuel, populaire et politique.   

Il évoque aussi sa volée en éclat après l'assassinat de Jaurès et l'incroyable mobilisation de l'été 1914, ses folies patriotiques autant que ses peurs tues.

La description des premiers jours de combats, auxquels Jeanne, infirmière, est mêlée, est terrible de réalisme et de violente simplicité, mêlant les fracas des obus au courage, à la peur ou à la chance des combattants. 

L'écriture est belle et crue, jouant sur le registre du réalisme social  - les soldats, qui ne sont pas encore poilus, parlent à la Bardamu - narrateur du Voyage au bout de la nuit de LF Céline.

Leur quotidien est décrit sans pudeur, rappelant au lecteur, si cela était nécessaire, l'extrême violence du front et le dénuement de ces jeunes projetés dans la guerre.

Le roman offre aussi de belles pages plus poétiques, en image à cette sensibilité que Jeanne partage avec son frère, décrivant en miroir des horreurs des combats, le contraste vertigineux des sentiments, des campagnes, parents et villages laissés loin du front. 

Enfin, sans dévoiler le fil de l'intrigue, ce roman est aussi celui d'un amour fraternel sans retenue.

Quelques réserves

Aucune réserve, si ce n'est d'avertir le lecteur "sensible" du réalisme de la description des combats et de l'engagement des infirmières au plus près du front. Ici Hayat décrit ce qu'aucun film de fiction ne pourrait montrer, sauf à produire des images d'archive non censurées.

Encore un mot...

Habillement construit à rebours des événements décrits dans ses premières pages, La loi du désordre se révèle terriblement addictif au fil de la lecture. Son titre fait référence, en physique, au principe d'entropie qui veut qu'un système stable vire irrémédiablement au désordre. Il y a là une métaphore de ce conflit apocalyptique que le monde moderne et "civilisé" ne voulait pas et qui advint. Si le capitalisme et la science devaient conduire au bonheur des peuples, comme le revendiquaient les Expositions Universelles, les idées socialistes et le principe de l'Internationale, portée par Jaurès, devaient aussi garantir la paix par la fraternité ouvrière, plus forte que les frontières, plus forte que l'argent.

L'assassinat de Jean Jaurès fut aussi le fait qui détruisit l'illusion d'un ordre social et d'une paix européennes portés par le mouvement ouvrier.  Avec une écriture qui rappelle Pierre Lemaitre et un personnage qui ressemble à l'Adèle Blanc-Sec de Jacques Tardi,  La loi du désordre aurait pu avoir pour titre "l'Ange blanc", rendant son contenu plus "lisible", et à son héroïne, engagée volontaire dans le tumulte de la guerre, son rôle symbolique et réel. Dans  sa recherche pour protéger son frère, "Ange blanc" pour les soldats sur le front de la Marne, femme moderne avant l'heure, Jeanne est la révélation de ce roman aussi "beau", dur qu'émouvant.

Une phrase

"Jeanne franchit le porche de son immeuble. Les marches craquent, les étages sont silencieux. La petite chambre l'attend comme elle l'a laissé trois jours auparavant, la vaisselle sur l'évier, du café au fond de la tasse. La robe piquée du sang de Jaurès traine par terre, au  milieu des lambeaux du journal avec lequel elle enveloppa ses pieds. Au balcon, elle guette les rumeurs de la ville et la regarde s'endormir." P 224

"Jeanne garde les yeux au ciel. Les pétards fleurissent et coiffent les cratères d'un casque de flamme. Une fontaine de vert, de blanc, de rouge arrose la plaine. La nuit buvard absorbe les dernières gouttes de lumière. 
Enfin l'artificier éteint ses feux. Le silence s'étend… Il avale au loin le crépitement grêle des fusils, la toux rauque des canons. La fumée se dissipe. Une à une, les étoiles percent. Jeanne jette un œil dans la nuit qui verse un sang noir sur la terre ouverte. " Baisse-toi !" lui lance Pesnel dans un cri chuchoté. Les sentinelles peuvent les entendre, alors la bête qui veille en face rouvrirait sa gueule. Grosjean s'est assoupi.  Jeanne murmure : 
- C'est quand même drôlement beau, non ? " P 269

L'auteur

Philippe Hayat est désigné Lauréat du festival du premier roman de Chambéry, pour la parution, en 2014, de Momo des halles (Pocket), son premier roman. Où bat le cœur du monde (Calmann-Lévy), second roman, est couronné en 2019 par les prix Filigranes et Cultura. Auteur au talent littéraire reconnu, il  est pourtant, et d'abord, un entrepreneur. Polytechnicien (entre autres diplômes…), il a créé l'association 100.000 Entrepreneurs, reconnue d'intérêt général, dont la mission est de transmettre la fibre de l'entrepreneuriat dans les collèges, les lycées et les universités. La loi du désordre est son troisième roman.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Ils viennent de sortir