Le crépuscule des licornes

Trajectoire d'une femme amoureuse au cœur du cynisme des start up. Un premier roman un peu décevant.
De
Julie Girard
Gallimard
Parution en décembre 2022
288 pages
20€
Notre recommandation
2/5

Infos & réservation

Lu / Vu par

Thème

Eléonore est une journaliste talentueuse, spécialiste des nouvelles technologies et du monde des start up. Émigrée à New York, elle y a rencontré son mari, Zack, stéréotype du New Yorkais affairiste et où elle partage avec lui une vie aseptisée dans les plus beaux quartiers. En parallèle de son enquête sur de nouveaux implants cérébraux destinés à augmenter la capacité d'apprentissage du cerveau humain, elle se retourne avec nostalgie sur sa vie amoureuse avec Victor, pianiste virtuose.

Points forts

L'auteur nous décrit avec justesse le cynisme des investisseurs qui spéculent dans l'univers des start up les transformant en licornes. Seule la loi du plus fort et l'esprit de compétition s'appliquent et peu importe les conséquences que ce soit sur la santé ou sur les relations familiales.

L'auteur nous offre une jolie ballade dans l'univers des artistes contemporains et de la musique. C'est un plaisir de lire ce roman au son du Requiem de Mozart et de Spiegel im spiegel d'Arvo Pärt, œuvres musicales évoquées à plusieurs reprises dans l'histoire.

Quelques réserves

Le fond du récit est trop occulté par une litanie de références au monde de l'art et de la  musique.

Certains passages sont écrits avec un vocabulaire châtié obligeant à lire avec le dictionnaire à portée de main ce qui supprime le plaisir d'une lecture fluide.

Les personnages sont caricaturaux : la journaliste brillante, cultivée, belle, au charme français face à l'affairiste américain, grossier. Le musicien qui semble sorti d'un roman à l'eau de rose. Le scientifique, obsédé par sa recherche qui bascule - sans que cela apporte rien au récit - dans une histoire extra-conjugale avec la copine bobo de la journaliste.

Encore un mot...

Ce roman me laisse plus d'interrogations sur les intentions de l'auteur qu'une réflexion construite sur un ou plusieurs sujets donnés :

- Le sujet des nouvelles technologies, intéressant d'un point de vue de l'éthique, aurait pu être développé beaucoup plus largement.

- Le sujet de la rédemption pour chaque personnage aurait également pu être plus fouillé.

Enfin, je comprends mal les relations entre les différents personnages : quels types de rapports a développé l'héroïne avec sa mère alcoolique et un père qu'on devine rude ? Quels sont les rapports entre le père et la mère ? De même, on a du mal à situer l'âge de sa fille : est-ce encore une enfant ? Une adolescente ? Cette enfant a l'air d’être laissée pour compte sans qu'aucun adulte ne s'en préoccupe. En général, je suis restée sur ma faim quant à la psychologie des différents personnages

Une phrase

  • «Où est le sens quand tu aimes un homme et que tu le quittes... quand tu en méprises un autre et que tu restes ? » p. 113
  • «Dans le monde des licornes, la probité ne produisait aucun retour sur investissement. » P.176

L'auteur

Julie Girard vit à New York. Elle a travaillé notamment dans le monde de l'art. Le crépuscule des licornes  est son premier roman.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Ils viennent de sortir