Le lapin de Pâques et autres nouvelles

Tellement plaisantes à lire ces nouvelles empreintes d'un humour discret...
De
David Gaillardon
Via Romana, paru le 26 août 2021
90 pages
16€
Notre recommandation
4/5

Infos & réservation

Lu / Vu par

Thème

9 nouvelles composent ce recueil dû à la plume et à l'imagination de David Gaillardon. Chacune comporte une dizaine de pages. Elles ne sont pas si nombreuses qu'on ne puisse toutes les citer pour mieux donner une idée de leur contenu : 

Le lapin de Pâques, la première, qui donne son titre à l'ouvrage, en jouant sur le mot "lapin"... (on ne peut en dire plus faute de dévoiler l'intrigue !) 

L'Élixir de Montmédy, des Religieuses en Lorraine fabriquant une liqueur de mirabelles auraient été malmenées par les Prussiens à l'été 1870 mais la réalité est bien différente... 

@authentic Love, un site de rencontres postulant pour le mécénat d'un musée des beaux-arts bien embarrassé de soutenir une telle entreprise.  

Singspiel Tropiques, la découverte d'une tribu amazonienne inconnue et l'acharnée concurrence de deux "herr professor".  

La Saportine, riche bibliothèque que le cardinal Saportin prévoit de léguer à sa ville de naissance mais l'imprévu va rattraper le vieux prélat... 

Comment on écrit l'Histoire, à Teplitz,  Goethe rencontre Mme de Staël et chacun relate ce moment  à sa manière, lui agacé, elle envahissante... 

 Les Noces de Véronal ou le mariage imaginaire du Prince Lysanxia avec la belle Lexomylle (les noms disent tout !)  

Le Jour où la France perdit la mémoire, les banlieues s'enflamment, Paris manifeste, presse et réseaux sociaux s'agitent puis se lassent...  

Les Religieuses, enfin, qui croient leur communauté sauvée quand leur couvent fait place à un immeuble de luxe.

Points forts

D'abord, le plaisir de passer de l'une à l'autre de ces nouvelles, faites pour distraire, amuser, mais aussi faire réfléchir... Car elles ne sont pas si innocentes qu'elles en ont l'air -et c'est là leur point commun- : en profondeur, elles dévoilent (et dénoncent) un aspect de l'âme humaine (la soif d'amour, la naïveté, l'égoïsme, l'ambition...) ou de notre vie en société (les antidépresseurs, les "casseurs", l'histoire revisitée, les escroqueries...) mais tout cela, avec humour, légèreté, délicatesse. 

L'auteur maîtrise parfaitement, et dans une langue impeccable, l'art de bâtir une histoire vraisemblable mais courte, avec, non seulement une intrigue bien menée mais une "chute" surprenante, accompagnées souvent d'allusions littéraires et historiques que le lecteur apprécie de repérer. 

La balade en diverses régions de France bien sûr, mais aussi en Bohême, au Brésil... (David Gaillardon est un voyageur passionné) et le survol de plusieurs périodes de l'Histoire, de l'Antiquité aux XVIIIe et XIXe siècles jusqu'à nos jours.

Quelques réserves

Impossible d'avouer quelle nouvelle a eu ma préférence ! 

Encore un mot...

C'est le troisième recueil de nouvelles que publie David Gaillardon qui se révèle ainsi un maître en ce genre littéraire dont on parle si peu. Ce n'est, évidemment pas, parce que la nouvelle est brève que la rédaction n'en est pas difficile... Peut-être même que savoir écrire court est plus compliqué que s'étaler sur de nombreuses pages, les journalistes le savent !

Une phrase

"Terrorisée à l'idée que la répression des émeutes ne fît quelques victimes du côté des casseurs, la Préfecture avait donné ordre aux forces de police de les laisser briser et incendier tout le jour, dans le secret espoir que, repus de leurs pillages, ils rentrent enfin chez eux le soir venu... " p. 74 pour la nouvelle Le Jour où la France perdit la mémoire 

"Signe engageant, il apparut assez vite -et cela surprit agréablement le directeur d'@L autant que son communicant- que plus de la moitié des personnes présentes (membres de la commission du mécénat du musée) connaissaient très bien le site de rencontres... " p. 28 pour la nouvelle @authentic Love

L'auteur

David Gaillardon, fin connaisseur de ce que l'on appelait jadis la Mitteleuropa, exerce son talent dans les métiers de la communication. En tant qu'écrivain, il a publié à la fois des nouvelles, des biographies, des correspondances. 

Ses deux précédents volumes  de nouvelles Au caffè Dinelli (2012) et La nuit de Blankenfeld (2015, prix Charles Oulmont) sont également publiés par les éditions Via Romana qui encouragent ainsi -et c'est à saluer-, la rédaction de nouvelles. 

On lui doit d'avoir réuni les textes des vingt-cinq intervenants du colloque de Bordeaux consacré au dominicain Jean-Augustin Maydieu (éd. du Cerf, coll. Mémoire dominicaine, 1998) et d'avoir présenté et annoté les Lettres à une convertie de Stanislas Fumet (éd. L'Harmattan 2009, préfacé par Maurice Schumann). 

La chasse (sans doute l'un de ses centres d'intérêt) lui a permis de rédiger La chasse pour les nuls dans la fameuse collection "pour les nuls" (éd. First, 2013). 

Son dernier ouvrage, salué par la presse, est une biographie intitulée La Beauté et la grâce, itinéraire d'un aristocrate européen, Alex Rzewuski (éd. Lacurne 2019).

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.