Mon cœur est en cendres

Une histoire d’amour tragique entre un jeune homme d’un milieu modeste et une jeune fille de la grande bourgeoisie. Un roman captivant
De
Olivier Adam
Robert Laffont
Parution en Septembre 2023
248 pages
18,50€.
Notre recommandation
4/5

Infos & réservation

Lu / Vu par

Thème

Son meilleur ami s’est suicidé. Et il l’avait vu en rêve. Ainsi que d’autres morts avant. Ces rêves prémonitoires rendent fou notre héros Antoine qui n’a rien pu faire pour éviter ces morts. Et malgré les somnifères et anxiolytiques il continue de rêver : de feu, de mort. 

Issu d’un milieu défavorisé de la banlieue parisienne, il partage néanmoins la vie d’une jeune fille issue d’un milieu intellectuel bourgeois très éloigné de sa vie. 

Elle lui propose de passer l’été dans la villa familiale du bord de mer.

C’est là - dans ce décor idyllique - que tout va basculer.

Points forts

Même si ce n’est pas le roman le plus fort d’Olivier Adam, le charme de son écriture et des descriptions des situations, nous emportent dans cette histoire d’amour tragique. On y retrouve les thèmes chers à Olivier Adam : la banlieue, les douleurs familiales, la Bretagne, les amours difficiles... et son héros Antoine déjà rencontré dans plusieurs romans.

Quelques réserves

Par moment ça peut paraître un peu « too much » : d’un côté la banlieue défavorisée avec la mère infirmière qui ne compte pas ses heures, le frère autiste et le copain suicidé et de l’autre les parents intellectuels, le monde de l’édition, la grosse villa en bord de plage, les balades à cheval, le surf ... Mais ça passe bien : on est avec eux, on y croit.

Encore un mot...

Même avec cette réserve, c'est le genre de livre que l’on n’a pas envie de lâcher en route. On s’attache aux personnages, à leurs faiblesses, à leurs désirs. Comme toujours le style rapide et vif de l’écriture d’Olivier Adam opère pour notre plus grand plaisir.

Une phrase

« C’est quand j’ai commencé à parler à Tranh dans ma tête que j’ai senti qu’il fallait que je me lève. Léa était en train de danser. Ses amis l’encerclaient. Comme si elle était le centre. Le foyer d’énergie. Un aimant. Et c’est vrai qu’elle irradiait. C’est vrai qu’elle était belle à se flinguer. D’ailleurs j’ai bien vu comment les mecs, et même certaines filles, la regardaient. Ça m'a foutu les boules. Pas parce que je suis jaloux. Mais parce que ça m’a fait me sentir comme une merde. » Page 128

L'auteur

Olivier Adam est né le 12 juillet 1974. Auteur de nombreux romans il a connu le succès très vite avec Je vais bien ne t’en fait pas en 2000, adapté au cinéma avec Mélanie Laurent et Kad Merad, mais aussi Passer l'hiver qui a obtenu le prix Goncourt de la nouvelle en 2004, Falaises (2005), A l’abri de rien (2007), Les lisières (2012), Chanson de la ville silencieuse (2018), Dessous les roses (2022).

Il est nommé Chevalier des Arts et des Lettres en 2013.

Natif de la région parisienne, il vit maintenant en Bretagne.

 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Ils viennent de sortir