Retiens ma nuit

Pour le style plus que pour l'intrigue.
De
Denis Tillinac
Editions Plon
Recommandation

Essentiellement pour le style.

Notre recommandation
3/5

Infos & réservation

Lu / Vu par

Thème

François, médecin de campagne en fin de carrière à Chaumont, rencontre Hélène, galeriste d’art à Blois. A l’âge d’être grands-parents, voilà qu’ils connaissent une histoire d’amour d’adolescents. Ils sont emportés par cette passion inédite, qui leur ouvre les yeux sur eux-mêmes, sur leurs frustrations, sur leurs illusions, sur toutes ces années passées d’une manière tellement factice. Cet amour fou et clandestin les réveille de leur torpeur provinciale, leur redonne le goût de la vie, leur rappelle les promesses de leur jeunesse.

Points forts

• Denis Tillinac dépeint de manière très juste la soixantaine, cet âge partagé entre des enfants, devenus des adultes, déjà confrontés au divorce, et des parents, placés dans des maisons de retraite; cet entre-deux fait d’incertitudes, d’atermoiements, de solitude, où le temps impose sa loi. Tillinac excelle dans les « clairs-obscurs » des sentiments.

• Le personnage de François, le narrateur, double de l’auteur : définitivement nostalgique des années 1960, allergique à tout changement, de plus en plus étranger à son époque, qu’il juge si décevante, il reste un sentimental touchant et idéaliste.

• Un tableau très réaliste de la province, dans laquelle rien ne dépasse.

• Une plume élégante, des phrases ciselées, un style raffiné, un vocabulaire riche, imagé, plein de trouvailles offrent au lecteur des élans lyriques et harmonieux, ainsi qu’une magnifique poétisation des décors.

Quelques réserves

• Un thème vu et revu : un homme se lance dans l’entreprise périlleuse qui consiste à mener de front l’amour-passion pour sa maîtresse tout en préservant sa femme.

• Les amants tombent dans les travers classiques : rencontres furtives dans des lieux improbables, complicités douteuses, gestes ridicules (alliance jetée dans la Loire !), mauvaise foi, mensonges, jalousie maladive, non-choix …

Encore un mot...

Un roman décevant à cause d’une intrigue qui n’est pas à la hauteur du style. Denis Tillinac projette sur cette liaison les modèles mythiques qui l’ont nourri, comme l’amour courtois, la carte du Tendre ou la quête romantique de la Sylphide, mais on a beaucoup de mal à croire à cet adultère provincial, bien banal. Il voudrait vivre cet amour par « procuration littéraire », or cela ne fonctionne pas … En revanche, le fait de tenir la vieillesse menaçante à distance par cette rencontre, qui lui permet de retrouver ses rêves et ses fugues d’adolescent, me paraît plus convaincant.

Une phrase

Qui en seront deux:

- « Mon simulacre d’existence n’aura été qu’un papillonnage dans une galerie des glaces où se réfléchissent des allégories du même éternel féminin. » p.94 

- « Une histoire d’amour fantastique et véridique, le chevalier à Chaumont, sa gente dame à Blois. » p.169

L'auteur

Né en 1947, Denis Tillinac a été journaliste et éditeur. Il est l’auteur de plus de quarante livres, qui lui ont valu de nombreux prix littéraires. Parmi ces livres, Le bonheur à Souillac (1994), Le venin de la mélancolie (2004), Dictionnaire amoureux de la France (2008), Dictionnaire amoureux du catholicisme (2011).

Commentaires

Monique Morin
mer 23/11/2016 - 17:15

Remarquablement bien écrit.Très belle histoire d'amour improbable . Mais la vie réserve des surprises

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.