Roman fleuve

Trois hommes dans un bateau biplace descendent la Seine… Un roman fleuve drôle, inspiré…très navigable !
De
Philibert Humm
Éditions des Équateurs
Prix Interallié 2022
287 pages
19 €
Notre recommandation
5/5

Infos & réservation

Lu / Vu par

Thème

Précédé d’une note « dégageant toute responsabilité de l’éditeur » pour le texte de 281 pages qui la suit et même d’un droit de réponse d’un des héros, 32 chapitres en verve coiffés d’un chapeau aux raccourcis prometteurs rendent le lecteur impatient d’en découdre avec le fil de l’eau. La lecture impérieuse d’un roman aussi atypique s’impose d’emblée. L’auteur, habile observateur et talentueux narrateur, fils prodigue doué pour s’aventurer à prix modique, ne ménage pas ses efforts, coiffé de son bachi de matelot, pour mériter son grade de capitaine autoproclamé d’un frêle esquif nommé « Bateau » pour ne pas vexer les autres. 

Belle réussite puisque l’ouvrage papier tiré de son œuvre liquide a été couronné par le prix Interallié. Il aurait aussi pu concourir pour le Goncourt des aventuriers, s’il existait déjà.

Points forts

Un week-end, malgré la concurrence d’obligations triviales, je descendis sourire aux lèvres ce fleuve allègre, contredisant la formule de Jean Mistler selon laquelle : « Parmi les romans fleuves, bien peu sont navigables ». Ici la déprime sérieuse en vogue est bannie. Le second degré est de règle et fait appel avec flegme et justesse au futur antérieur ou à l’imparfait du subjonctif quand l’occasion s’y prête. L’humour mijote à bonne température et le fleuve condescendant qu’est la Seine fait bonne figure et reste abordable jusqu’à son embouchure. 

En s’éloignant de Paris, à l’image des héros des  Trois hommes dans un bateau  de Jerome K. Jerome qui sur la Tamise berça mes cours d’anglais, le capitaine du bord, Philibert Humm, remonte le cours de ses souvenirs pour, en huit jours secs, redescendre la Seine dans l’ex-canoë de Véronique Sanson, fusse-t-il au prix de quelques prises de bec, orage compris, avec Adrian alias Bobby et le Major Waquet et d’inévitables frayeurs de la navigation au milieu des remous des navires prioritaires de fort calibre. 

Le récit tient à la fois du reportage fluvial, drôle et inspiré, et du précis de management de « team building » en version équipage à trois pour bateau biplace. Tirant des bords entre conte moral et réflexions philosophiques, livrant une enquête sociologique audiardesque sur les rives embrumées de la batellerie de nuit, il narre une aventure vintage équipée au « Vieux campeur ». L’ouvrage ne fait aucune impasse : le charme des guinguettes oubliées et leur faune assidue, la poésie des méandres, les bouées lancées aux grands auteurs, la découverte pédagogique des lieux aperçus sur la rive, parfois visités pour s’approvisionner, et du mascaret trop tôt disparu. On y retrouve l’esprit hussard des rencontres de terre ferme et les recettes de survie expérimentées en milieu humide.

Quelques réserves

S’il y en avait eu, elles n’auraient pas terminé le voyage.

Encore un mot...

Air potache, naufrages modestes, figures roboratives, digressions contrariées par les courants contraires, chronique piquante bien arrosée, évocation rare des relations mères – aventuriers, roman d’amitié, tout nourrit cette escapade. Philibert Humm illustre avec brio et entrain combien l’aventure nourrit la jeunesse et rend l’exploit modeste.

Qu’on me pardonne ce jeu de nom, ce livre m’a mis de fort bonne humeur et je le recommande sans réserve à tous les types de lecteurs. Trop sérieux s’abstenir.

Une phrase

- “ En outre, l’abus de galons dessert l’autorité”. (p.35)

- “La liberté, messieurs, ne s’encombre pas d’amarres”. (p.76)

- “La pratique de la lecture est autant une salubre descente en soi qu’une ascension émancipatrice”. (p. 86)

- “C’était l’heure tranquille où les poissons vont boire”. (p. 89)

- “ La Seine venait régulièrement s’attabler chez Mallard”. (p. 101)

- “ La fiction doit rester vraisemblable. La vérité, elle, n’y est pas tenue”. (p. 104)

-  “(…) Afin de préserver leur ignorance qui est un bien précieux”. (p. 213)

- “Notre jeunesse venait de mettre les voiles”. (p. 271)

L'auteur

Né en 1991, Philippe Humm, journaliste et écrivain, a déjà publié trois livres : Le tour de France par deux enfants d’aujourd’hui et La Micheline, co-écrits avec son compère Pierre Adrian (Éditions des Équateurs) et Les tribulations d’un Français en France (éditions du Rocher, Prix Alexandre Vialatte 2021).

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Ils viennent de sortir