Sarah quand même

Suite et fin d’une indomptable …Sarah Bernhardt !
Actes Sud
Mars 2023
172 pages
19€
Notre recommandation
3/5

Infos & réservation

Lu / Vu par

Thème

Par la voix de Susan qui fut un court instant sa maîtresse, Sarah Bernhardt nous apparaît dans toute sa splendeur et tous ses défauts. Elle est la voix des grandes héroïnes de tragédie classique, mais c’est aussi l’archétype de la diva. Les hommes sont à ses pieds, qui lui passent tous ses caprices, elle sait pourtant se montrer généreuse envers son fils Maurice ou son jeune amant.

Points forts

On retrouve le contexte historique des dernières années de Sarah, la guerre de 14/18 qui est une blessure pour elle et qui lui rappelle celle de 1870 à laquelle elle avait participé en créant un dispensaire pour les blessés de la Commune.

On suit son voyage aux USA qui ressemble plus à une tournée de cirque qu’à une tournée théâtrale, ce qui lui avait valu le surnom de Sarah Barnum par ses détracteurs.

On retrouve dans les amis de Sarah quelques grands noms de la littérature et du théâtre.

Quelques réserves

Cette pauvre Susan est tout de même bien maltraitée par Sarah qui ne lui évite aucune humiliation.

Encore un mot...

Le portrait dressé ici de Sarah Bernhardt montre une femme passionnée de théâtre, volontaire et courageuse quand elle décide de se faire amputer de la jambe qui la fait souffrir, toujours à court d’argent pour son fils et qui se conduit comme une midinette avec son jeune amant. C’est donc une Sarah bien complexe qui est présentée dans ce livre.

Une phrase

  • « Je suis donc la dame de compagnie et la comédienne à domicile qui lui donne la réplique, je suis la souffre-douleur, la copiste ordinaire, la costumière et la maquilleuse, parfois la cuisinière et même la confidente… » page 30
  • « Elle aura toujours été au plein milieu de sa vie, sans aucun sens de la mort à préparer ou de la nécessité de s’arrêter pour contempler le chemin parcouru…D’ailleurs non, elle n’était pas au milieu de sa vie, elle en a toujours été à l’extrémité la plus piquante, à la pointe violente et capricieuse, fougueuse et séductrice de la vie. » page 92 
  • « Mais cette vieille folle est bien Sarah. Et je me sens secouée par la jalousie revenue, malmenée comme au rodéo. » page 135

L'auteur

Régine Detambel est née en 1963 à St Avold. Elle est bibliothérapeute et formatrice en bibliothérapie créative. Elle est chevalier des Arts et des Lettres et lauréate du prix Anna de Noailles, de l’Académie française. Elle l’auteur d’un essai,  Les livres prennent soin de nous, et de six romans : Son corps extrême, Opéra sérieux, La splendeur, Le chaste monde, Trois Ex, et Platine.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Ils viennent de sortir