Trois jours chez ma tante

Un vrai faux polar, épuré et efficace
De
Yves Ravey
Les Editions de Minuit - 192 pages
Notre recommandation
4/5

Infos & réservation

Thème

Il y a vingt ans, Marcello est parti vivre précipitamment au fin fond de l’Afrique où il s’occupe- pas dans une totale transparence- d’une organisation humanitaire destinée à des enfants touchés par la guerre. Sa vieille et riche tante, installée en maison médicalisée, d’où elle continue à gérer ses affaires et sa Fondation, le rappelle soudainement en France pour lui annoncer qu’elle le déshérite. Marcello a trois jours pour tenter de récupérer le morceau.

Points forts

- L’écriture minimaliste –déroutante au premier abord- devient une force en posant une ambiance lourde et oppressante. Ce style permet de distiller subrepticement des faits sans entrer dans l’analyse psychologique et sans porter de jugement sur les personnages.  Rien n’est confirmé, rien n’est infirmé, le doute plane sans cesse.

- Nous sommes rapidement embarqués dans cette histoire familiale qui pourrait être banale,  mais de nombreux détails, pas forcément anodins, sont peu à peu livrés, organisant l’inquiétude. Marcello est, d’ailleurs, lentement démasqué au fil de ces petites touches narratives.

- Des personnages secondaires apparaissent de façon énigmatique et contribuent également à donner au récit une tournure mystérieuse, à huis clos, à la mode Agatha Christie

- Une fin étonnante teintée d’humour noir.

Quelques réserves

L’écriture parfois lapidaire, pourra rebuter certains lecteurs en recherche d’effets plus fouillés.

Encore un mot...

Un vrai faux polar autour d’un tête à tête grinçant entre un neveu tentant de préserver son héritage et une vieille tante qui esquive cette rencontre avec une fausse naïveté.

Marcello, qui apparait a priori sympathique, se révèle comme un escroc de petite envergure qui, à force de trop vouloir gagner la poule aux œufs d’or, prend le risque de la perdre.

Un roman à la fois épuré et efficace qui se lit d’une traite et qui, une fois refermé nous laisse une agréable saveur et un certain trouble.

Une phrase

« D’un doigt, j’ai réorienté le chèque qu’elle avait déplacé de quelques centimètres. Ma tante a dit qu’il ne lui fallait pas grand-chose, encore quelques minutes. Je me suis levé, rendu optimiste par ses dernières paroles »

L'auteur

Yves Ravey est un romancier et dramaturge français. Il a publié une dizaine de romans et des pièces de théâtre. Il a été lauréat du prix Marcel Aymé en 2004.

« Trois jours chez ma tante » est sélectionné pour le prix Goncourt cette année.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.