Un enfant plein d'angoisse et très sage

Un apprentissage de la vie, grave, drôle, et très attachant
De
Stéphane Hoffmann
Editions Albin Michel - 263 pages
Notre recommandation
4/5

Infos & réservation

Lu / Vu par

Thème

Antoine a treize ans, il est pensionnaire dans un collège renommé en Suisse. Les vacances de Pâques arrivent. Il se trouve plongé malgré lui chez Maggie, une grand-mère originale, chanteuse qui ne veut plus chanter. « J'ai Nietzche pour grand-mère en moins moustachue » . 

Baladine, la maman, obsédée par sa réussite et« sa passion d'emmerder le monde», Rudyard, le père, anglais obsédé lui« par ses chaussettes et par la Reine », n’ont partagé qu'une année de vie commune, le délaissant.

Ils se découvrent un intérêt soudain pour ce fils dont ils vont tenter de se rapprocher par rivalité et par égoïsme.

Antoine lui, préfère l'amour de Jojo, le chien de sa grand-mère. Ces vacances sont l'occasion de balades en Italie, à Londres, à Monaco, un monde qui lui est étranger et dont il s'amuse, gardant toute sa lucidité. 

Il devient le maître de ballet.

Points forts

Le ton est plein d'humour, le fond est grave, c'est tout le talent de Stéphane Hoffmann. 

Description d'un monde d'adultes perdus dans un univers factice, fragile, empreint de blessures intimes non cicatrisées et qui ne peut pas laisser indifférent lorsqu'il est décrypté ainsi par un enfant perspicace, lucide et drôle.

On se laisse emporter avec plaisir dans un périple en Italie et à Monaco au côté d'Antoine et Jojo. Un voyage plein de surprises, qui se voudrait l'occasion d'une réconciliation mais qui tourne au règlement de  compte: les masques sont tombés. 

Le portrait de Maggie, qui se révèle à elle-même en pratiquant l'art d'être grand-mère, avec un peu de folie et beaucoup de tendresse, est très attachant.

Quelques réserves

Pas de point faible. Un simple bémol pour ceux qui ont choisi de tourner le dos aux souvenirs d'enfance, car ce roman risque de les renvoyer inexorablement à ce qu'ils ont tenté d'oublier.

Encore un mot...

« Les enfants et les chiens sentent tout, surtout ce qu'on leur cache», écrivait Françoise Dolto. Antoine et Jojo en sont le parfait exemple. Ce petit homme a compris que grandir est une aventure courageuse et parfois solitaire. 

A mon sens, ce roman se prêterait très bien à une adaptation cinématographique.

Une phrase

"Je suis malbarré pour être vraiment heureux, aucune importance, le manque d'amour ne passera pas par moi. Je n'ai jamais èté aimé, mais je vais aimer, Jojo le ratier me montre que j'en suis capable".

L'auteur

Stéphane Hoffmann est né à Saint Nazaire le 6 mars 1958.  

        Il a travaillé dans les relations publiques et le journalisme ( Le Petit Futé, Le Figaro et le Figaro Madame).

        Il est l'auteur d’une dizaine de romans. Entre autres : Château Bougon- 1990, Le bon Tabac-  1996, Le Grand Charles- 1998 , Les filles qui dansent, des garçons qui tremblent- 2008; et Les autos-tamponneuses, roman sorti en 2011 et qui a connu un vrai succès.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.