Un palais de papier

L'histoire comme on aime la lire.
De
Françoise Hamel
Editions Fayard - 352 pages
Notre recommandation
4/5

Infos & réservation

Lu / Vu par Culture-Tops

Thème

Le Roi Soleil meurt dans un 18ème siècle naissant qui voit un royaume de France prêt à tomber dans une crise financière. A la même époque, une jeune fille quitte sa Bretagne natale. Fille de Bien-Aimé  de Kerzo, nobliau pauvre et imbibé d’alcool, et de Désirée, la jeune Espérance file à Paris, entre à la Maison royale de Saint-Louis fondée par Madame de Maintenon, y reçoit une éducation qui complète celle de son mentor, l’abbé La Teignouse, avec lequel elle lit Erasme, Montesquieu ou Montaigne. 

L’enseignement officiel lui apprend la connaissance de Dieu et de la religion, l’horreur du vice et l’amour pour la vertu. 

Dans ses affaires, Espérance cache le « Code paysan », manuel de revendication bretonne, et un bonnet rouge donné par sa grand-mère, massacrée par les soldats du Roi.

Elle est renvoyée de la fondation  parce qu’elle lit les philosophes ; fréquente les salons littéraires où on la surnomme « Mademoiselle Citation » et où elle est repérée par John Law, le banquier écossais qui est censé éviter la banqueroute à la France. Il la surnomme « Espérance mathématique », la nomme « conseiller philosophique », lui promet de la faire riche.

Elle devient le premier témoin de l’irrésistible ascension du banquier et aussi de sa chute vertigineuse…

Points forts

- Une fois encore, Françoise Hamel montre qu’elle maîtrise remarquablement le romanesque historique.

- La qualité d’écriture de l’auteure qui manie l’humour avec autant d’allégresse que la pertinence.

- Le décodage méticuleux et précis de l’arrivée du papier-monnaie dans le royaume de France n’est jamais pompeux, prétentieux ou abscons.

- Avec cette lecture dans ce « palais de papier », la belle occasion  de s’offrir une révision des cours d’Histoire et d’Economie…

Quelques réserves

Certains lecteurs trouveront bien sûr à redire : « Le palais de papier » peut paraître d’une lecture peu aisée parce que fourmillant de mille et uns détails, tous plus vrais les uns que les autres.

Encore un mot...

Voici un excellent roman historique. Françoise Hamel emmène le lecteur de Bretagne à Paris, raconte une France au bord de la banqueroute en suivant la destinée d’une jeune femme au joli prénom, Espérance. 

« Le palais de papier », c’est aussi l’irrésistible ascension et l’échec cinglant d’un système monétaire mis en place par John Law. 

L’Histoire comme on aime la lire.

Une phrase

- « Ce mirage financier se reproduira, car, paraît-il, les gens de la Politique et de la Finance refont toujours les mêmes erreurs. La mémoire leur fait défaut ».

- « A un marquis pédant qui m’a reproché, à tort, d‘avoir mal accordé un verbe, j’assure que la nouvelle mode est de rédiger les lettres d’amour en latin. Pour du latin, il serait prêt à payer plus cher car il n’y connaît rien, ni sa belle… »

L'auteur

Née le 21 octobre 1945 à Cherbourg, Françoise Hamel est une écrivaine française. Fille d’un militaire, après des études durant lesquelles elle acquiert un goût sans limites pour la lecture, elle débute sa vie professionnelle dans plusieurs maisons d’édition parisiennes. Puis, elle travaille pour la radio et la télévision. 

En 1981, elle publie son premier roman, « Le Café à l’eau ». Suivront, entre autres, « La Loche » (1984), « Ida, histoire d’un parricide » (1994), « Notre-Dame des amours : Ninon de Lenclos » (1998), « Fille de France » (2004, prix Cazes- Brasserie Lipp), « Les Forains du roi » (2010) et, cette année, donc, « Un palais de papier ».

Par ailleurs, Françoise Hamel a longtemps participé à la rubrique « Théâtre » de Culture-Tops.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Ils viennent de sortir