Un Paquebot dans les Arbres

Un très beau roman, fort, cruel, poignant et plein de tendresse
De
Valentine Goby
Editions Actes Sud - 267 pages
Notre recommandation
4/5

Infos & réservation

Lu / Vu par Culture-Tops

Thème

Dans les années 50, dans un petit village à 50 kilomètres de Paris, Paulot et Odile tiennent le Balto, café-épicerie au coeur de la vie du village. Ils vivent un bonheur simple et joyeux avec leurs trois enfants. Paulot anime les soirées du samedi et toutes les fêtes du village au son de son harmonica. Puis tout s'effondre avec la tuberculose qui frappe Paulot : il doit partir avec sa femme, elle aussi touchée, au sanatorium, le "paquebot" entouré de forêts. C'est Mathilde, encore adolescente, qui va se battre pour sa famille.

Points forts

Avec une écriture vivante, directe, rude, tendre, Valentine Goby met au centre du livre, Mathilde, la seconde fille de Paul et Odile, encore adolescente, qui va prendre en charge ses parents et son petit frère tandis que la soeur aînée, nimbée d'un bel égoïsme, préfère se tenir à distance pour "protéger" sa fille et son mari.

Le choix du présent nous fait vivre par les yeux de Mathilde les derniers moments de bonheur de la famille Blanc, dans l'ambiance joyeuse et amicale qui règnait au Balto.  Puis, avec la tuberculose qui frappe Paulot et Odile, c'est la chute brutale et l'isolement de la famille; ils deviennent des parias y compris pour leurs amis les plus proches. On suit pas à pas Mathilde dans sa lutte pour maintenir sa famille à flot avec ce qu'il leur reste de force, par l'amour qui les unit, pour préserver son unité et en faire un rempart contre ceux qui les excluent.

On vibre avec Mathilde, on souffre avec elle, on s'émeut avec elle, on se révolte avec elle. Petite "mère-courage", elle ira au bout de ses forces au péril de sa vie avant de s'avouer avoir besoin qu'on s'occupe d'elle, d'être simplement aimée pour ce qu'elle est et non par ce qu'elle porte. La présence de Matthieu et le soutien discret de sa directrice d'école seront ses rares et précieux appuis.

Son énergie, son courage, sa détermination, sa ténacité forcent l'admiration et nous touche, et, si la pauvreté, la déchéance, les services sociaux, les familles d'accueil et l'éloignement imposés par tous à  la famille sont décrits dans toute leur cruauté, il n'y a de place ni pour le pathos ni pour le misérabilisme. Et le couple aimant formé par Paulot et Odile est solaire.

Ce livre est par ailleurs très bien documenté tant sur le plan social de l'époque avec l'apparition de la Sécurité Sociale pour les salariés mais inaccessible aux commerçants et travailleurs indépendants, que sur le plan médical avec des descriptions détaillées des symptômes de la tuberculose, de ses traitements et de la vie au sanatorium.

Quelques réserves

Il faut prendre tout le temps de s'immerger dans ce livre, dans son atmosphère tendre mais aussi lourde, sombre et très dense, comme les paragraphes qui manquent parfois d'aération.

Encore un mot...

C'est un très beau roman, fort, cruel dans la dure réalité de l'époque, souvent poignant et plein de tendresse, lumineux. Inspiré d'une histoire vraie, c'est un drame social doublé d'une grande histoire d'amour.

Une phrase

- "Ecrire pour répéter le temps aimé, pour le recommencer, le prolonger, le dilater dans le futur et ce faisant hâter le cours du temps subi pesant comme un battant d'horloge, l'abolir dans l'heureuse nostalgie du ressassement. ainsi font les amants pour vaincre le manque, combler le vide, le nier."

 - "Mademoiselle personne. Être personne. Reliée à rien. Ni la soeur de Jacques, ni la fille de Paulot et Odile, ni la stagiaire de bureau, ni l'élève du lycée, ni la gosse de tubard, ni l'endettée, ni la voleuse d’œufs, ni la pique-assiette, ni la mendiante, ni la chef de famille, ni l'amoureuse larguée, ni l'amie d'une folle, ni la suicidaire ratée, ni le reine de la Roche, s'alléger de toute histoire, de tout devoir. Être une termite aux longues ailes blanches, se couler dans la file sinueuse qui reproduit d'instinct le mouvement archaïque et fractionne la charge de tous en parcelles minuscules..."

L'auteur

Née en 1974, Valentine Goby écrit depuis une quinzaine d'années pour les adultes et pour la jeunesse. Passionnée d'histoire, la transmission et la mémoire sont ses territoires d'exploration favoris. En 2014 elle a reçu le Prix des Libraires pour "Kinderzimmer". "Un  Paquebot dans les Arbres" est son douzième roman.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.