Une déchirure dans le ciel

Un drame familial glaçant
De
Jeanine Cummins
Philippe Rey
Parution le 3 février 2022
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Christine Auché
363 pages
21 Euros
Notre recommandation
3/5

Infos & réservation

Thème

Avril 1991, la famille Cummins-Kerry termine ses vacances à St Louis (Missouri) chez les grands-parents maternels.  « Leurs six esprits étaient probablement juste empreints d’une légère mélancolie tacite à l’idée de leur séparation imminente » ; les “six esprits” sont : la narratrice (Jeanine Cummins surnommée ici ‘Tink’), sa jeune sœur Katie et son grand frère Tom (19 ans), avec  leurs cousines Robin (20 ans), Julie (19 ans) et la petite sœur Jamie.

4 Avril 1991 : avant le départ tôt le lendemain matin, Tom, bravant l’interdiction de sortir de son père, rejoint ses cousines Robin et Julie ; Julie tient à montrer à Tom l’un de ses poèmes car elle écrit beaucoup. Cette sortie nocturne les entraîne sur un vieux pont désaffecté qui enjambe le Mississippi « Old Chain of Rocks ». Les 3 cousins évoluent à la lueur de leurs briquets afin de repérer l’endroit  sur lequel Julie a gravé un poème de paix et d’amour.

Au même moment, quatre jeunes délinquants, sans limites, après avoir beaucoup bu de bières, s’avancent aussi sur ce pont . Et cette nuit du 4 avril 1991, les routes de ces 2 groupes vont se croiser. Les voyous de St Louis vont se transformer en monstres d’une rare violence. Les deux sœurs sont violées sous les yeux de leur cousin, puis sauvagement jetées dans le fleuve du haut du pont.  Tom violemment battu est également poussé dans le fleuve…. d’une hauteur de 30 m. Il s’en sort miraculeusement après d’être débattu dans les eaux tumultueuses et sans pouvoir aider les cousines. 

Il s’en sort miraculeusement, oui mais le calvaire continue pour ce jeune garçon qui va rapidement passer de victime à suspect. Avec minutie, la narratrice nous fait suivre les longs, très longs interrogatoires de Tom. Nous découvrons avec effroi la suspicion qui entoure le jeune garçon, l’enquête policière (avec ses méthodes violentes et douteuses), le déferlement médiatique . Face à ces journalistes qui accusent à charge, sans chercher s’il y a vraiment d’autres coupables, la famille se montre soudée, digne devant la douleur : les victimes sont ces jeunes filles tragiquement disparues.

Points forts

 Ce récit autobiographique est méticuleusement construit ; Tink nous présente le cocon chaleureux dans lequel vit sa famille.  Puis c’est le drame, l’horreur absolue pour ces 3 jeunes cousins , la disparition des 2 sœurs, et la survie du garçon.  Tout au long du récit, la narratrice analyse le courage dont fait preuve son frère pour ne pas craquer face aux méthodes douteuses et manipulatrices de la police. Ces policiers, ces juges semblent parfois peu soucieux de la vérité et laissent les journalistes développer des articles pour amateurs de sensations fortes même après l’arrestation des véritables bourreaux ! 

Avec vigueur et détermination, Jeanine Cummins (alias Tink) nous livre le combat de cette famille : il faut faire son deuil,  poursuivre, apprendre à vivre autrement  sans oublier cette terrible soirée, apprendre à ne pas se sentir coupables, et surtout garder le devoir de mémoire pour ces deux jeunes filles brillantes si tôt et tragiquement disparues.

Quelques réserves

Je n’en ai pas vraiment trouvé, si ce n’est le caractère glaçant de ce récit .

Encore un mot...

A travers l’horreur des meurtres, les interrogatoires violents et à la limite de l’acceptable de la police, Tink sans jamais employer le pronom « je » raconte avec précision l’histoire de sa famille bouleversée à jamais, mettant au cœur Julie et Robin, si belles et intelligentes, ces victimes qui ont failli être « oubliées » alors que les assassins attiraient encore l’attention sur eux. Cette histoire est le témoignage sur  la violence dans la société américaine et sur le débat vif sur la peine de mort.

Une phrase

- « Peut-être Julie était-elle attirée par ce vieux pont parce que, comme elle, il était pétri de contradictions. Certains venaient y chercher paix et sérénité, et d’autres, frissons et danger. C’était un endroit de solitude publique, de grandeur délabrée, de terrible beauté. » p. 44

- « Durant la décennie qui avait suivi les meurtres de Julie et Robin, chaque membre des familles Kerry et Cummins avait dû se redéfinir, tant intérieurement  que vis-à-vis de son entourage. » p. 331

- «  C’est vrai. Cependant, la plus grande injustice sociale n’est pas que les familles des victimes occupent notre attention de manière périphérique. Le plus dommageable, c’est que, à cause du silence que leur impose la mort, nous oublions les victimes elles-mêmes. » p. 358

L'auteur

Jeanine Cummins, romancière américaine, est née en 1974 à Rota en Espagne. Elle vit à New-York depuis 1997. Elle a publié 4 romans dont American Dirt (Philippe Rey, 2020). Une déchirure dans le ciel, son premier roman publié en 2004 aux Etats- Unis, est seulement traduit et publié en France en 2022.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Ils viennent de sortir

Romans
555
De
Hélène Gestern