Gelsomina

Heureux les cœurs simples …
De
Pierrette Dupoyet, d’après La Strada de Federico Fellini
Durée : 1h20
Mise en scène
Driss Touati
Avec
Nina Karacosta
Notre recommandation
4/5

Infos & réservation

A la Folie Théâtre
6 rue de la Folie Méricourt
75011
Paris
01 43 55 14 80
Du 7 janvier au 5 mai, le dimanche à 19h

Thème

  • Gelsomina est encore une enfant lorsqu’elle est vendue par sa mère à un forain, Zampano, avec qui elle sillonne l’Italie pour jouer leur spectacle.
  • Bien qu’il se révèle brutal et la rudoie, lui imposant une vie de douleur et de privation, Gelsomina s’attache à lui.
  • Mais avec l’arrivée d’un autre saltimbanque, Il Matto (Le Fou) qui inspire des sentiments troubles à Gelsomina, leur vie va basculer dans le drame.

Points forts

  • Dans un petite salle et avec une grande économie de moyens, le spectacle puise aux sources du cirque et de l’existence des saltimbanques. Le dénuement du décor et l’absence d’artifices lui confèrent une authenticité et une humanité troublantes.
  •  La réussite du spectacle repose sur la qualité de l’interprétation de Nina Karacosta, qui campe une Gelsomina  criante de vérité. Avec quelques accessoires, elle impose sa présence et fait vibrer le public. Authentique et émouvante, elle s’empare du personnage de Gelsomina et se l’approprie totalement, avec candeur et émotion, déployant toute une palette de sentiments qui vont de la douceur à la violence, de la tendresse à la brutalité. Elle est Gelsomina avec tout son cœur, ses tripes et son innocence, comme si c’était la première fois.
  • Le texte sculpté par Pierrette Dupoyet garde la force et l’incandescence de l’original. Il transforme ce destin tragique en épopée.

Quelques réserves

  • Le spectacle a les défauts de ses qualités, mais ne manque jamais d’ambition. 

Encore un mot...

  • La Strada est le quatrième film de Fellini, réalisé en 1954 alors qu’il n’a que 34 ans. La musique est signée Nino Rota, qui accompagna “Il Maestro“ tout au long de sa filmographie.
  • Le rôle de Gelsomina y est tenu par sa femme, Giulietta Masina, et celui de Zamparo par Anthony Quinn.
  • 70 ans après, ce chef-d’œuvre continue de bouleverser des générations de cinéphiles.

Une phrase

« On est partis en laissant quinze graines orphelines. Peut-être qu’un jour quelqu’un mangera ces tomates en riant aux éclats sans savoir. On devrait toujours se demander d’où viennent les choses et comment elles ont commencé. Ça ferait moins de peine à ceux qui ont tout planté et qui n’ont jamais rien pour se consoler. Zampano avait revissé son bonnet sur sa tête … Toujours cette hâte à aller vers nulle part … »

L'auteur

  • Federico Fellini, né à Rimini en 1920, mort à Rome en 1993, est l’un des cinéastes les plus illustres de son temps. Il suivit une inspiration très personnelle, voilée d’une subtile mélancolie. Le monde réel se fond dans son imaginaire, onirique et halluciné.
  • Pierrette Dupoyet, née à Lyon en 1949 est comédienne, dramaturge et metteuse en scène. Elle a écrit cette adaptation sur les conseils de Fellini et la confiance de Giulietta Masina. Elle est l’une des figures les plus inspirantes de la création théâtrale.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Toujours à l'affiche

Seul en scène
Hier j’arrête !
De
Doully, co-écrit par Blanche Gardin et Paco Perez, avec la participation d’Éric Monin