Moi aussi j’ai vécu

À la recherche du grand-père perdu
De
Hélios Azoulay
Durée : 1h15
Mise en scène
Steve Suissa
Avec
Hélios Azoulay
Notre recommandation
2/5

Infos & réservation

Théâtre du Rond-Point (salle Roland Topor)
2bis ave nue Franklin Roosevelt
75008
Paris
01 44 95 98 21
Du 30 mars au 17 avril, du mardi au samedi à 2030, le dimanche à 15h30

Thème

  • C’est l’histoire d’une rencontre, entre l’auteur et son grand-père, « pépé », dans le compartiment d’un train en direction de Bombay.
  • Cette recherche donne lieu à une tentative multiple : réconciliation avec son histoire, ré-enchantement d’un passé enfoui, meilleure compréhension de son parcours personnel …
  • Il convoque ses souvenirs les plus enfouis, qui défilent dans le désordre chaotique d’une mémoire sélective. Il se raccroche à eux et se laisse emporter par sa propre histoire.

Points forts

  • Hélios Azoulay est une formidable performer : d’un rien, il fait récit et il crée une complicité immédiate avec les spectateurs. Son sourire extraordinaire, l’expression d’humeurs changeantes, sa manière de porter et vivre son histoire sont le principal atout de ce spectacle. Hélios Azoulay met tout son cœur pour nous faire partager, vivre, l’intimité de son passé.
  • On pourra se sentir plus ou moins touché par le texte, plus ou moins sensible à ces souvenirs qui remontent à la surface comme des morceaux de vie : chacun trouvera dans ces paroles matière à faire le lien avec sa propre histoire, ses souvenirs, ses antécédents.

Quelques réserves

  • Le spectacle repose sur le livre éponyme, écrit par l’auteur-acteur et publié en 2020 chez Flammarion. Hélios Azoulay y a consigné ses souvenirs puisé dans son histoire familiale, sans recherche de style, sans souci de faire œuvre littéraire ni de séduire le lecteur. Le passage de la lecture au texte à voix haute ne contribue pas à, mettre les mots en valeur, malgré la qualité de l’interprétation de son auteur.
  • Hormis de très beaux solos de clarinettes pour ouvrir et clôturer le spectacle, la mise en scène est minimaliste, voire inexistante. Le metteur en scène laisse l’acteur se débrouiller avec son texte, seul au milieu de la scène alors qu’Hélios Azoulay est capable de donner bien plus.

Encore un mot...

Entre roman, autofiction et autobiographie, Hélios Azoulay a choisi de considérer son texte comme un roman. Un roman dans lequel il est tout entier, où il invente. « C’est un grand dédommagement » nous explique-t-il.

Une phrase

« Il a d’abord fallu que je le rencontre … et ça n’a pas été facile de le reconnaître … c’est mon père … je le connaissais peu … je le connaissais sur les photos, mais comme il était mort depuis plus de trente-cinq ans, je n’ai pas tout de suite réalisé que c’était lui qui venait de s’asseoir en face de moi dans le compartiment … j’allais à Paris … je pense que c’est lui qui m’a vu en premier, j’étais dans les Illuminations d’Arthur Rimbaud  il m’a adressé la parole … "

L'auteur

  • Hélios Azoulay es un artiste insaisissable : écrivain, poète, acteur, compositeur, clarinettiste … 
  • Il se produit dans toute la France, du Palais Garnier au Théâtre du Rond-Point, ainsi qu’à l’étranger, de l’Italie à l’Azerbaïdjan.
  • Il a publié des essais : Scandales ! Scandales !, Tout est Musique et L’enfer aussi a son orchestre. Il est l’auteur de deux romans : Moi aussi j’ai vécu et Juste avant de m’éteindre.
  • Il a fondé “l’Ensemble de Musique Incidentale“, et interprète les morceaux composés dans les camps de concentration. Sa discographie et son œuvre musicale abordent la musique pour orchestre et la musique de chambre, mais aussi le jazz et la chanson.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Toujours à l'affiche

Seul en scène
L’oral et hardi
De
Jean-Pierre Verheggen et Jacques Bonnaffé