Thêatre-Spectacles

J’arriverai par l’ascenseur de 22h43

Un fan monte sur scène
De Philippe Soltermann
Mise en scène : Lorenzo Malaguerra
Avec Philippe Soltermann

Infos & réservation

Les Déchargeurs
3 rue des Déchargeurs
75001 Paris
Tél. : 01 42 36 00 50
http://www.lesdechargeurs.fr
Jusqu’au 26 octobre, du mardi au samedi à 21h

Lu / Vu par

Charles-Edouard Aubry
Publié le 19 oct . 2019

Recommandation

3,0BonBon

Thème

•  La vie d’un fan. Philippe Soltermann « est tombé dedans » à 12 ans. Le chanteur Hubert-Félix Théfaine devient une partie de sa vie : son rempart, sa balise artistique, son compagnon d’infortune … 

• Seul en scène, il soliloque, mêle exaltation et ironie ; il se livre, totalement, dans un véritable exercice d’équilibriste en interrogeant l’irrationnel du fan total.

• Soltermann raconte sa vie sans reprendre son souffle et livre un hommage à son idole.

Points forts

• L’auteur-interprète parvient à s’effacer totalement pour se projeter dans la vie de son idole. Il dépasse les clichés et le côté pathétique de la situation en plongeant profondément à l’intérieur de lui-même : il en ressort avec un récit poétique qui dépasse la banalité du quotidien, dans une totale absence de pudeur.

•  Pas si simple de faire partager à des spectateurs une passion qui a priori n’est pas forcément la leur : comment, en effet, les faire entrer dans un monde si personnel et fou ? Philippe Soltermann y parvient pourtant, grâce à la qualité de son jeu et une sincérité jamais prise en défaut. 

• L’interprète sait bien que sa passion est irrationnelle, sa parole convoque les grands poètes mais aussi les détails les plus anodins de la vie quotidienne. Ce faisant, il dresse un tableau du monde présent qui dépasse de loin l’anecdote. En racontant son idole, l’auteur nous parle d’abord de lui.

Points faibles

• Le théâtre, c’est d’abord un texte, et si Thiéfaine possède un tel nombre de fans dans de nombreux pays francophones, c’est pour la qualité des paroles de ses chansons, plus encore que des musiques qui les accompagnent.

• Or, malgré la passion qu’il traduit, l’engagement et la qualité de son interprétation, le texte de la pièce ne tutoie pas les mêmes hauteurs et n’atteint pas, loin de là, ce niveau d’excellence.

En deux mots ...

Mais où sont les fans d’Hubert-Félix Thiéfaine ? Pas dans la salle en tout cas et c’est fort dommage. Ce spectacle est fait pour vous !

Un extrait

« Même si je loue une admiration probablement abusive envers Hubert-Félix Thiéfaine, il est facile de constater qu’en face la concurrence était assez moindre. Disons qu’Hubert-Félix Thiéfaine, il t’emporte dans un monde, un continent de références où cohabitent à équidistance Rimbaud, Allan Poe, Baudelaire, Diogène, Ferré, Anabel Lee, Hopper, Bergman, Charles Belle, Schopenhauer, Shakespeare, Nietzsche … »

L'auteur

• Auteur, metteur en scène, Philippe Soltermann s’est formé à l’école internationale du théâtre Lassaad, à Bruxelles. 

• Dès sa sortie, il écrit son premier monologue « Je m’adapte », qui fonde son parcours. Suivent deux autres seuls en scène, « La joie des aures » et « Le réflexe de la complainte ». Il est également l’auteur d’une bonne dizaine de pièces.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.