Thêatre-Spectacles

La légende de Bornéo

Drôle, ambitieux, parfois subversif, mais malheureusement inégal
De le Collectif l'Avantage du Doute
Mise en scène : le Collectif
Avec le Collectif : Simon Bakhouche, Mélanie Bestel, Judith Davis, Claire Dumas et Nadir Legrand

Infos & réservation

Théâtre de l'Atelier
Place Charles Dullin
75018 Paris
Tél. : 01 46 06 49 24
http://www.theatre-atelier.com/
Du mardi au samedi à 19 heures, le dimanche à 17 heures. ATTENTION: dernière, le 4 mai. Durée : 1h20

Lu / Vu par

Charles-Edouard Aubry
Publié le 02 mai . 2019

Recommandation

3,0BonBon

Thème

La légende de Bornéo prétend que les orangs-outans savent parler mais s'en cachent afin qu'on ne les fasse pas travailler. On parle donc beaucoup de travail dans cette pièce, de façon ouvertement politique, avec ce qu'il a d'aliénant et de destructeur.

Le spectacle est un enchaînement de saynètes jouées par un, deux ou trois acteurs. 

Il ne s'agit pas d'informer ou de rendre compte d'une réalité sociologique mais de passer par les histoires personnelles pour montrer l'absurdité de certaines situations.

« La légende de Bornéo » est une reprise du spectacle créé en 2012 au théâtre de la Bastille.

Points forts

  • Le Collectif. On sent la force et l'homogénéité propres aux troupes qui jouent ensemble régulièrement. Comme au temps de Café de la Gare, les trois comédiens et les deux comédiennes sont unis par une connivence perceptible. La force du collectif est de dépasser le texte et la mise en scène pour infuser dans son jeu une liberté et une fraîcheur qu'on ne trouvent plus que rarement au théâtre.
  • Les cinq comédiens s'écoutent, se regardent avec des yeux plein d'admiration.
  • Les comédiens écrivent, mettent en scène et interprètent les textes qu'ils ont écrit, proposés et défendus devant le collectif.
  • On sent le vécu et une grande proximité avec le réel, amplifiée par l'absence de dispositif scénique et d'artifices.  La sincérité est évidente et l'implication totale. Le crédo du collectif repose sur l'intime, « une clef puissante grâce à laquelle la politique devient audible ».
  • Certains textes sont magnifiques et nous entraînent au-delà des discours convenus et déjà entendu sur le sujet. Les mots et le jeu deviennent indissociables, surprennent et touchen

Points faibles

  • D'autres séquences ne fonctionnent pas et ne peuvent être rattrapées par la qualité de l'interprétation. On s'étonne d'un tel écart. Est-ce la volonté de garder un équilibre entre les différents membres du collectif ? C'est dommage car l'ensemble aurait gagné à la suppression de deux séquences qui ne sont pas au niveau des autres.

En deux mots ...

Pour le collectif l'Avantage du Doute, « faire partie d'une troupe de théâtre, revient à se poser la question de la signification, aujourd'hui, de la prise de parole publique. La question de l'engagement politique est donc centrale et fondatrice ».

Un extrait

« C'est le même thème que tous nos spectacles, c'est-à-dire l'engagement, avec comme sujet le travail. C'est la suite du spectacle précédent mais il n'y a pas besoin d'avoir vu le précédent pour suivre. Vous me suivez ? Je vends ces gaufres, ce sont de véritables gaufres dunkerquoises, que ma femme a faites ce matin. De toutes façons elle seront toujours en vente à la sortie du spectacle, mais une heure vingt moins fraîches ».

L'auteur

Le collectif s'est créé en 2007, comme une réponse à la nécessité, politique au sens large, d'appartenir à un collectif. C'est un travail d'acteurs-auteurs, sans metteur en scène, responsables et privilégiant le présent de la représentation; une conception du jeu dans un rapport direct avec le public.

Ils ont créé quatre spectacles et un film, « Tout ce qu'il nous reste de la Révolution », en 2019, qui a obtenu le Prix du jury au Festival francophone d'Angoulême.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.