Thêatre-Spectacles

A ma place vous FERRIER quoi ?

Interprétation exceptionnelle, mais écriture trop approximative
De Julie Ferrier
Mise en scène : Julie Ferrier
Avec en alternance, Mas Belsito, Mikaël Fau, Arnaud Maillard, Matthieu Pillard, Kova Réa

Infos & réservation

Théâtre de l'Atelier
Place Charles Dulin, Paris 75018
Tél. : 01 46 04 49 24
http://www.theatre-atelier.com/
Jusqu'à fin juillet. Durée: 1h40

Lu / Vu par

Charles-Edouard Aubry
Publié le 19 juin . 2019

Recommandation

2,0A la rigueurA la rigueur

Interprétation exceptionnelle, mais écriture trop approximative.

Thème

Un cabaret foutraque : sketchs, numéros de cirque, danse, dressage, improvisation, tous les moyens sont bons pour Julie Ferrier. Accompagnée par une troupe de comédiens talentueux qui se démultiplient en incarnant de multiples personnages rocambolesques et hauts en couleur, elle crée un univers poétique et burlesque.

Pas de fil conducteur si ce n'est l'envie de faire rire et de créer de l'émotion, en une dizaine de tableaux. Le spectacle commence à l'extérieur du théâtre lorsque Julie Ferrier harangue la file d'attente et se poursuit jusqu'après le baisser de rideau.

 

Points forts

  • Il y a dans le projet de Julie Ferrier une ambition louable et magnifique : celle de dépasser les genres et les clivages pour prendre le public par la main et l'entraîner dans une belle aventure festive et un spectacle total.
  • On connait Julie Ferrier au cinéma où, depuis près de 20 ans, elle a construit un personnage de fille forte et rigolote, capable de faire rire autant que de transmettre une large palette d'émotions.
  • On retrouve dans ce spectacle toute la panoplie de la grande comédienne, à la fois clown, danseuse, chanteuse, actrice se grimant et passant d'un personnage à l'autre ...
  • Lorsque le spectacle trouve son rythme, le public est pris dans cette sarabande endiablée,  initiée par cette joyeuse bande de trublions. Le casting est brillant : autour de Julie Ferrier, meneuse de revue, chef de bande et inspiratrice en chef, 3 comédiens impeccables, on ne peut plus dissemblables, apportent chacun leur personnalité, la maîtrise de leur art et une large palette de talents.

Points faibles

  • On a beau voir sur scène des acteurs drôles, dès lors qu'il y a des dialogues, le talent ne fait pas tout si le texte n'est pas à la hauteur. Quelques scènes sont très réussies mais la plupart du temps le spectacle manque d'un vrai travail d'écriture.
  • Le spectacle commence dans la rue et semble ne jamais devoir finir. Certaines répliques sont percutantes mais un bon gag est drôle 30 secondes, mais fait un mauvais sketch au bout de 3 minutes.
  • A force d'étirer une idée en longueur, la saveur se perd et le spectacle devient ennuyeux. On sent bien que Julie Ferrier prend un immense plaisir sur scène, mais en pensant à celui du spectateur, elle proposerait un spectacle plus court et plus tonique, sans temps morts.

En deux mots ...

Le spectacle est une reprise puisqu'il a été créé en 2017 au théâtre de la Madeleine. Notre chroniqueur, Gabriel Lecarpentier-Paugam, qui l'avait vu (chronique toujours disponible, parue le 17 avril 2017) avait un opinion différente de la mienne : "déjanté, attachant, vraiment hors du commun : vraiment un grand show". Le débat est lancé ...

Un extrait

Pas d'extrait, ça se voit plus que ça ne se lit.

L'auteur

Enfant de la balle, Julie Ferrier est la huitième génération de comédiens du côté de sa mère. Elle s'intéresse d'abord à la danse et fait partie de la troupe de Philippe Decouflé, avec laquelle elle participe à la cérémonie d'ouverture des J.O d'Albertville.

Elle propose son premier « seule en scène » en 2004, « Aujourd'hui c'est Ferrier », dans une mise en scène d'Isabelle Nanty.

Elle a ensuite multiplié les rôles au cinéma, avec Cédric Klapisch, Jean-Pierre Jeunet, Jean-Michel Ribes, Didier Bourdon, Diane Kurys, Pierre Jolivet ...

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.