Ah ! Le grand homme

Une farce délirante mais inégale
De
Pierre et Simon Pradinas
Mise en scène
Panchika Velez
Notre recommandation
2/5

Infos & réservation

Théâtre de l’Atelier
1 Place Charles Dullin
75018
Paris
0146064924
ATTENTION: dernière, le 20 mars

Thème

Un metteur en scène complètement déjanté réunit des comédiens plus farfelus les uns que les autres pour monter une pièce rendant hommage au grand Jean Vilar, qui fut entre autres -est-il nécessaire de le rappeler ?-, le fondateur du Festival d’Avignon. La pièce doit être jouée le soir même, autant vous dire qu’elle va tourner à la catastrophe. Heureusement, les fantômes du Théâtre vont voler à leur secours.

Points forts

J'ai aimé le côté mise en abyme de cette farce. Avec cette mise en scène d' une répétition de théâtre, avec ce théâtre dans le théâtre, le spectateur a l’impression d’être de l’autre côté du décor et proche de cette troupe d’acteurs totalement hétéroclites. Paradoxalement, on en oublie qu’on est au théâtre.  

Bien que farfelus, les acteurs sont touchants. Ils ont chacun une sincère admiration pour le Grand Homme et vont le célébrer à leur façon en interprétant des personnages déraisonnables, excessifs et maladroits. Tantôt clowns, tantôt sérieux, ils possèdent chacun un univers fort et original. Il y a de l’ambiance !

Certaines scènes sont à se tordre de rire comme celle où Rodrigue se met à déclarer sa flamme à Chimène et que son cheval, joué par deux des acteurs, part en hennissant dès que Rodrigue lâche les rênes...

Quelques réserves

Le problème, c'est que cette pièce est assez inégale. Il y a quelques passages très drôles, mais elle manque de liant. On cherche de la substance, mais il y en a peu. Certains personnages sont bons, comme l’unique femme de la pièce (c’est mon côté solidarité féminine...), d’autres moins, voire agaçants et fatigants dans leur rôle hystérique et absurde. Finalement les scènes sont tellement burlesques, voire grotesques, qu’on s’en lasse. C’est dommage.

Encore un mot...

C’est une farce délirante du début à la fin. C’est divertissant, on rit parfois, mais pas assez à mon goût. Prenez donc cette pièce avec légèreté et au second degré, pour ne pas en sortir déçu.

L'auteur

Les deux frères Pradinas, Pierre et Simon, écrivent ensemble des pièces de théâtre. Pierre Pradinas est avant tout un metteur en scène, il dirige depuis 1978 la compagnie du Chapeau Rouge. Simon est surtout scénographe. Ce n’est que très accessoirement que Pierre écrit des pièces. Elles ont été pour lui l’occasion de s’amuser du théâtre et de ses ridicules. Que ce soient Ah ! Le grand homme ou Ce qu’il ne faut pas faire, ce sont dans les deux cas des pochades sur le milieu du théâtre.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Toujours à l'affiche

Théâtre
Je pars sans moi
De
Johanna Korthals Altes et Isabelle Lafon (inspiré des œuvres du psychiatre Gaetan de Clérambault et des écrits de Fernand Deligny)