Ariane

librement inspiré de Belle du Seigneur, le roman d’Albert Cohen
Mise en scène
Guillaume Gras
Avec
Euriale Livaudais
Notre recommandation
4/5

Infos & réservation

La Folie Théâtre
9 rue de la Folie Méricourt
75011
Paris
01 43 55 14 80
jusqu’au 30 mai, uniquement le vendredi et le samedi

Thème


En Suisse, vers 1930, Ariane d’Auble, riche héritière genevoise et protestante, est l’épouse d’un petit fonctionnaire arriviste, Adrien Deume, qu’elle méprise. Désespérée et solitaire, elle s’enferme dans un monde de rêves éveillés qui sera brisé par sa rencontre avec Solal, haut dignitaire juif de la Société des Nations. Celui-ci, élégant et brillant, est le supérieur hiérarchique de son mari.
Ariane et Solal vont vivre alors une passion intense, destructrice, absolue, poussée à l’extrême.
L’adaptation théâtrale s’intéresse à trois monologues d’Ariane au bain, placés à des moments charnières de sa vie, ce qui permet de suivre son évolution féminine et sentimentale, le passage de fantasmes naïfs et enfantins à une passion dévorante et sensuelle.

Points forts

.Une mise en scène on ne peut plus intimiste, minimaliste, Une géométrie décalée en  noir et blanc, une baignoire et des miroirs sans tain en trois points qui renvoient la lumière. On se trouve dans un jeu de reflets, une atmosphère onirique qui nous plonge dans les rêves et les fantasmes d’Ariane. 

. Le choix du bain, lieu personnel, intime  par excellence, permet de rentrer dans  les pensées les plus secrètes d’Ariane. Le spectateur devient témoin et non confident.

. Interprétée brillamment, sans fausse note, par Euriale Livaudais, Ariane, dans un déshabillé rouge, seul élément de couleur,  se métamorphose  peu à peu sous nos yeux. Elle apparaît d’abord  primesautière et nous entraîne dans un monde enfantin,  cocasse, inattendu. Le débit se fait rapide, décousu. Puis elle se moque, cruelle, mordante, et évoque avec drôlerie des moments de sa vie de femme mariée. Enfin comme amante, elle devient sensuelle, émouvante, terriblement féminine.

 On est  sans le vouloir dans une sorte de voyeurisme parfaitement assumé. Et c’est là que nous sommes touchés par l’essentiel : la richesse, la musicalité  du texte, un vocabulaire flamboyant de poésie et de lyrisme et non dénué d’humour de dérision. 

Quelques réserves

Un moment de theâtre peut être trop court pour ceux qui ont adoré lire et relire "Belle du Seigneur".

Encore un mot...

Un One Woman Show d’une féminité absolue, fantasque et débordante. Une autre lecture d’une partie de cette formidable oeuvre romanesque.

Une phrase

Qui seront deux:
- « J’étais une sorte de vierge, violée par son mari de temps en temps, par pitié  !»
- « Exquis de se vouvoyer en étrangers bien élevés et savoir qu’on serait nus bientôt nos yeux se tutoyaient……On était des élus devant cette bande de conjugaux…..Exquis de prendre congé de vous et de savoir que tout à l’heure, quand les autres partis, je reviendrais…. Oh serre moi fort, je suis à toi purement toute »

L'auteur

Albert Cohen, auteur Suisse, est né en Grèce en 1895. Après plusieurs succès littéraires comme "Solal" et "Mangeclous", il publie en 1968 « Belle du Seigneur », son oeuvre majeure,  qui reçoit le grand prix de l’Académie Française.  C’est  un des plus beaux romans d’amour du XXème siècle, un hymne à la femme, qui sera toujours pour lui un objet de fascination. Conseiller juridique au Conseil Intergouvernemental  pour la protection des réfugiés pendant la dernière guerre, Albert Cohen sera un grand défenseur du peuple juif, cause qui transparaîtra dans toute son oeuvre.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.