Bouquet Final

De
Le Quatuor
Mise en scène
Alain Sachs
Avec
Jean-Claude Camors, Laurent Vercambre, Pierre Ganem, Jean-Yves Lacombe
Recommandation

Quel bon moment!

Merci!

Notre recommandation
5/5

Infos & réservation

Théâtre des Bouffes Parisiens
4 Rue Monsigny
75002
Paris
01 42 96 92 42
Jusqu'au 10 janvier 2015

Thème


4 musiciens chantent et jouent divinement bien pour nous faire rire.

C'est "Le Bouquet Final", la dernière saison du Quatuor.

Points forts


Attention ils remettent ça...

Profitez-en, c'est leur meilleur spectacle: Tout y est... encore plus drôle avec des sons, des chants parfaits et multiples.

Leurs talents de musiciens, de chanteurs, de comédiens nous invitent à les suivre dans des histoires rocambolesques.

C'est parti pour:

- Ecouter des leçons de musique délirantes. 

- Apprécier les  contorsions comiques de ces quatre musiciens autour d'une contrebasse, de laquelle "sort" une musicalité parfaite.

- Se recueillir avec les moines, rabins, imams qui entonnent de drôles de chants invocateurs et mystiques. 

- Chanter avec toute la salle un karaoké, drôlissime, de chansons françaises ; Kusturika et la musique électronique font leur apparition...Très surprenant, car les musiciens ne sont pas jeunes jeunes...

- Regarder le pupitre prendre feu dans l'interprétation d' un "allegro con fuoco".

- Comprendre la musique contemporaine à partir de partitions froissées et déchirées... 

- Mourir de rire à la vue d'un campement de cowboys et à l'écoute des chansons assorties. Le violoncelle tourne doucement à la broche, l'archet sert de cane à pêche, le foyer du feu est simplement représenté par les violons entrelacés...

Chacun propose aussi des pépites de bonheur et d'originalité: le très bon solo de contrebasse jazz est exceptionnel.

Défilent ainsi avec une gaité infinie et des enchaînements adroits: "On the road again", " Back in USSR",  "Roll Over Beethoven", "La reine de la nuit", "Le Boléro" de Ravel, "Baby Doll", Marylin, Nougaro, Dalida, Mickael Jackson . . . 

Quelques réserves

Avec la meilleure mauvaise  volonté du monde, je n'en verrais pas...

Encore un mot...


Les instruments aussi sont en vedette. Bien éclairés, ils ont une âme. Ils deviennent même des personnages quand la maman violoncelle interdit à ses enfants violons de fréquenter un instrument à vent...

Ces musiciens et leur metteur en scène, Alain Sachs, ont un tel amour et un tel respect de la musique qu' ils arrivent à la faire virevolter divinement devant nous.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.