Dali, Conférences Imaginaires

De
Christophe Guazeran
d’après les écrits de Salvador Dali
Avec
Philippe Kieffer, Christophe Gauzeran ou Manuel Martin
Notre recommandation
4/5

Infos & réservation

Studio Hébertot
78 bis Bd des Batignolles
75017
Paris
01 42 93 13 04
Jusqu'au 30 août: Du mardi au samedi, à 21H; et dimanche, à 15h.

Thème

Dans les années 60, chaque intervention publique de Salvador Dali donnait lieu à une floraison de propos, apparemment incohérents, mais dotés d’un vocabulaire aussi recherché qu’imprévisible, et dont le sens final incitait chaque « auditeur » à un décryptage, parfois laborieux mais toujours « souriant » ! Mais ce n’était que des « interviews » relativement brèves jusqu’au jour ou il se présenta à la Sorbonne pour une conférence devant des étudiants qui, à l’époque, le connaissaient et lui portaient une affection plus liée au principe de la transgression de ses discours qu’au sens profond de ceux-ci. "Les Conférences Imaginaires" nous apportent, avec une présence quasi « authentique » du maître (un étonnant Philippe Kieffer), un retour sur les propos qui en ont intrigué beaucoup. Finalement, au delà des montres molles, on ne pourra échapper à cette question lancinante : « Est-ce Salvador Dali qui a conçu ses discours ou sont-ce ses discours qui ont fait Salvador Dali ?"

Points forts

- Le spectacle ne survole pas l’image du maître, il la révèle, et contribue à une (re)connaissance profonde de celui-ci. - La représentation est puissante, Philippe Kieffer est totalement « Dali ». - Ni l’actualité, ni quelques peoples en vogue ne sont à même, aujourd’hui, de donner de tels exemples de communication; et, en l’occurrence, il ne s’agit pas que de « peinture » !

Quelques réserves

- La présentation de Dali est sans concession; elle peut donc, pour les simples curieux, apparaître comme un peu « longue ». - Les propos semblent authentiques, et c’est intellectuellement très satisfaisant; mais on devrait pouvoir sourire un peu plus !

Encore un mot...

Ce retour en arrière sur un personnage mythique du XXème siècle, réveille les souvenirs d’une époque qui pouvait donner du temps aux mots, et révéler ainsi une créativité spontanée qui ne disparaissait pas en 24 heures... Finalement, cette richesse d’expression ne cachait-elle pas le caractère d’un peintre complexé qui savait, au fond de lui-même, qu’il n’avait, quel que soit son immense talent, ni celui de Raphaël, ni l’extraordinaire créativité de Picasso ?

Tweet

Brillant hommage à pitre de très grand talent.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Toujours à l'affiche

Théâtre
LOVE SONGE THERAPIE
De
D’après l’œuvre de William Shakespeare, adaptée du Songe d’une nuit d’été par Ned Grujic et Raphaël Sanchez