Don Quichotte, chronique d’un naufrage annoncé

Dominique Massat, remarquable dans le côté tragique de Don Quichotte
De
Miguel de Cervantès
Avec la compagnie des Dramaticules
Mise en scène
Jérémie Le Louët
Avec
Julien Buchy, Anthony Courret, Jonathan Frajenberg, Jérémie Le Louët, David Maison, Dominique Massat
Notre recommandation
4/5

Infos & réservation

Théâtre 13
30 rue du Chevaleret
75013
Paris
0145886222
Jusqu'au 9 octobre

Thème

La pièce raconte les aventures de Don Quichotte et de son fidèle écuyer Sancho Pança dans l’Espagne du XVIe siècle. Les aventures de Don Quichotte sont mises en abyme et alternées avec d’autres scènes relatant l’expérience des comédiens et spectateurs face à l’histoire de Don Quichotte

Points forts

1 La mise en scène est belle, foisonnante, inventive et étonnante.

2 Les comédiens ont beaucoup de talent et d’énergie. Leur jeu, en particulier celui de Dominique Massat, fait entrer le spectateur dans l’aspect profondément tragique de cette histoire, de ce « naufrage annoncé ».

3 Le « naufrage annoncé » est vraiment là : du début à la fin de la pièce, j’ai senti l’intensité de la tragédie se déployer jusqu’au naufrage si attendu et pourtant si triste.

Quelques réserves

1 Le choix d’alterner des scènes relatant les aventures de Don Quichotte et d’autres, mettant en scène les acteurs et spectateurs autour du spectacle, est intéressant mais a pour effet de déboussoler légèrement le spectateur. Je ne me suis pas sentie réellement plongée dans l’histoire de Don Quichotte mais plutôt dans un questionnement sur le regard que chacun de nous porte sur ce personnage qui a fait couler tant d’encre. Ce n’est pas un point faible dans la mesure où c’est un angle de vue totalement assumé; j’ai simplement vécu ce choix de mise en scène comme un frein pour m’immerger totalement dans le récit. 

2 Le deuxième point faible découle du premier. Comme pour le premier, il ne s’agit pas à proprement parler d’un point faible, car cela dépend réellement des goûts de chacun et de ce que chacun attend profondément du théâtre. Cette précaution prise, personnellement Il m’a semblé que le Don Quichotte de Jérémie Le Louët était très intellectualisé, comme si la pièce cherchait avant tout à provoquer l’interrogation du spectateur sur la figure de Don Quichotte et sa folie, plutôt qu’à raconter son histoire. J’ai préféré le Don Quichotte mis en scène par le théâtre du Lucernaire dans « Farce épique », qui correspondait davantage à l’image que je me fais de Don Quichotte, un regard plus attendri mais moins intellectuel sur la folie et la naïveté de ce personnage. Encore une fois, c’est très personnel et beaucoup apprécieront sûrement l’angle choisi par Jérémie Le Louët et sa compagnie.  

Encore un mot...

Une mise en scène généreuse, riche et belle mais un Don Quichotte un peu trop intellectualisé à mon goût. Mais encore une fois, cela dépend avant tout de ce que l’on attend profondément du théâtre.

Une phrase

« Qui peut encore se battre alors ? Personne ? C’est fini alors… » (Don Quichotte peu avant son naufrage…)

L'auteur

La pièce « Don Quichotte, chronique d’un naufrage annoncé » a été écrite d’après le roman de Miguel de Cervantes, « Don Quichotte », publié en 1605.                 

Miguel de Cervantes est un auteur espagnol du XVIe siècle, connu principalement pour ce roman, « l’Ingénieux hidalgo Don Quichotte de la Manche », roman qui a fait de lui l’auteur le plus célèbre de la littérature espagnole. 

« Don Quichotte » est considéré comme le premier roman de l’époque moderne car il inaugure de nouvelles techniques de narration en rupture avec la littérature médiévale, en particulier une aspiration forte à représenter la réalité sans l’enjoliver ou l’idéaliser.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Toujours à l'affiche

Théâtre
LOVE SONGE THERAPIE
De
D’après l’œuvre de William Shakespeare, adaptée du Songe d’une nuit d’été par Ned Grujic et Raphaël Sanchez