ELLES ETAIENT UNE FOIS

C’est pas un drame, c’est juste une femme
De
Répertoire de chansons réalistes composé par Pauline Vincent
DUREE : 1H
Mise en scène
Pauline Vincent et Louis Ferrand
Avec
Pauline Vincent au chant et Crystel Galli au chant et à l’accordéon
Notre recommandation
4/5

Infos & réservation

Théâtre Les Déchargeurs
3 rue des déchargeurs
75001
Paris
01.42.36.00.50
Du 07 janvier au 29 janvier 2023 Le samedi et le dimanche à 19H15

Thème

• La trame de ce tour de chant est tissée avec le fil de chansons de femmes qui incarnent le 20eme siècle et la condition féminine qui le traverse. 

• Légères et grivoises pour commencer, nous entrons au fur et à mesure dans le drame de l’emprise , de l’oppression, de la force et du courage des ces femmes d’être libres.

Points forts

• Des mélodies et des textes éternels qu’on ne peut entendre sans les fredonner, servis par deux belles voix complémentaires et un beau travail sur les harmonies. Les chansons sont accompagnées au piano du pauvre par Crystel Galli dont la voix grave et chaude contraste pour incarner cette colère et cette révolte saine.

• Au travers de toutes ces chanteuses-compositrices ou interprètes - Fréhel, Patachou, Anne Sylvestre, Colette Renard, Edith Piaf - la voix des femmes se libère, crie, revendique, exulte et si Elles étaient une fois, elles sont toujours là bien présentes, vibrantes par la voix et la présence diaphane et déchirée de Pauline Vincent mais volontaire et courageuse .

Quelques réserves

Trop court !

Encore un mot...

Un beau duo, une belle intensité dans le cadre tout en pierres de la salle des Déchargeurs, dont la proximité avec les interprètes renforce nos émotions.

Une phrase

« Que c’est bon d’être demoiselle, quand le soir dans mon petit lit , quand l’étoile de Vénus étincelle quand doucement tombe la nuit… je me fais… »

« Sur cette terre ma seule joie mon seul bonheur, c’est mon homme.»

« La fille de joie est belle au coin de la rue là-bas. »

« Y a ceux qui font la chose en regardant le plafond ou en comptant les mouches qui sont sur le guéridon. »

« Quand je suis grise je dis des bêtises. »

« Mais c’est pas grave , c’est juste une femme, c’est juste une femme à saloper, juste une femme à dévaluer, je pense pas qu’on doive s’en inquiéter, c’est juste une femme. »

L'auteur

Yvette Guilbert, Mistinguett, Fréhel, Patachou, Colette Renard, Edith Piaf, Anne Sylvestre.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Toujours à l'affiche

Théâtre
Je pars sans moi
De
Johanna Korthals Altes et Isabelle Lafon (inspiré des œuvres du psychiatre Gaetan de Clérambault et des écrits de Fernand Deligny)