Exercices de style

La jubilation des mots et de la langue
De
Raymond Queneau
Mise en scène
Michel Abécassis
Avec
Pierre Ollier, Guillaume Vant'Hoff, Michel Abécassis
Notre recommandation
4/5

Infos & réservation

Comédie de Paris
42, rue Pierre Fontaine
75009
Paris
01 42 81 00 11
Jusqu'au samedi 13 août : du mercredi au samedi, à 19h30.

Thème

"Exercices de style" (1947), c'est l'histoire d'un fait divers insignifiant; une querelle dans un autobus racontée de 99 manières différentes: l'autobus S arrive, l'auteur monte dans l'autobus. Un étrange personnage à chapeau monte, il se heurte à un passager, il va s'asseoir. Et deux heures plus tard, l'auteur retrouve ce même homme dans la cour de la gare Saint-Lazare avec un autre personnage qui lui donne des conseils d'habillement: il devrait rajouter un bouton à son manteau.

Cette histoire est racontée 99 fois dans le livre, et une trentaine de fois dans l'adaptation théâtrale. On voit et on entend les variations énoncées par un trio d'acteurs qui disent, chantent, dansent...et symbolisent chacun un personnage pendant un temps très court (deux minutes en moyenne): le philosophe, le gourmet, le mathématicien, l'Anglais, le Belge, l'Italien, le curé et ses vicaires qui parlent latin...et bien d'autres.

Points forts

1) C'est une incroyable adaptation au théâtre d'un texte littéraire qui semble a priori très difficile à jouer. Et pourtant, l'effet comique est indéniable, pour un public très varié: même de jeunes enfants riaient aux éclats.

2) Les acteurs réalisent une incroyable performance: ils parlent, ils chantent, ils psalmodient, ils miment, ils font les clowns, ils se métamorphosent en toutes sortes de personnages.

3) Le texte est rythmé par ces trois acteurs qui se complètent et se répètent, habillés à la façon des Frères Jacques. Ils parlent tantôt ensemble, tantôt séparément, ils se comportent à la manière de marionnettes.

4) La mise en scène, minimaliste,sur un décor simpliste composé de trois chaises et de trois valises, accentue ce jeu d'automates.

5) Michel Abécassis, à la fin du spectacle, dit tout l'amour de la langue française dont témoigne cette pièce. Et il traduit ainsi l'enthousiasme des trois acteurs aussi bien que des spectateurs.

Quelques réserves

J'ai du mal à en trouver dans ce régal de la langue française. Le seul aspect qui m'a un peu gênée est l'enchaînement de sketches avec les prêtres. Mais c'est un jugement purement personnel.

Encore un mot...

C'est un bonheur de l'esprit, un spectacle complet pour les oreilles et pour les yeux. On passe une heure avec un divertissement intelligent.

Une phrase

Ce n'est pas une phrase, mais des titres: "Notations", "En partie double", "Rêve", "Pronostications", "L'arc en ciel", "Précisions, "Négativités", "Lettre officielle", "A"Vulgaire", "Héllénismes", "Anglicismes", "Analyse logique"...

L'auteur

Raymond Queneau (1903-1976) est le fondateur de l'Oulipeau (Ouvroir de Littérature Potentiel), qu'il a créé en 1960. Il a écrit des romans qui rencontrèrent un grand succès, tels que "Zazie dans le métro" et "Les fleurs bleues", et aussi des poèmes tels que "Les Ziaux" ou "Cent mille milliards de poèmes". Il aime jouer avec les mots et avec la langue, comme on le voit au paroxysme dans "Exercices de Style".

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.