Inoxydables

Exil théâtral
De
Julie Ménard
Mise en scène
Maëlle Poésy
Avec
Benjamin Bécasse-Pannier et Mathilde-Edith Mennetrier
Notre recommandation
3/5

Infos & réservation

Théâtre du Rond-Point
2 bis avenue Franklin Roosevelt
75008
Paris
01 44 95 98 21
Jusqu'au 29 janvier, du mardi, au samedi, 20h30, dimanche 15h30. En tournée : 21 et 23 février (Mi-scène / Arbois et Poligny, 39). En mars (dates à confirmer) : Maison d’arrêt de Dijon (21).

Thème

  • Sil, bassiste dans un groupe de métal, rencontre Mia lors d’un concert. Ils tombent amoureux et vivent une passion ardente mais insouciante, tissée de leur goût partagé pour la musique, la fête, les alcools forts. Ils adoptent un mainate, oiseau parleur et chanteur et font des projets. 
  • Mais la fureur du monde les contraint à choisir la fuite et l’exil. Alors commencent pour eux de longues marches épuisantes et périlleuses, l’ascension de montagnes caillouteuses, la rencontre de passeurs hors de prix, les forces de police qui les attendent et les ramènent à leur point de départ, les canots qui se dégonflent et les précipitent à la mer. Heureusement, eux, ils savent nager ...

Points forts

  • On aime l’épure d’un théâtre sans décor et d’une scène en “quadrifrontal“, qui devrait permettre aux spectateurs tout proches de s’immerger dans le récit. 
  • La légèreté de ce qui est aussi une farce, sans didactisme et sans discours, invite à sourire.

Quelques réserves

  • Ce spectacle hybride – qui mêle deux sujets mais aussi deux modalités narratives (le récit et les dialogues) et scénographiques distinctes (le burlesque et le drame) - est sans doute trop court (55 minutes annoncées) pour contenir sans incohérences tant de choses diverses. 
  • Le mélange “ne prend pas“, le spectateur ne comprend pas le propos, ne s’identifie pas à ce qui se passe, même si l’objectif est évident. Bref, il reste sur la touche, comme exilé de ce qui se passe sur la scène.
  • Et puisqu’il est question de musique pourquoi ne pas jouer ce jeu-là jusqu’au bout, en faisant réellement chanter la comédienne et jouer le bassiste ?
  • Il y a enfin quelque chose de gênant dans la juxtaposition de la rencontre amoureuse sur fond de culture jeune et d’une insouciance bien occidentales avec le récit du parcours migratoire qui, pour tant d’humains ne sachant pas nager, est une tragédie.

Encore un mot...

  • Le théâtre s’empare – et s’est toujours emparé, du reste - des sujets d’actualité pour, en créant de l’empathie et de l’intimité, construire un monde commun. C’est évidemment une excellente chose, qu’on ne peut que saluer. 
  • Mais ça ne marche pas toujours, les brûlures de l’actualité ne suffisent pas à faire un bon spectacle.

Une phrase

Mia : « Sil, tu as entendu les nouvelles ? Ils se rapprochent. Il faut partir là, on n’a plus le choix. Je connais un type qui connait un type qui peut nous aider à partir. Il faut réunir l’argent. Le plus vite possible. (…) Au début il y a des questions : c’que j’emporte, c’que je laisse ici, ce qu’on peut faire tenir de sa vie dans un sac à dos. Des médicaments, le chargeur de téléphone, de l’eau. »

L'auteur

  • Autrice, comédienne et metteuse en scène, Julie Ménard a écrit déjà plusieurs pièces : Une blessure trop près du soleil, L’Envol et Jo&Léo, donnée l’été dernier à Avignon.
  • Inoxydables, a été mis en scène dès 2017 au Théâtre Dijon Bourgogne et a reçu le prix du public au festival Impatience en 2019.
  • Elle participe en outre à de nombreux projets théâtraux collectifs.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Toujours à l'affiche

Théâtre
Je pars sans moi
De
Johanna Korthals Altes et Isabelle Lafon (inspiré des œuvres du psychiatre Gaetan de Clérambault et des écrits de Fernand Deligny)